Match Point

Comme dans le film de Woody Allen, la balle est suspendue au-dessus du filet. Retombera-t-elle du côté de Macron ou du côté du peuple?

Dans le film Match Point de Woody Allen, la balle de tennis reste suspendue au dessus du filet, la bague au-dessus de la barre de fer au bord de l'eau. De quel côté retomberont-elles? Peu prévisible, et pourtant les conséquences seront importantes.

L'opportunité offerte par l'attentat de Strasbourg de briser le mouvement  des gilets jaunes va être exploitée à fond par le gouvernement et ses sbires politiques et médiatiques, qui vont d'une seule voix demander aux gilets jaunes d'être "responsables" et "raisonnables" et de rentrer chez eux samedi.

Si la balle retombe du côté de Macron, si l'entourloupe de ses "propositions des 13 minutes" réussit, le mouvement exemplaire, conscient, déterminé et clairvoyant des gilets jaunes rejoindra ceux de la loi travail et du statut des cheminots dans la série des défaites, qui contribuent à déboussoler, démoraliser, démobiliser les travailleurs et à préparer de nouvelles défaites.

 Si elle retombe du côté des travailleurs, des chômeurs, des jeunes, des retraités, cette spirale d'échec sera enfin arrêtée. En se transformant en Grève Générale, le mouvement des gilets jaunes ouvrira la voix au dégagement de Macron et à de nouvelles perspectives dans la lutte des classes.

 En réalité, la question ne devrait même pas se poser. S'il existait dans ce pays de vraies directions syndicales et politiques au service des travailleurs, prêtes à s'affronter au patronat et aux spéculateurs, elles refuseraient de se prêter aux tragi-comédies des "négociations", "discussions" et "débats" qui n'ont pour fonction que de les enchaîner et de les impuissanter.

Les travailleurs parviendront-ils à se débarrasser de ces directions, à refuser de participer à ces discussions et à préparer la chute de la Macronie?

Ce soir, la balle et la bague sont suspendues, mais elles vont retomber...

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.