Alan Emrey
Abonné·e de Mediapart

82 Billets

0 Édition

Billet de blog 20 nov. 2020

Alan Emrey
Abonné·e de Mediapart

Covid19 : ADE et l'importance de la sûreté des vaccins

Je traite de l'ADE (Antibody-Dependant Enhancement) ou facilitation de l'infection par des anticorps en français. Il s'agit d'un phénomène immunitaire dont le rôle est démontré dans le SRAS et nouvellement rapporté dans la Covid-19 . Cela pointe l'importance d'être certain de la sûreté des vaccins à venir.

Alan Emrey
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le SARS-Cov1 (responsable du SRAS) et le SARS-Cov2 (responsable de la Covid-19) sont des virus qui possèdent la protéine Spike (légèrement différente entre les deux virus) qui leur permet de se fixer sur les cellules humaines exprimant le récepteur ACE2.

Lors d'une l'infection par l'un ou l'autre virus, le corps produit notamment des anticorps. Certains sont dirigés contre Spike, certains contre d'autres protéines virales (billet sur la réponse immunitaire, schéma 1). Si les anticorps spécifiques développés sont dirigés contre certaines séquences spécifiques de Spike (son domaine de liaison à ACE2), ils auront une activité neutralisante. C'est pour cela que la plupart des vaccins utilise l'ARNm ou l'ADN de Spike dans leur formulation. Tous les anticorps développés par le corps ne sont évidemment pas neutralisant/bloquant, ce sont des anticorps qui reconnaissent les protéines virales mais sont non-neutralisants/non-bloquants.

Il existe un phénomène appelé ADE (Antibody-Dependant Enhancement) ou facilitation de l'infection par des anticorps en français.

Il est causé par des anticorps non-neutralisants générés lors de la réponse immunitaire de l'hôte (ou des niveaux d'anticorps neutralisants insuffisants). Les anticorps s'accrochent au virus et facilitent son entrée dans les cellules de l'hôte (comme les APC, cellules présentatrices d'antigènes, qui possèdent des récepteurs fixant les anticorps). Ainsi, l'infectiosité est augmentée.

ADE (facilitation de l'infection par des anticorps) © Alan Emrey

Ceci est un phénomène bien connu lors des infections par le virus de la Dengue ou le virus Zika (pour Zika, il s'agit d'anticorps développés suite à une infection contre le virus de la Dengue qui cross-réagissent lors d'une infection par le virus Zika).

Cela a aussi été démontré en laboratoire avec le coronavirus SARS-Cov1, responsable du SRAS où des faibles concentrations d'anticorps bloquants dirigés contre Spike ont augmenté l'infectiosité.

Dans le cas d'une réinfection, si les niveaux d'anticorps bloquants ont baissé, l'infectiosité sera augmentée.

et par la Covid-19 ?

C'est ce qu'ont observé des chercheurs chinois (article en pré-publication) dans des expériences en laboratoire.

Les plasmas de patients guéris pour la Covid-19 présentaient une activité ADE (APC et cellules pulmonaires).

8% des plasmas de patients ayant eu une Covid-19 légère avaient une activité ADE alors que ceux-ci représentent 76% des plasmas de patients à Covid-19 sévère. On peut donc se demander si la gravité serait une conséquence d'une ADE. Au Brésil, la gravité de l'infection par le virus Zika est due à une ADE induite par une infection par le virus de la Dengue.

L'âge médian des patients dont le plasma avait un effet ADE était de 65 ans contre 50 pour ceux n'en provoquant pas. On peut donc se demander si la gravité de la Covid-19 chez les personnes âgées serait due à une ADE.

J'en ai déjà parlé précédemment d'une étude dans Nature Microbiology qui montre que 65 jours après une infection avec le SARS-Cov2, 60% des patients n'avaient plus d'anticorps en quantité suffisante pour avoir un effet neutralisant (protection), ouvrant la porte aux cas de réinfections par le SARS-Cov2 et donc peut-être à une ADE.

De même, des mutations dans Spike rendent les anticorps bloquants inefficaces (ou moins efficaces). Cela revient à diminuer la concentration en anticorps bloquants et favoriser une ADE.

