Alain_Dubois
Professeur et chercheur, biologiste
Abonné·e de Mediapart

100 Billets

0 Édition

Billet de blog 11 janv. 2020

Fin de partie

L'affaire est pliée. En ne démordant pas de la perspective de "négocier" le non-négociable, les directions syndicales préparent la défaite. En n'appelant pas à la Grève Générale dont toutes les conditions sont réunies, elles préparent une nouvelle augmentation du sentiment de défaite et d'impuissance. C'est avant tout contre elles que les masses devraient tourner leur colère et leur mobilisation.

Alain_Dubois
Professeur et chercheur, biologiste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L'affaire est pliée. Quelle que soit l'ampleur de la colère, Macron, le MEDEF, l'Europe, donc les USA et "les marchés" l'auront une fois de plus emporté, ce n'est plus maintenant qu'une question de jours. Après la loi travail, après le statut des cheminots, après les gilets jaunes, tout cela aura été pour rien - ou du moins le seul résultat tangible aura été l'augmentation du sentiment de défaite, d'impuissance et de désespoir chez 90 % des français, qui ont très bien compris que cette "réforme" est une abjection. En fait, la colère devrait être tournée avant tout contre les états-majors syndicaux et politiques. Ils "acceptent" (ou précèdent) tous les termes dans lesquels les journalistes-collabos présentent le "débat": âge pivot, pénibilité, valeur du point, conférence de financement, régimes spéciaux... Ils parlent tous de la nécessité d'une "bonne réforme". Ils continuent tous de s'asseoir aux tables de "négociation", et bientôt ils le feront "branche par branche". Ils continuent à appeler à des "temps forts" de l'action, à des "journées d'action", à des grèves d'un jour, et surtout à des manifestations pour-se-faire-plaisir et pour évacuer la colère, et nul d'entre eux n'appelle à la Grève Générale. S'ils n'appellent pas déjà à la reprise Du travail, c'eest seulement parce qu'ils ne peuvent aller trop vite, étant donné le niveau de mobilisation. C'est cela qui est à vomir, et pas le fait que le patronat et les actionnaires veuillent casser tous les acquis sociaux - car ils l'ont toujours voulu et ne s'en sont jamais cachés, mais pour cela il leur fallait, non pas un "gouvernement assez fort pour ça", car ce gouvernement n'est fort que de la nullité des directions ouvrières et démocratiques, non pas de directions assez fortes pour dévoyer et casser ce puissant mouvement populaire qui se cherche depuis des années, car ces directions syndicales et politiques sont en pleine déliquescence, mais de l'absence de toute alternative politique crédible pour prendre le pouvoir.

Dans un de mes billets j'avais écrit que la lutte des classes est la seule guerre dans laquelle les généraux des deux armées appartiennent au même camp, celui des nantis et des exploiteurs. Et cela a été ainsi presque tout le temps depuis le début du 20e siècle. Cette formulation avec les deux armées et leurs généraux est très juste et percutante, quasiment "évidente", mais je ne me souviens pas de l'avoir lue quelque-part, pourtant cela ne peut pas ne pas avoir déjà été dit ou écrit. Merci d'avance à celle ou celui qui nous donnera une référence où cette idée figure.

Très juste également fut ma formulation, juste après la dernière présidentielle, des "Trois Petits Cochons et du Grand Méchanlon". Cette marionnette falote de Hamon a réussi à faire capoter la seule ouverture possible vers un changement drastique de la situation dans la lutte des classes en France qui se soit présentée depuis des décennies en France grâce à l'invraisemblable affaire Fillon. Il y a des moments brefs dans l'histoire où tout peut basculer mais il faut le saisir. L'incapacité à le faire au bon moment peut avoir des conséquences sans commune mesure apparemment avec "l'erreur". L'exclusion de Levi du PC allemand après l'insurrection manquée de 1919, l'hésitation de Trotsky à attaquer Staline au comité central car il voulait attendre la guérison de Lénine (racontée par Broué dans un de ses livres), le refus d'Allende d'armer le "pueblo unido" qui "jamas sera vencido' (mon cul), et des multitudes d'autres hésitations et retards à l'allumage ont eu des conséquences disproportionnées. Pourquoi? Parce que, pour reprendre la parabole des deux armées, la seule qui sait vraiment où elle va et ce dont elle a besoin, la seule qui ne fonctionne pas en fonction d'idéaux creux et de fables bisounoursiennes (c'est-à-dire chrétiennes déguisées) sur la "solidarité", la citoyenneté, le peuple, la démocratie, la fête, le refus du pouvoir, mais en termes militaires d'affrontement, la seule qui en fait ait une vraie analyse matérialiste, et de fait marxiste, est la bourgeoisie. Bien entendu, il n'y a aucune illusion à se faire sur ce que le "social-démocrate radical" Mélenchon aurait fait, ou peut-être plus exactement aurait voulu faire, s'il avait été élu, mais son élection aurait ouvert, même contre son gré, une nouvelle phase de l'histoire du capitalisme et de la lutte des classes à l'échelle de la planète (la fameuse "planète" qu'il faudrait soi-disant sauver alors qu'elle va très bien, car elle n'en a rien à foutre de la biosphère et de l'humanité).

