Alan Emrey
Abonné·e de Mediapart

82 Billets

0 Édition

Billet de blog 24 mai 2021

Covid19 : variant indien (suite 2)

Le variant indien B1617.2, ça rigole de moins en moins au Royaume-Uni. Pourtant en Europe, on ne s'y intéresse pas. En France, on a mieux à faire avec les vidéos youtube d'Emmanuel M.

Alan Emrey
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Alors que Boris Johnson est accusé d'avoir fait pression sur le Public Health England (PHE - agence de santé anglaise) pour cacher les chiffres le PHE a finalement mis en ligne un rapport sur l’évolution au Royaume-Uni d’un des variants indiens, le B1617.2, samedi 22 mai 2021.

B117 = variant britannique

B1351 = variant sud-africain

P1 = variant brésilien

B1617 = variants indiens

(pour info B117+E484K = variant britannique+mutation évasion immunitaire : ce qui a provoqué un dépistage et vaccination massifs à Bordeaux ce week-end)

Que contient ce rapport ?

Nombre de cas par variant au Royaume-Uni depuis Octobre 2020 © PHE

Bien que le variant indien B1617.2 soit apparu il y a environ 2 mois, il représente déjà plus de 1% de tous les cas séquencés depuis octobre.

Variants au Royaume-Uni au cours du temps © Public Health England

Le B1617.2 a progressé bien plus vite que les autres variants.

Aujourd'hui il représente plus de 50% des contamination au Royaume-Uni. Il a dépassé le B117 (celui qui nous a causé la dernière vague). Pourtant, à ce jour 50% des britanniques ont reçu au moins une dose de vaccin.

Circulation et transmission du B1617.2 © Public Health England

La progression hebdomadaire du B1617.2 est le double du B117.

Surtout il y a plus de 50% de contaminations parmi les contacts de personnes infectés par B1617.2 que B117 (transmissibilité 50% supérieure)

Cas de réinfection © Public Health England

Il y a relativement 4 fois plus de réinfections attribuables au B1617.2 alors qu'il ne circule que depuis 2 mois. Ces derniers jours la moitié des réinfections en résulte.

Efficacité vaccinale © Bernal et al. Public Health England PrePrint

Dans la foulée, on se rassure comme on peut avec des données vaccinales sur 3 personnes qui se battent en duel...

Le chef de BioNTech, lui-même, lors d'une réunion avec le ministre turc de la santé a pourtant estimé l'efficacité du vaccin Pfizer (2 doses) à environ 70-75%. Il se base sur une publication dans NEJM réalisée au Qatar contre le variant B1351. Outre qu'il s'agisse d'une simple étude cas/contrôle, le plus embêtant est que 35% de l'échantillon avait moins de 30 ans ! Plus de 70% avait moins de 39 ans !! 94% de l'échantillon avait moins de 49 ans !!!! C'est-à-dire loin d'être représentatif de la pyramide des âges en Europe (Occident). L'efficacité réelle serait certainement inférieure chez nous.

Il y a encore peu, le même affirmait il y a encore peu qu'aucun des variants n'échappait au vaccin pfizer alors que les données des laboratoires scientifiques (indépendants de pfizer) alertaient déjà (billet). En réalité, tout est une question de formulation. Un vaccin inefficace signifie protection équivalente à un placebo (soit 0% d'efficacité), ce n'est pas le cas ici. Les vaccins sont partiellement efficaces.

Caractéristiques démographiques de l'étude © Abu-Raddad et al NEJM

Conclusion :

Le B1617.2 touche plus les enfants. Quand les indiens nous alertent, en Europe on les prend de haut et on n'y prête pas attention. Quand c'est le ministre de la santé de Singapour (un pays qui a réellement su gérer la pandémie) qui le dit, en fait, on n'y prête pas plus attention !

La transmissibilité 50% supérieure du B1617.2 que le B117 (lui-même environ 2 fois plus transmissible que le virus souche dont le R0 était estimé à 3). On passe donc à R0=9 (en l'absence de mesure de protection : distanciation, masque, vaccin, confinement... 1 infecté contamine 9 personnes).

Les vaccins ont une certaine efficacité mais il n'y a pas de quoi pavaner avec un 70%. Il y a encore peu, on se moquait du vaccin chinois et de ses 65%. La situation aux Seychelles ou au Chili (pays très fortement vaccinés, plus qu'en Europe) était la conséquence de l'utilisation de Sinovac/pharm. Il faudrait donc revoir la communication. 65%, il y a un mois, c'était nul. Par contre aujourd'hui 70%, c'est super.

Qu'est-ce que cela signifie ? Que les gens qui estimait une immunité collective à 70% de vaccinés/infectés dans la population générale avec un vaccin efficace à 95% doivent rapidement refaire leur calcul.

