Covid19 : anticorps en vue d'un traitement

Une équipe de recherche est parvenue à isoler des anticorps empêchant le SARS-Cov2 d'infecter les cellules. Billet de vulgarisation pour expliquer les résultats.

L'article scientifique a été publié le 12 mai 2020 dans la revue Science, ici.

Des scientifiques chinois rapportent l'obtention d'anticorps empêchant la fixation du SARS-Cov2 sur le récepteur ACE2 sur les cellules hôtes.

Je vous invite à lire mes billet sur la réponse immunitaire, sur l'infection virale et les stratégies de vaccination en cours pour plus de détails .

Chaque lymphocyte B reconnaît une séquence précise d'acides aminés. En fixant la séquence protéique d'intérêt, le lymphocyte B s'active, se multiplie (formant un clone) et produit des anticorps dirigés contre cette cible.

La protéine virale Spike contient une séquence précise d'acides aminés responsable de sa fixation sur le récepteur ACE2. Les chercheurs ont synthétisé des peptides contenant cette séquence in vitro et les ont utilisés pour servir d'appât afin d'attraper les cellules immunitaires productrices d'anticorps (lymphocytes B) d'un patient guéri du Covid19.

Pour cela ils isolèrent les globules blancs (les cellules immunitaires) d'un patient guéri du Covid19 à partir d'une prise de sang. Ils obtinrent 14 clones différents de lymphocytes B fixant la séquence protéique d'intérêt. Ils transfectèrent (introduisirent la séquence génétique) codant les anticorps à des cellules hautement productrices in vitro pour produire des anticorps monoclonaux (c'est-à-dire issu d'un même clone) en masse. De ces 14 préparations, ils purent obtenir 4 anticorps monoclonaux différents spécifiques contre le SARS-Cov2.

Les 4 anticorps monoclonaux ont une action bloquante, c'est-à-dire qu'elles empêchent le virus de se fixer sur le récepteur ACE2 de la cellule hôte. 2 anticorps monoclonaux pouvaient agir en synergie (utilisés ensemble le pouvoir bloquant était augmenté).

Le traitement de souris (génétiquement modifiées pour exprimer le récepteur ACE2 humain) infectées avec le SARS-Cov2 avec une seule dose de ces anticorps monoclonaux diminua d'environ 30% la charge virale dans les poumons. Alors qu'une pneumonie sévère fut observée chez les souris contrôles, les groupes traités avec les anticorps monoclonaux présentèrent une pneumonie légère ou pas de pneumonie.

Importance thérapeutique:

1/ pour la synthèse future de molécules mimant la caractéristique de fixation de ces anticorps monoclonaux sur Spike

2/ l'utilisation directe de ces anticorps monoclonaux

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.