Si rien n'est fait

"Si rien n'est fait": expression d'incompréhension, d'impuissance, d'aboulie, de pusillanimité, d'inorganisation et de complicité face à la destruction en cours par le capitalisme des conditions de vie de l'humanité et de la biodiversité sur terre.

Le langage comme arme

5. "Si rien n'est fait"

 

L'expression

"Si rien n'est fait."

 

Exemples 

10 exemples pêchés en 5 minutes au hasard du net:

"Diabète: si rien n'est fait, d'ici 15 ans, 1 français sur 10 sera touché." (08.12.2015).

"Réchauffement climatique: si rien n'est fait, vers 2075, on atteindra 55°C." (13.06.2017).

"Si rien n'est fait, en 2050 il y aura plus de plastique que de poissons." (02.12.2017).

"Si rien n'est fait, le nombre de réfugiés climatiques va exploser en Europe d'ici 2100." (22.12.2017).

"Si rien n'est fait, la biodiversité des écosystèmes tropicaux va s'effondrer." (02.08.2018).

"Si rien n'est fait, la terre va devoir s'adapter au changement climatique 100 fois plus vite que le précédent." (31.08.2018).

"Si rien n'est fait, les océans vont devenir nos pires ennemis." (29.08.2019).

"Si rien n'est fait, 167 millions d'enfants vivront dans l'extrême pauvreté d'ici 2030." (24.15.2019).

"Amazonie: si rien n'est fait, la forêt pourrait disparaître en 50 ans à cause du réchauffement climatique." (13.02.2020).

"Si rien n'est fait, 1000 décès du covid par jour, c'est possible." (26.10.2020).

 

Traduction de l'expression

"Nul n'a l'intention de rien faire, et rien ne sera fait."

 

Explication de l'expression

"Si rien n'est fait" est l'expression de l'incompréhension, de l'impuissance, de l'aboulie, de la pusillanimité, de l'inorganisation et de la complicité de ceux qui s'en gargarisent face à la destruction en cours par le capitalisme des conditions de vie de l'humanité et de la biodiversité sur terre.

Incompréhension: Etonnement devant ce qui arrive, qui est mis au compte de "la fatalité", de la "nature humaine", de "l'Homme", ou de dysfonctionnements du système économico-socio-politique mondial qui pourraient être "corrigés" par la "bonne volonté" des citoyens. Incompréhension du fait que toutes ces catastrophes, que les connaissances scientifiques permettaient de prévoir depuis un bon demi-siècle, sont la conséquence du fonctionnement normal de ce système, le système capitaliste mondial ou impérialisme, dont le moteur est l'optimisation du profit de quelques-uns, au détriment de tous les autres.

Impuissance, aboulie et pusillanimité: En refusant de s'attaquer aux racines du mal, par peur d'un monstre imaginaire, le "socialisme" (délibérément confondu avec sa pire négation, le stalinisme), et avec l'idéologie du "tous ensemble", la crainte et la haine de tout ce qui peut être taxé de "clivant", la négation de la lutte des classes, il ne reste plus comme perspective que rêver, geindre, pleurnicher et battre sa coulpe, en attendant que le capitalisme se réforme de lui-même et devienne "humain".

Inorganisation: La seule arme des travailleurs et des peuples face aux exploiteurs, aux esclavagistes, aux faiseurs de guerres et à leurs serviteurs zélés dans les sphères politiques, syndicales, médiatiques et intellectuelles, c'est leur organisation dans des partis et syndicats révolutionnaires, indépendants et contrôlés en permanence par la base, tirant enfin les leçons d'un siècle de mensonges, de volte-face, de trahisons, de défaites et de massacres.

Complicité: En 2020, faire mine de croire que le capitalisme est "réformable", que les classes dominantes vont accepter de "mettre de l'eau dans leur vin", et qu'on pourra éviter l'effondrement de nos sociétés et de notre civilisation, déjà commencé avec le "collapse covid" qui va être suivi de près d'un "collapse économique" mondial, en faisant l'économie de révolutions, d'affrontements de classes et de guerres civiles, et en ne préparant pas l'"après-collapse" pour qu'au moins celui-ci ne soit pas contrôlé par ceux qui nous auront amenés là, traduit non seulement de l'aveuglement et de la faiblesse, mais mérite le qualificatif de complicité avec le système actuel.

Oui effectivement, "si rien n'est fait" pour détruire ce système et pour lui arracher le pouvoir politique, économique, militaire et policier (s'il n'est pas trop tard pour le faire), les travailleurs et les peuples auront contribué à leur propre asservissement et destruction.

  

Alain Dubois

27 octobre 2020

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.