Un clavier pour le français. Pourquoi imposer l'optimal puisque l'aberrant est là !

L'AFNOR planche aujourd'hui sur la normalisation d'un clavier d'ordinateur mieux adapté à la langue française. La solution existe aujourd'hui. Elle s'appelle le clavier ergonomique bépo. L'ironie est que ce clavier est fabriqué par une société américaine, Typematrix. Le Ministère de la Culture et de la Communication reconnaît que bépo est optimal mais ne veut pas l'imposer aux français !

La normalisation d'un clavier d'ordinateur mieux adapté à la langue française d'une part, et plus ergonomique d'autre part, ne mérite certainement pas les gausseries dont ne se prive pas ce billet sur Médiapart. Je ne ferai d'ailleurs aucun commentaire, les lecteurs jugeront par eux-mêmes, de sa pertinence et du haut niveau de sa réflexion.

Je suis aujourd'hui retraité mais encore très actif dans le monde du logiciel libre en tant que traducteur de documentation. J'ai eu aussi l'occasion d'écrire un livre technique et de traduire une autobiographie.  La saisie quotidienne de dizaines de pages fait que je peux affirmer sans prétention qu'en parlant de clavier je sais de quoi je parle. Et je confirme, le clavier AZERTY est une totale aberration tant sur le plan de la facilité à écrire correctement dans notre langue, que sur le plan de l'ergonomie et par voie de conséquence sur l'efficacité et le confort de frappe. On ne saurait donc que se féliciter de voir le gouvernement enfin s'attaquer au problème.

Pendant toute ma carrière, j'ai dû utiliser le matériel qu'on me mettait à disposition, donc naturellement équipé de logiciels propriétaires et d'un clavier AZERTY. L'horreur absolue pour un adepte du logiciel libre mais là n'est pas le sujet. Avec ce matériel, je n'ai jamais été capable de taper en aveugle et des dix doigts, chose que je fais aujourd'hui depuis que j'ai découvert le clavier ergonomique fabriqué par un constructeur américain, je veux parler du clavier ergonomique Typematrix (sa marque) bépo (son agencement de clavier).

Mais, quelle ironie de voir que pour taper facilement en français, il faille aller acheter son clavier aux USA !

Mais qu'est-ce qu'un clavier ergonomique bépo de Typematrix. Je ne vais certainement pas citer tous les avantages du clavier ergonomique bépo et je vous renvoie à ce site  pour plus de détails. . Je vais seulement insister sur deux points fondamentaux qui le différencie des autres claviers :

  1.  Son ergonomie : les touches ne sont plus disposées en quiconce comme sur le bon viel AZERTY, mais en lignes et colonnes (sans décalage). On parle de clavier orthogonal et cela facilite grandement la frappe en aveugle, croyez-moi.
  2.  Son agencement : c'est à dire d'abord la nature des caractères qu'on y trouve (il y a les majuscules accentuées, les guillemets français, et beaucoup d'autres choses) mais là n'est pas l'essentiel. L'essentiel c'est comment ces caractères sont répartis sur le clavier. La disposition, qui a été étudiée par un groupe de passionnés en se basant sur une étude statistique des occurences des caractères dans des textes écrits en français, est faite de telle sorte que :
  • il y a une alternance quasi-systématique entre main droite et main gauche,
  • la proportion de frappe en dehors de la ligne médiane  est minimisée (la comparaison avec un clavier AZERTY est sans appel à l'avantage du bépo),
  • le recours à des combinaisons de touches accrobatiques est rarissime,
  • les touches Entrée et Effacement sont au centre du clavier et accessibles sans effort par les deux index.

Donc vous l'aurez compris, des mouvements d'amplitude réduits, pas d'accrobatie et un équilibre des deux mains.

L'accoutumance à  ce clavier, par le vieillard que je suis déjà, n'a nécessité que quatre à cinq jour ; cela laisse à penser ce que ça pourrait-être pour des enfants ou de jeunes adultes. La frappe en aveugle m'est venue naturellement et sans effort particulier. Je n'ai rien fait d'autre qu'à me mettre à saisir mes textes avec ce clavier. Ma vitesse de frappe est incommensurablement plus grande que ce qu'elle était du temps ou je travaillais – c'est bien dommage pour mon patron. Je ne parle pas du confort, je peux taper des heures et des heures sans jamais ressentir la moindre fatique musculaire.
Si cela vous étonne et que vous doutez encore, franchissez le pas, vous verrez vous ne serez pas déçu.
Malheureusement ce clavier ne se trouve aujourd'hui sur aucun ordinateur portable. Si vous avez un ordinateur fixe ce n'est pas un problème ; sur un portable il vous faudra le trimbaler avec vous dans la sacoche du PC. Je sais ce n'est pas idéal.

Quand j'ai appris que le Ministère de la Culture s'intéressait au problème, j'ai été ravi. Mais mon ravissement n'a duré qu'un bref instant quand j'ai découvert qu'il ne s'agissait que d'aménagements au clavier AZERTY. J'ai alors écrit au Ministère de la Culture et de la Communication qui m'a gentillement répondu que, à propos du clavier bépo, « Cette représentation de clavier est en effet optimale pour la saisie de la langue française, mais elle est aussi radicalement différente du clavier actuel, ce qui signifie qu'il serait difficile, voire irréaliste, d'imposer ce modèle à tous les citoyens ».
Ça laisse rêveur, non ? On ne veut pas imposer l'optimal, mais on impose bien l'aberrant ! Et d'ailleurs, qui a parlé d'imposer. Il suffit simplement de favoriser le bon contre le médiocre, pas d'imposer.


Néanmoins, la porte n'est pas complètement fermée, un peu plus loin dans la réponse, le Ministère reprend : « … le clavier bépo pourrait être présenté comme une alternative figurant dans la norme, à côté d'un clavier de type « azerty » français … » .


J'ai bien peur que cela ne serve pas à grand chose de mettre le clavier bépo en alternative si rien n'est fait pour en favoriser l'apparition sur les ordinateurs. On pourrait par exemple, en favoriser l'utilisation par les jeunes enfants qui découvrent l'informatique. Et puis, on verrait bien ce qui se passe avec les adultes.

Et puis, les ministères de la Santé et du Travail ne devraient-ils pas eux aussi se saisir du problème car les enjeux, en matière d'efficacité et de santé au travail, sont énormes.

Donc quand ce billet, , parle d'oraison funèbre, j'aimerais le croire, mais j'ai peur que la bête ne se laisse pas dépecer de si tôt.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.