Alain_Dubois
Professeur et chercheur, biologiste
Abonné·e de Mediapart

110 Billets

0 Édition

Billet de blog 4 nov. 2020

Le prix du mépris

Le petit monde des médias français, qui n'a rien appris des élections présidentielles de 2016, pousse à nouveau des cris d'orfraie devant la "surprise" que constituerait le "coude à coude" de Trump et Biden, qui n'est que la conséquence du mépris pour le peuple des oligarchies au pouvoir aux USA comme en France.

Alain_Dubois
Professeur et chercheur, biologiste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Hier soir, comme lors de toutes les semaines précédentes, tous les médias télévisuels et radiophoniques français prédisaient un raz de marée électoral pour Biden, s'appuyant pour ce faire sur les analyses de leurs "experts" invités, quasiment tous démocrates ou au moins hostiles à Trump, et sur des sondages. Ce faisant, ils répétaient la même erreur qu'en 2016, dont ils n'ont rien appris.

Dans l'entre-soi des rédactions, peuplées de bobos parisiens, il n'est pas même imaginable que le peuple américain n'ait pas "compris" en 4 ans que Trump était le mal absolu. Ils partagent à cet égard le mépris pour ce peuple, résumé par la formule de Hillary Clinton le 9 septembre 2016 à New York,  traitant la moitié des électeurs de Trump de "panier de pitoyables" (basket of deplorables). C'est que les "pauvres blancs" de la "rust belt", qui ont la faiblesse d'apprécier d'avoir retrouvé un boulot après des années de chômage, sont de méprisables sous-citoyens, comparables chez nous aux Gilets Jaunes que toute notre "gôche" s'est bien gardée de soutenir, même lorsqu'ils se faisaient éborgner, amputer et tuer par la police de l'Etat Français. 

Le soutien apporté par toute cette bande de "journalistes" à un candidat sénile, flanqué pour la vice-présidence d'une acolyte qui avait été rejetée massivement par les membres du parti démocrate lors des primaires, le rejet miraculeux et soudain lors de celles-ci de celui qui pendant quasiment toute la durée de celle-ci avait le soutien massif des militants, Bernie Sanders, s'il montre que l'appareil du parti démocrate, les Clinton, Obama et consorts, tout comme ceux des partis "de gôche" en France, continue de garder le contrôle de l'institution, ne suffit plus pour contrôler les citoyens, qui décidément ne font rien comme on  leur dit. 

Bien sûr, ce ne sont pas les présidents qui dirigent les USA. C'est le lobby militaro-industriel, à la solde des nantis. A cet égard, les différences entre Trump et Biden sont minimes. Mais les pantins qui représentent ce lobby sur les scènes publiques jouent un rôle important, ne serait-ce que dans l'acceptabilité par les gouvernés des mesures prises. Et à cet égard Trump et Bolsonaro ne sont pas pires que la bande d'incapables et de menteurs au pouvoir en France: tous sont aux ordres du capital international, et n'ont que mépris pour les peuples qu'ils gouvernent.

A cette heure, l'incertitude sur le résultat final de cette élection perdure. Quel que soit le dénouement, il ne résoudra rien. Comme en France, ce n'est pas du côté des partis institutionnels qu'il faut espérer une sortie de crise, mais dans la perspective de l'organisation de la classe ouvrière et de ses alliés sur le terrain de la lutte des classes. Si Trump et les siens tentent un coup d'Etat, la riposte ne pourra venir du système judiciaire américain, mais d'une mobilisation massive des travailleurs. Mais les temps ont bien changé en un siècle. Ce qui était possible en mars 1920 en Allemagne lors du putsch de Kapp, une grève générale massive faisant capoter celui-ci en quatre jours, reste-t-il possible en novembre 2020 aux USA? Il serait extraordinaire que l'AFL-CIO s'y résolve. Ce qui n'empêchera pas la poursuite de la radicalisation de la lutte des classes aux USA, particulièrement depuis l'affaire George Floyd, et la recherche par les masses de solutions à l'impasse où elles se trouvent - ce qui exigera trois conditions: s'organiser, s'organiser et s'organiser.

Alain Dubois

4 novembre 2020

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Redon : un mutilé, les fautes du ministère de l’intérieur et la justice qui enterre
Le 19 juin 2021, en Bretagne, lors d’une opération menée pour interdire une rave party, Alban, 22 ans, a eu la main arrachée par une grenade tirée par les gendarmes. Le 11 mars 2022, le parquet de Rennes a classé sans suite. Pourtant, l’enquête démontre non seulement la disproportion de la force mais les responsabilités de la préfecture et du ministère de l’intérieur. Mediapart a pu consulter des SMS et des appels aux pompiers, accablants, enterrés par le procureur de la République.
par Pascale Pascariello
Journal
La majorité se montre embarrassée
Après les révélations de Mediapart concernant le ministre Damien Abad, visé par deux accusations de viol qui ont fait l’objet d’un signalement à LREM le 16 mai, la majorité présidentielle peine à justifier sa nomination au gouvernement malgré cette alerte. La première ministre a assuré qu’elle n’était « pas au courant ».
par Marine Turchi
Journal
La haute-commissaire de l’ONU pour les droits humains en Chine pour une visite à hauts risques
Michelle Bachelet entame lundi 23 mai une mission officielle de six jours en Chine. Elle se rendra au Xinjiang, où Pékin est accusé de mener une politique de répression impitoyable envers les populations musulmanes. Les organisations de défense des droits humains s’inquiètent d’un déplacement trop encadré et de l’éventuelle instrumentalisation. 
par François Bougon
Journal — Europe
À Kharkiv, des habitants se sont réfugiés dans le métro et vivent sous terre
Dans le métro ou sous les bombardements, depuis trois mois, la deuxième ville d’Ukraine vit au rythme de la guerre et pense déjà à la reconstruction.
par Clara Marchaud

La sélection du Club

Billet de blog
La condition raciale made in USA
William Edward Burghardt Du Bois, alias WEB Du Bois, demeure soixante ans après sa mort l’une des figures afro-américaines majeures du combat pour l’émancipation. Magali Bessone et Matthieu Renault nous le font mieux connaître avec leur livre « WEB du Bois. Double conscience et condition raciale » aux Editions Amsterdam.
par Christophe PATILLON
Billet de blog
L'extrême droite déchaînée contre Pap Ndiaye
Le violence des propos Pap Ndiaye, homme noir, annonce une campagne de criminalisation dangereuse, alors que les groupes et militants armés d'extrême droite multiplient les menaces et les crimes.
par albert herszkowicz
Billet de blog
Pap Ndiaye : la nouvelle histoire des migrations
En décembre dernier, en direct de Pessac, Pap Ndiaye a évoqué de façon magistrale la nouvelle histoire des migrations, estimant que la France n’est pas un bloc, mais faite de « variations ». On se grandit en les prenant en compte, disait-il, contrairement au projet des « marchands de haine ».
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
Racisme systémique
Parler de « racisme systémique » c’est reconnaître que le racisme n’est pas uniquement le fait d’actes individuels, pris isolément. Non seulement le racisme n’est pas un fait exceptionnel mais quotidien, ordinaire : systématique, donc. Une définition proposée par Nadia Yala Kisukidi.
par Abécédaire des savoirs critiques