Nous avions raison dès les années 60: ce qui manque à l'humanité, ce sont les partis et l'internationale révolutionnaire. Toutes les autres masturbations intellectuelles sur "les luttes", sont de la poudre aux yeux. Mais même l'appel purement verbal à cette perspective, sans parler de la préparer matériellement, a disparu des radars. C'est pourquoi le collapse est inévitable, et pas à cause de la "frilosité" des gouvernants et de leurs opposants, auxquels s'adressent respectueusement tous les "écolos" et autres "alternatifs", pour leur demander de bien vouloir, si ça ne les ennuie pas, "changer le système" - au lieu de s'organiser et se battre résolument pour leur arracher le pouvoir.

Alain Dubois
11 janvier 2020

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Justice
À Rennes, la justice malmenée
En pleine mobilisation du monde judiciaire, des magistrats rennais racontent leurs désillusions et leurs regrets face à leurs propres insuffisances. Cernés par les priorités contradictoires, ils examinent chaque dossier en gardant un œil sur la montre. 
par Camille Polloni
Journal
Hôpital : « On prêche dans le désert, personne ne nous entend »
Les hospitaliers ont, une fois encore, tenté d’alerter sur les fermetures de lits, de services d’urgence, la dégradation continue des conditions de travail, leur épuisement et la qualité des soins menacée. Mais leurs manifestations, partout en France samedi, sont restées clairsemées.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Valérie Pécresse, l’espoir inattendu de la droite
La présidente de la région Île-de-France a remporté le second tour du congrès organisé par Les Républicains, en devançant nettement Éric Ciotti. Désormais candidate de son camp, elle devra résoudre l’équation de son positionnement face à Emmanuel Macron.
par Ilyes Ramdani
Journal — Extrême droite
Chez Éric Zemmour, un fascisme empreint de néolibéralisme
Le candidat d’extrême droite ne manque aucune occasion de fustiger le libéralisme. Mais les liens entre sa vision du monde et la pensée historique du néolibéralisme, à commencer par celle de Hayek, sont évidents.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Get Back !!!
Huit heures de documentaire sur les Beatles enregistrant « Let it Be », leur douzième et dernier album avant séparation, peuvent sembler excessives, même montées par Peter Jackson, mais il est absolument passionnant de voir le travail à l'œuvre, un « work in progress » exceptionnel où la personnalité de chacun des quatre musiciens apparaît au fil des jours...
par Jean-Jacques Birgé
Billet de blog
Sénèque juste avant la fin du monde (ou presque)
Vincent Menjou-Cortès et le collectif Salut Martine s'emparent des tragédies de Sénèque qu'ils propulsent dans le futur, à la veille de la fin du monde pour conter par bribes un huis clos dans lequel quatre personnages reclus n’en finissent pas d’attendre la mort. « L'injustice des rêves », farce d'anticipation à l’issue inévitablement tragique, observe le monde s'entretuer.
par guillaume lasserre
Billet de blog
Ah, « Le passé » !
Dans « Le passé », Julien Gosselin circule pour la première fois dans l’œuvre d’un écrivain d’un autre temps, le russe Léonid Andréïev. Il s’y sent bien, les comédiens fidèles de sa compagnie aussi, le théâtre tire grand profit des 4h30 de ce voyage dans ses malles aérées d’aujourd’hui.Aaaaah!
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
J'aurais dû m'appeler Aïcha VS Corinne, chronique de l'assimilation en milieu hostile
« J’aurai dû m’appeler Aïcha » est le titre de la conférence gesticulée de Nadège De Vaulx. Elle y porte un regard sur les questions d’identité, de racisme à travers son expérience de vie ! Je propose d'en présenter les grands traits, et à l’appui d’éléments de contexte de pointer les réalités et les travers du fameux « modèle républicain d’intégration ».
par mustapha boudjemai