albert herszkowicz
Militant antiraciste, également bloggeur à www.memorial98.org et http://info-antiraciste.blogspot.fr/. Santé publique, justice sociale.
Abonné·e de Mediapart

657 Billets

0 Édition

Billet de blog 12 oct. 2018

albert herszkowicz
Militant antiraciste, également bloggeur à www.memorial98.org et http://info-antiraciste.blogspot.fr/. Santé publique, justice sociale.
Abonné·e de Mediapart

Alcool: un lobby au coeur de l'Etat

Ils poussent un cri de colère: les médecins spécialistes des addictions protestent contre l'absence de politiques publiques destinées à réduire la consommation excessive d'alcool. C'est également ma propre expérience en tant que conseiller médical addictions à la direction générale de la santé du ministère de la santé (2009-2016)

albert herszkowicz
Militant antiraciste, également bloggeur à www.memorial98.org et http://info-antiraciste.blogspot.fr/. Santé publique, justice sociale.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

A chaque fois qu'il a été question de politiques fortes et novatrices afin de contrer le discours des industriels et producteurs de ce domaine, le dossier "remontait " au cabinet du ministre et se retrouvait bloqué. Ce fut notamment le cas quand les publications scientifiques et institutionnelles (OMS) ont montré que le risque accru de cancer se produisait y compris avec des consommations modérées d'alcool.

 
Les experts déclarent "L’alcool ne doit pas rester l’éternel trou noir des politiques de prévention de la consommation de produits psychoactifs. Aucun Français ne doute de la puissance de lobbys qui parviennent à museler l’action politique dans le domaine de l’alcool, sujet d’intérêt général qui ligue contre lui le plus grand nombre d’intérêts particuliers.
C’est oublier qu’au-delà des 49 000 morts annuelles causées directement par sa consommation, l’alcool est :
la deuxième cause de cancers (et la première cause de cancers du sein) ;
la première cause de démence précoce ;
la première cause de mortalité chez les 15-30 ans ;
la deuxième cause d’hospitalisation médicale.
C’est oublier que l’alcool est impliqué dans plus de la moitié des violences faites aux femmes et aux enfants. C’est oublier que l’alcool est la première cause évitable de retard mental chez l’enfant. "

La protestation de ces experts du risque alcool se heurte à la puissance du groupe de pression de la filière de ce secteur dont la représentante n'est autre que la conseillère " agriculture" de Macron, comme nous l'avions montré ici dès février dernier; nous écrivions:

"Mauvaise action contre la santé publique:  Audrey Bourolleau ,  représentante du lobby du vin, est  nommée conseillère agriculture d’Emmanuel Macron.Déléguée générale de l’organisme de lobbying bien connu "Vin et société,  elle avait obtenu l'affaiblissement de la loi Evin par le Parlement en 2015.
Sa nomination est la suite de son engagement au côté de Macron lors de la campagne présidentielle. 
L’un de ses principaux faits d’arme a en effet été d’obtenir, lors de l’examen de la loi santé en 2015, le détricotage de la "loi Evin" qui encadre la publicité sur les boissons alcoolisées en France depuis 1991. Les parlementaires avaient fortement assoupli les conditions dans lesquelles il était possible de faire la promotion du vin, en dépit de l’opposition de la ministre de la santé Marisol Touraine. La mesure avait reçu la bénédiction de François Hollande et de son ministre de l’économie  d'alors... Emmanuel Macron.
L’actuelle ministre de la santé, Agnès Buzyn, alors présidente de l’Institut national du cancer, s’était dite « très inquiète » de cette volonté de changer la législation. « C’est un échec grave pour la santé publique et une victoire des lobbies, avait-elle assuré dans un entretien à L’Humanité, estimant que « clairement, les industriels [avaient] gagné cette bataille sur le front parlementaire ».