L'ADE est donc un phénomène à surveiller, spécialement dans la vaccination. Il faut donc un recul, un suivi dans le temps des différents vaccins en développement. Les communiqués de presse sur une éventuelle efficacité  à 4 semaines de vaccins ne sont pas informatifs sur la sûreté plusieurs mois après la vaccination ni évidemment sur son efficacité à moyen terme.

Comme traité dans mon billet précédent sur les challenges de la vaccination, il faut convaincre les gens de se vacciner. Pour cela, il faut être honnête et responsable. La précipitation est contraire à la sûreté et ne peut qu'être utilisée par des anti-vaccins. Il faut être certain de la sûreté des vaccins sinon on court à la catastrophe. Ainsi, les politiciens qui se lancent dans la vaccination avec moins de deux mois de recul ne sont pas des gens sérieux. 

NOTE : Je suis pro-vaccin et je suis pour la vaccination du plus grand nombre sous conditions d'efficacité et de sûreté.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L’auteur n’a pas autorisé les commentaires sur ce billet

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Le ministre Éric Dupond-Moretti est renvoyé devant la Cour de justice
Éric Dupond-Moretti devient le tout premier ministre de la justice en exercice à être renvoyé devant la Cour de justice de la République pour des faits commis dans l’exercice de ses fonctions. Le garde des Sceaux est accusé de « prise illégale d’intérêts » après avoir fait pression sur plusieurs magistrats anticorruption.
par Michel Deléan
Journal — Gauche(s)
Au-delà de l’affaire Bayou, la vague écoféministe secoue les Verts
Les écologistes réunis en conseil fédéral ont pris date pour leur prochain congrès sur fond de sidération face à l’affaire Bayou. Plus profondément, la place du courant écoféministe incarné par Sandrine Rousseau bouleverse les habitudes du parti.
par Mathieu Dejean
Journal
Damien Abad à l’Assemblée : un retour en toute impunité
Alors qu’ils ont poussé des hauts cris à propos de l’affaire Quatennens, les députés de Renaissance affirment n’avoir aucun mal à accueillir l’ancien ministre des solidarités au Palais-Bourbon, malgré les accusations de viol ou de tentative de viol qui le visent. Une question, disent-ils, de « présomption d’innocence ».
par Pauline Graulle et Christophe Gueugneau
Journal — International
Lula en tête, Bolsonaro résiste
Si Lula rassemble 48,4 % des voix au premier tour, Bolsonaro crée la surprise en dépassant les 43 %. La vigueur de l’extrême droite se retrouve aux élections législatives et des gouverneurs locaux qui se déroulaient aussi dimanche. Le mois de campagne qui reste s’annonce tendu.
par Jean-Mathieu Albertini

La sélection du Club

Billet de blog
Iran - Pour tous les « pour »
Les messages s'empilent, les mots se chevauchent, les arrestations et les morts s'accumulent, je ne traduis pas assez vite les messages qui me parviennent. En voici un... Lisez, partagez s'il vous plaît, c'est maintenant que tout se joue.
par sirine.alkonost
Billet de blog
Artistes, écrivains et journalistes iraniens arrêtés
Une traduction de la chanson « Barayé » (Pour...) du chanteur Shervin Hajipour, arrêté le 29 septembre.
par Mathilde Weibel
Billet de blog
Dernier message de Téhéran
Depuis des années, mon quotidien intime est fait de fils invisibles tendus entre Paris et Téhéran. Ces fils ont toujours été ténus - du temps de Yahoo et AOL déjà, remplacés depuis par Whatsapp, Signal, etc. Depuis les manifestations qui ont suivi la mort de Mahsa, ces fils se sont, un à un, brisés. Mais juste avant le black out, j'avais reçu ce courrier, écrit pour vous, lecteurs de France.
par sirine.alkonost
Billet de blog
Voix d'Iran - « Poussez ! »
À ce stade, même s'il ne reste plus aucun manifestant en vie d'ici demain soir, même si personne ne lève le poing le lendemain, notre vérité prévaudra, car ce moment est arrivé, où il faut faire le choix, de « prendre ou non les armes contre une mer de tourments ».
par sirine.alkonost