Gouvernement de Salut Public !

Non seulement la gestion de la pandémie de covid-19 par le gouvernement français est lamentable et catastrophique, mais ce dernier s’en sert pour faire passer ses mesures anti-démocratiques et continuer à s’attaquer aux droits des travailleurs, tout en se préoccupant avant tout du sort des spéculateurs. Il est temps de le mettre à la porte pour le remplacer par un Gouvernement de Salut Public.

Depuis son élection, Macron a accumulé les colères et les combats contre lui et ses gouvernements, et n’a su y répondre que par la morgue et la violence. Il est piquant de relever que l’impréparation de cet exécutif vis-à-vis d’une grave crise sanitaire donne entièrement raison à tous les travailleurs de la santé, de la recherche et de nombreuses autres professions qui se sont battus contre ses plans destructeurs de la fonction publique, du code du travail et de nombreux acquis des travailleurs et des citoyens. Parmi bien d’autres, les travailleurs de la santé, des infirmières aux médecins, ont de manière prémonitoire demandé en vain l’arrêt de la destruction du tissu hospitalier dans notre pays. Aujourd’hui, face à une crise sanitaire majeure, l’impréparation, puis l’amateurisme de cet exécutif se combinent avec sa volonté de faire taire les critiques, sous le prétexte habituel dans de tels cas de l’unité nationale sacrée, tout en prenant des mesures multiples pour préserver (ou accroître) les profits des capitalistes. Jean-Paul Hamon, Président de la Fédération des Médecins de France, demande : « Dans quel pays du Tiers-Monde vivons-nous ? »

 Il serait temps que cela cesse. Puisque de guerre il est question, dans toute guerre il est de règle de limoger les généraux qui ont fait preuve d’incompétence ou de trahison. Il serait temps de limoger Macron, et de cesser de lui « demander » de changer de politique : il fait la politique pour laquelle le grand capital l’a mis en place. Il serait temps de constituer un Gouvernement de Salut Public. Non pas à la Saint Glinglin lors de nouvelles élections où, de nouveau, les électeurs auront à choisir entre la peste et le choléra, entre Macron et Marine.

 Comment un tel gouvernement pourrait-il être imposé ? Par la force collective des millions de travailleurs de ce pays, qui sont bien « remontés » contre Macron depuis longtemps, et de plus en plus. Les modalités ne pourraient être prévues dans le détail à l’avance. Dans la situation actuelle, une Grève Générale serait difficile à organiser mais, si elle l’était, elle pourrait être très efficace. Et de qui un tel gouvernement pourrait-il être constitué ? Pas de représentants de la finance et de leurs alliés, ni des directions des partis politiques dits « d’opposition » qui ont « fait leurs preuves » depuis des années, ni même des directions syndicales qui sont parvenues jusqu’ici à contenir en la dévoyant la superbe mobilisation multiforme des travailleurs contre Macron quasiment depuis son élection. Ce seraient aux grévistes, contrôlant le pays, de choisir leurs représentants, qui pourraient comprendre certains de ceux qui ont mené les nombreux combats multiformes contre le pouvoir actuel depuis de long mois, dans le secteur hospitalier, la recherche, les transports, la justice, etc., en lançant des pétitions qui ont recueilli des milliers de voix, en organisant manifestations et grèves. Mais pour ce faire il serait indispensable que les travailleurs s’organisent sur leur propre terrain, indépendamment de tous ceux qui jusqu’à présent confisquent leur parole et dévoient leurs actions. Il est encore trop tôt pour cela. Mais les délais se raccourcissent.

 

Alain Dubois

26 mars 2020

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.