Covid19 : perte de l'efficacité des vaccins face aux nouveaux variants

Des chercheurs ont analysés le sang de personnes ayant reçu les deux doses des vaccins de Pfizer et Moderna. Voici leurs découvertes et les implications pour la vaccination.

La semaine dernière, je vous avais déjà parlé des premiers résultats sur la diminution de l'activité des anticorps contre une mutation notamment présente dans le variant sud-africain. Cependant certains ministres (de tous pays, rassurez-vous) et dirigeants d'entreprises pharmaceutiques rabâchent en boucle que les vaccins de moderna et pfizer sont totalement efficaces contre les mutants sans fournir aucune donnée, évidemment.

Au lieu de lire des communiqués de presse, ils devraient s'intéresser aux publications scientifiques.


Dans le présent billet je vulgarise les découvertes de cet article en prépublication sur Biorxiv depuis le 19 janvier 2021 d'un grand laboratoire de recherche américain.

Pour rappel, les vaccins moderna et pfizer aident l'organisme à développer une réponse immunitaire contre la protéine virale Spike, responsable de l'entrée du virus dans nos cellules. Les variants sud africain, britannique ou brésilien comportent des mutations sur Spike et certaines sont localisées dans le RBD (domaine de liaison ou site actif de Spike permettant sa liaison à la protéine ACE2 sur certaines de nos cellules). Des mutations dans le RBD peuvent changer l'activité de Spike et donc l'infectiosité du virus mais aussi la capacité des anticorps développés suite à la vaccination à reconnaître le virus.

Les chercheurs ont donc analysé le sang de personnes ayant reçu les deux doses des vaccins de Pfizer et Moderna (vaccination) et des personnes ayant naturellement récupéré d'une infection par le SARS-Cov2 (immunité naturelle).

  • Ils ont observé que 8 semaines après la 2e dose de vaccin, les vaccins présentaient de haut niveaux d'anticorps dirigés contre le RBD de Spike (sauvage).
  • La capacité de leur plasma (partie du sang contenant les anticorps) à neutraliser le virus était équivalente à celui de patients naturellement guéris
  • Ils avaient développé des lymphocytes B mémoires contre le RBD de Spike en quantité comparable aux patients naturellement guéris

Plutôt bien... mais ça se gâte par la suite

Lorsque les chercheurs ont testé ces anticorps contre des variants de Spike, ils ont observé une perte d'efficacité (jusqu'à un facteur 10 !)contre certains variants dont ceux portant les mutations E484K, N501Y, K417N ou la combinaison K417N:E484K:N501Y (ces 3 mutations sont présentes dans le variant sud-africain ; E484K et N501Y dans le variant brésilien ; N501Y dans le variant britannique).

Enfin, ils ont réalisé des cultures de virus en présence des anticorps des personnes vaccinées (pression de sélection). Ces expériences ont conduit à des mutations dans le RBD.

Conclusion :

Ces expériences montrent que les nouveaux variants peuvent échapper à l'immunité acquise par la vaccination avec les vaccins (ciblant uniquement le Spike de forme sauvage) mais aussi l'immunité acquise naturellement lors d'une première infection avec la souche sauvage. C'est d'ailleurs peut-être pour cela que la situation actuelle à Manaus au Brésil soit dramatique où malgré plus de 75% de la population déjà infectés en octobre 2020 (66% en juin 2020), les morts continuent de s'accumuler (preuve que l'immunité collective contre le SARS-cov2 est une illusion).

Elles montrent aussi que les traitements avec des anticorps monoclonaux dirigés contre Spike (souche sauvage) seront certainement inefficaces contre les nouveaux variants.

Les variants sont actuellement en train de se propager fortement en Europe mais on prend des demi-mesures, on attend de voir comme ça se passe et puis dans un mois quand ça sera trop tard, on dira que c'était trop rapide (comme d'habitude). Après faudra pas s'étonner qu'à l'automne prochain on soit toujours dans la panade à attendre la livraison de nouvelles doses contre les variants d'aujourd'hui.

D'autre part, ceci devrait faire réfléchir les covidiots qui se croient protégés du fait d'une infection précédente.

Je vous laisse juger par vous-même de l'utilité/validité d'un passeport vaccinal dont on commence à parler ouvertement...

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L’auteur·e a choisi de fermer cet article aux commentaires.