Weinstein et Halliday: cherchez l'erreur

En pleine affaire Harvey Weinstein, les anciennes déclarations d'une "ancienne femme" de Johnny, de 28 ans sa cadette, disant qu'il avait eu des relations sexuelles avec elle lorsqu'elle avait 14 ans et l'accusant de viol, ne semblent pas susciter beaucoup d'indignation. Pas plus que les autres accusations du même acabit portées contre le chanteur. Y aurait-il deux poids deux mesures?

Nos impôts sont bien employés, au moins! Ils ont servi à accompagner d'un service d'ordre impressionnant  le cercueil de l' "idole des jeunes" sur les Champs Elysées, à organiser les cérémonies afférentes, à Paris et à Saint-Barth, à lui rendre un "hommage populaire" bien mérité. Gageons que l'Etat aura tout de même pris soin de se faire payer par Harley Davidson la publicité que lui a apportée le défilé des Champs!

La nation est reconnaissante à Johnny de ce qu'il lui a "donné" (ou vendu?) et les internautes veillent au grain. Gare à celles de ses "anciennes femmes" qui manifesteraient, ne serait-ce qu'en creux, la moindre réserve vis à vis de cette personne qu'elles ont "bien connue". Même lorsque certains médias "ressortent" d'anciennes déclarations de l'une d'entre elles, selon lesquelles il lui aurait imposé des relations sexuelles alors qu'elle avait 14 ans et lui 28 de plus, et l'accusant de viol - pas plus que les autres accusations similaires apparues dans le passé, sur lesquelles les médias se gardent bien d'enquêter. Du reste, tous ces faits sont amplement prescrits et elle n'a jamais "porté plainte", pas plus que les autres "victimes présumées". Donc, circulez y a rien à voir. Pourtant, bien des témoignages et plaintes qui sortent enfin à l'occasion de l'affaire Weinstein concernent des faits eux aussi "prescrits". Y aurait-il deux poids deux mesures?

Des centaines de milliers de "fans" sur les Champs Elysées pour ce défilé... Se sont-ils mobilisés pour défendre les droits du travail attaqués par les gouvernements Hollande puis Macron? Ou bien ne se sentaient-ils "pas concernés"? Ou impuissants, impuissantés par la passivité ou la complicité des syndicats et partis censés les représentrer ou les défendre? Cherchez l'erreur.

Pour le moment, les riches qui nous gouvernent peuvent continuer à dormir sur leurs oreillers de soie, le vent ne s'est pas encore levé...

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.