En 2020, pas de mouvement du 22 mars

Le 22 mars 2020, je publiais dans l'indifférence générale sur Mediapart un billet critiquant les applaudissements des "soignants" à 20h. Trois mois plus tard, les personnels médicaux ont compris qu'on s'était payé leur tête. A quand la prochaine mascarade, pour ne surtout pas affronter le pouvoir?

Il n'est jamais bon d'avoir raison trop tôt. Le 22 mars, quand toute la France applaudissait les "soignants" (drôle de terme pour les "personnels médicaux", comme si les boulangers étaient des "pétrissants", les journalistes des "bonnimentants" et les dirigeants syndicaux des "trahissants"), je publiais un billet intitulé "Corona-Collapse: applaudissements à 20 h, casseroles à 20 h 15". Que croyez-vous qu'il arrivât? Rien du tout. Aucune réaction. Et toutes les "belles personnes" d'applaudir bien sagement à leurs balcons à 20 h, puis de refermer la fenêtre et de se re-confiner devant la télé.

Aujourd'hui, les "soignants" sont dans la rue, et avouent que ces applaudissements étaient de la poudre aux yeux et leur "faisaient mal". 

Certes, ce n'est qu'un "mouvement social" de plus dévoyé, parmi des centaines depuis des décennies, parmi les "rondes" sur le parvis de l'Hôtel de Ville", les "nuits debout" et autres "mouvements festifs" censés remplacer les outils classiques de la lutte des classes, grève, grève générale, occupations d'usines, piquets de grève et services d'ordre efficaces (cassant la gueule aux soi-disant 'black blocks' par exemple).

Pas de mouvement du 22 mars en 2020. Restons bien sages face au pouvoir.

Et à quand la prochaine mascarade, que ne manqueront pas d'encenser France Inter et Le Monde?

 

Alain

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.