Collapse Acte 1? Le coronavirus et le capitalisme

Les risques sont maintenant grands de voir l'épidémie de coronavirus devenir une pandémie, en passant par les pays aux "services de santé défaillants", notamment les anciennes colonies d'Afrique. Celle-ci pourrait constituer l'Acte 1 du Collapse à venir, qui se manifestera par un effet domino impliquant de nombreux domaines. Le rôle du capitalisme dans ce phénomène ne devra pas être sous-estimé.

Malgré les efforts considérables, mais peut-être trop tardifs, de l'Etat chinois pour juguler l'épidémie de coronavirus, celle-ci est en passe de se transformer en pandémie mondiale, qui touchera des millions de personnes. Celle-ci ne passera sans doute pas, du moins dans un premier temps, par les pays "développés", mais par ceux dont les systèmes de santé sont "insuffisants" et "défaillants", au premier rang desquels figurent de nombreux pays d'Afrique, anciennes colonies européennes. Ceci suggère que, contrairement à une idée dominante, cette pandémie probable ne sera pas "apolitique". Comment se fait-il que, au 21e siècle, avec les progrès considérables qu'a connus la médecine lors du dernier siècle, de tels "services de santé défaillants" existent sur notre planète? La cause de ce phénomène n'a rien de mystérieuse: c'est le capitalisme, sous sa forme ultime de l'impérialisme mondial, renommé récemment "mondialisation" alors qu'il existe déjà depuis d'un siècle. Le moteur de l'économie impérialiste est la plus-value, le profit pour une minorité, et en aucune manière les besoins des populations. Dans ce cadre, "vae victis", les anciennes colonies "décolonisées" restent des vaches à lait pour leurs anciens maîtres, qui veillent à les laisser dans un état de dépendance politique, économique et sociale leur permettant de continuer à les exploiter.

La pandémie de coronavirus maintenant vraisemblable (mais pas encore avérée) pourrait bien être l'Acte 1 du Collapse général de nos sociétés qui de toute façon est désormais une perspective quasi-certaine à moyen ou court terme dans tous les domaines, environnementaux, économiques, énergétiques, alimentaires, sanitaires, politiques et qui a des grandes chances de déboucher pour les survivants, non pas sur une société bisounoursienne de retour à la terre et de collaboration, mais sur des conflits militaires effroyables. Ce qui caractérisera ce Collapse ce seront les effets dominos entre ses différentes dimensions, chacune nourrissant la suivante et en subissant en retour les effets. Jusqu'ici, les "collapsologues" n'ont envisagé la dimension sanitaire du Collapse que comme une des conséquences d'autres aspects, environnementaux, énergétiques et politiques notamment, mais le coronavirus permet d'envisager un scénario inversé.

Face à la pandémie, la résistance la plus efficace, contrairement à ce que son début pourrait amener à penser, pourrait bien venir des sociétés fortement centralisées, au pouvoir solide et sans états d'âme, comme la Chine et la Russie, qui n'hésiteront pas à avoir recours à des mesures drastiques, plus difficiles à mettre en oeuvre dans les sociétés prétendument démocratiques, où la communauté scientifique, décidément incorrigible, après des décennies d'obéissance veule aux pouvoirs qui ne faisaient rien pour prévenir le Collapse prévisible depuis un demi-siècle, n'appellent toujours pas à les renverser, mais à la "désobéissance civile", suprême stupidité dans ce contexte.

A suivre avec curiosité.

 

Alain Dubois

23 février 2020

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.