Edouard Philippe se moque du monde

Il a recours à deux figures rhétoriques: l'une, menaçante et apocalyptique, d'une future "réforme" encore plus brutale. L'autre, répétitive et éculée, sur une pédagogie qui permettrait aux pauvres idiots que nous sommes d'accéder au secret des vertus du projet gouvernemental.

manif-5-de-cembre

Il déclare ainsi:
« si on ne fait pas une réforme profonde, sérieuse, progressive aujourd’hui, quelqu’un d’autre en fera une demain brutale, vraiment brutale ». « Je ne crois pas aux annonces magiques, dit-il encore au JDD. Mercredi, j’expliquerai, avec beaucoup de détails, le dispositif qu’on veut construire. Et je continuerai ensuite à l’expliquer. »


A ce stade, comme on peut le constater dans nombre de conversations et d'échanges, le mouvement de grève est très populaire chez les salariés, y compris ceux et celles qui sont confrontés à de grandes difficultés de déplacement.

Personne ne pense que ce pouvoir veut mettre en oeuvre une réforme améliorant la situation des salariés. Macron et le gouvernement sont profondément discrédités et même haïs. Ils pensaient pouvoir imposer leur projet sans trop de problèmes. Ils désiraient infliger à nouveau une défaite et des divisions supplémentaires au monde du travail et au mouvement syndical C'est déjà un échec, au vu du succès de la journée du 5 décembre. Malgré cela, ils veulent passer en force.

C'est encore et toujours notre solidarité qui constitue le meilleur barrage face à la régression sociale.

Sur les conditions de travail des salariés de la RATP voir https://blogs.mediapart.fr/albert-herszkowicz/blog/041219/ratp-des-privilegies-qui-souffrent 

Sur l'argumentaire du gouvernement voir l'excellente démonstration de l'économiste Henri Sterdyniak https://blogs.mediapart.fr/henri-sterdyniak/blog/061219/retraites-un-ministre-t-il-le-droit-de-mentir 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.