Covid19 : propagation du variant P.1

Le variant brésilien P.1, sa circulation en Amérique et en Europe.

Je vous avez fait part le mois dernier de mes craintes pour une prochaine 4e vague à cause des variants brésiliens P1 et P2 et/ou sud-africain B1351.

Je reviens ici sur le variant brésilien P.1 qui est plus transmissible, plus tueur, touche des plus jeune et échappe aux vaccins. Tout le monde sait que la situation est catastrophique au Brésil, pas besoin de détailler.

Finalement, le gouvernement sous pression a décidé de suspendre les vols directs depuis le Brésil pour Paris jusqu'au 19 avril 2021. En 5 jours, ce variant va-t-il disparaître ? (un peu comme la fermeture de 48h avec le Royaume-Uni avant Noël...). Et la frontière Brésil/Guyane est-elle fermée ?

Qu'en est-il des pays voisins du Brésil ? Le nombre de cas explosent comme montré dans le graphique ci-dessous. Dès lors ne faudrait-il pas contrôler (ou plutôt interdire) les vols avec les pays d'Amérique du Sud ?

Infections en Amérique du Sud © Alan Emrey avec données de Our World in Data Infections en Amérique du Sud © Alan Emrey avec données de Our World in Data

J'ai lu la semaine dernière un article surprenant sur une équipe professionnelle de hockey sur glace de NHL. Plus de la moitié de l'équipe des Vancouver Canucks a été touchée par la Covid. Ce qui m'a surpris, c'est le fait que ces joueurs étaient vraiment mal, au point d'être cloués au lit et recevant des traitements par intraveineuses. En fait, ces joueurs (qui ne sont pas des grabataires de 85 ans) étaient touchés par le variant brésilien P.1.

C'est pourquoi, j'ai regardé quelques courbes au Canada. Actuellement, le variant P.1 représente 5% des nouveaux cas au Canada dans son ensemble mais 30% en Colombie Britannique (courbe orange) alors qu'il était inexistant début mars 2021 ! C'est une bien belle exponentielle. Dès lors ne faudrait-il pas contrôler (ou plutôt interdire) les vols avec le Canada ou plutôt avec l'Amérique ? 

Incidence en Colombie Britannique du P.1 © Capture d'écran de ctvnews.ca Incidence en Colombie Britannique du P.1 © Capture d'écran de ctvnews.ca

Et en Europe, on laisse faire ?

Le Royaume-Uni qui sort de confinement est le pays qui séquence le plus actuellement. Dans un rapport du 1 avril 2021 traitant des variants en circulation chez eux, on constate que les variants P.1 et B.1351 sont certes très minoritaires mais leur progression est exponentielle.

Estimation de la circulation de variants au Royaume-Uni © Public Health England Estimation de la circulation de variants au Royaume-Uni © Public Health England

En France, Geodes ne fournit pas de chiffres pour le variant P.1 seul, je ne peux pas faire de courbes.

Par contre au Pays-Bas, le P.1 est pris très au sérieux. Un rapport du RIVM fournit des chiffres (jusqu'à mars 2021) que j'ai transformé en graphique ci-dessous. C'est très parlant.

Variants P.1 et B.1351 aux Pays-Bas © Alan Emrey d'après les données du RIVM Variants P.1 et B.1351 aux Pays-Bas © Alan Emrey d'après les données du RIVM

La situation semble suffisamment sérieuse car, à ce jour la part du P.1 est estimée à 7% et continue à circuler. Peut-être 50% en juin.

© Henk-Jan Westeneng

Pour terminer, un petit rappel sur les courbes exponentielles et des politiciens qui s'étonnent des vagues.

Croissance exponentielle © Alan Emrey Croissance exponentielle © Alan Emrey

On a bien vu ce qui s'est passé avec le variant britannique. Doit-on laisser faire et se prendre cette vague également ?

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L’auteur·e a choisi de fermer cet article aux commentaires.