  1. Ces variants échappent à l'immunité (favorisant l'apparition de nouveaux variants résistants) donc l'efficacité vaccinale est réduite (selon le chef de BioNTech, estimé à 70-75%)
  2. Transmission plus élevée
  3. Une recombinaison avec P.1 ou B1351 aboutissant à un virus plus transmissible et plus mortel n'est pas impossible

Va falloir viser 95% de vaccinés dans la population totale. Quand je pense qu'un certain commissaire européen (probablement scientifique autoproclamé comme Emmanuel M) se pavanait il y a un mois avec son 70% des adultes vaccinés (c'est-à-dire vaguement 50% de la population générale)...

Que dit le directeur de l'OMS à propos de l'immunité collective ?

Immunité collective © OMS sur NBC news

"La soi-disant immunité collective contre la rougeole nécessite 95% de vaccinés pour que 5% de non-vaccinés soient protégés... C'est scientifiquement et éthiquement problématique."

Que chacun prenne ses responsabilités cet été. Souvenez-vous de l'été dernier et surtout de l'automne.

Bonus 1 : ce soir à Bolton (où 90% des infections sont attribuable au B1617.2), les hôpitaux recommencent à se remplir et on demande à la population de ne pas quitter la ville !

Bonus 2 : La finale 100% anglaise de ligue des champions se joue au Portugal la semaine prochaine avec de bons touristes anglais.

Bonus 3 : l'Euro de foot va se jouer au Royaume-Uni avec des supporters en tribune ! Quelqu'un se souvient-il encore de ce qu'a engendré le match Atalanta-Valence l'an dernier ?

Bonus 4 : les gestes barrières selon Emmanuel M.


Pour ceux qui ont twitter, pensez à RT pour faire circuler l'information.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Des femmes et des enfants survivent dans la rue à Bagnolet
Une vingtaine de femmes exilées, et autant d’enfants, dont des nourrissons, occupent un coin de rue à Bagnolet depuis le 4 août pour revendiquer leur droit à un hébergement. Une pétition vient d’être lancée par différentes associations pour soutenir leur action et interpeller les autorités sur leur cas.
par Nejma Brahim
Journal — Migrations
Face au risque d’expulsion à Montreuil : « Je veux juste un coin pour vivre »
Ce mardi, une audience avait lieu au tribunal de proximité de Montreuil pour décider du délai laissé aux cent vingt personnes exilées – femmes, dont certaines enceintes, hommes et enfants – ayant trouvé refuge dans des bureaux vides depuis juin. La juge rendra sa décision vendredi 12 août. Une expulsion sans délai pourrait être décidée.
par Sophie Boutboul
Journal — Énergies
La sécheresse aggrave la crise énergétique en Europe
Déjà fortement ébranlé par les menaces de pénurie de gaz, le système électrique européen voit les productions s’effondrer, en raison de la sécheresse installée depuis le début de l’année. Jamais les prix de l’électricité n’ont été aussi élevés sur le continent.
par Martine Orange
Journal — Politique économique
Inflation : le gouvernement se félicite, les Français trinquent
L’OCDE a confirmé la baisse des revenus réels en France au premier trimestre 2022 de 1,9 %, une baisse plus forte qu’en Allemagne, en Italie ou aux États-Unis. Et les choix politiques ne sont pas pour rien dans ce désastre.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Ce que nous rappelle la variole du singe
[REDIFFUSION] A peine la covid maitrisée que surgit une nouvelle alerte sanitaire, qui semble cette fois plus particulièrement concerner les gays. Qu’en penser ? Comment nous, homos, devons-nous réagir ? Qu’est-ce que ce énième avertissement peut-il apporter à la prévention en santé sexuelle ?
par Hervé Latapie
Billet de blog
Faire face à l’effondrement du service public de santé
Après avoir montré l’étendue et les causes des dégâts du service public de santé français, ce deuxième volet traite des solutions en trompe-l’œil prises jusque-là. Et avance des propositions inédites, articulées autour de la création d’un service public de santé territorial, pour tenter d’y remédier.
par Julien Vernaudon
Billet de blog
Variole du singe : ce que coûte l'inaction des pouvoirs publics
« L'objectif, c'est de vacciner toutes les personnes qui souhaitent l'être, mais n'oublions pas que nous ne sommes pas dans l'urgence pour la vaccination ». Voilà ce qu'a déclaré la ministre déléguée en charge des professions de santé, au sujet de l'épidémie de la variole du singe. Pourtant pour les gays/bis et les TDS il y a urgence ! Quel est donc ce « nous » qui n'est pas dans l'urgence ?
par Miguel Shema
Billet de blog
Variole du singe : chronique d'une (nouvelle) gestion calamiteuse de la vaccination
[REDIFFUSION] Créneaux de vaccination saturés, communication inexistante sur l'épidémie et sur la vaccination, aucune transparence sur le nombre de doses disponible : la gestion actuelle de la variole du singe est catastrophique et dangereuse.
par Jean-Baptiste Lachenal