Audrey Bourolleau avait par ailleurs piloté en 2015 une campagne de communication malfaisante . Sous le slogan « Aimer le vin, c’est aussi avoir un grain de raison », cette opération était censée donner aux Français les « repères de consommation » de vin, baptisés « 2.3.4.0 ». Soit deux verres maximum par jour pour une femme, trois verres pour un homme, quatre en une seule occasion et 0 un jour par semaine

L'officielle Haute autorité de santé( HAS) avait alors dénoncé une « campagne publicitaire qui détourne un outil médical de lutte contre les dangers de l’alcool ».

Soulignant que « la consommation d’alcool représente un problème de santé publique majeur », l’autorité avait jugé que « la campagne publicitaire orchestrée par Vin et société transforme des seuils de consommation à risque nécessitant une prise en charge médicale en “repères” pour une consommation “acceptable” d’alcool ».

La consommation excessive d'alcool est responsable de 49 000 morts par en France et également de très nombreux actes de violence, notamment contre les femmes. Il s'agit donc d'un mauvais coup porté dans un des domaines-clé de la santé publique en France. Macron qui déclare vouloir mettre au premier plan les actions de prévention est en totale contradiction avec cet engagement; il doit annuler cette nomination."

Non seulement Macron a maintenu Audrey Bourolleau mais il a multiplié les déclarations promouvant la consommation quotidienne et excessive  d'alcool. Il se promeut en modèle et se vante de boire du vin plusieurs fois par jour. De plus lors de la présentation de son plan santé le 18 septembre, il a mentionné le tabac comme facteur de risques mais a soigneusement omis l'alcool. Macron cherche à combattre l'image de président des villes, éloigné de la "France des territoires et des terroirs" Il a donc choisi de favoriser les chasseurs et les producteurs de boissons alcoolisées.

 Pour nous il ne s'agit pas de promouvoir une illusoire abstinence mais de permettre une véritable politique de prévention et de réduction des risques, sans plier aux diktats de l'industrie alcoolière. Une fois de plus c'est la santé publique qui doit être au poste de commande et pas les lobbys.  

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Viols, tortures et disparitions forcées : en Iran, dans le labyrinthe de la répression
Pour les familles, l’incarcération ou la disparition d’un proche signifie souvent le début d’une longue recherche pour savoir qui le détient et son lieu de détention. Le célèbre rappeur Toomaj, dont on était sans nouvelles, risque d’être condamné à mort.
par Jean-Pierre Perrin
Journal — Outre-mer
Karine Lebon, députée : « Ce qui se passe à La Réunion n’émeut personne »
La parlementaire de gauche réunionnaise dénonce le désintérêt dont les outre-mer font l’objet, après une semaine marquée par le débat sur les soignants non vaccinés et le non-lieu possible sur le scandale du chlordécone. 
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle
Journal
Loi « anti-squat » : le gouvernement se laisse déborder sur sa droite
En dépit de la fronde des associations de mal-logés et l’opposition de la gauche, l’Assemblée a adopté la proposition de loi sur la « protection des logements de l’occupation illicite » à l’issue d’un débat où le texte a été durci par une alliance Renaissance-Les Républicains-Rassemblement national.
par Lucie Delaporte
Journal — Asie et Océanie
Après les inondations, les traumatismes de la population du Pakistan
Depuis 2010, des chercheurs se sont intéressés aux effets dévastateurs des catastrophes naturelles, comme les inondations, sur la santé mentale des populations affectées au Pakistan. Un phénomène « à ne surtout pas prendre à la légère », alerte Asma Humayun, chercheuse et psychiatre à Islamabad.
par Nejma Brahim

La sélection du Club

Billet de blog
L’aquaculture, une promesse à ne surtout pas tenir
« D’ici 2050, il nous faudra augmenter la production mondiale de nourriture de 70% ». Sur son site web, le géant de l’élevage de saumons SalMar nous met en garde : il y a de plus en plus de bouches à nourrir sur la planète, et la production agricole « terrestre » a atteint ses limites. L'aquaculture représente-elle le seul avenir possible pour notre système alimentaire ?
par eliottwithonel
Billet de blog
Et pan ! sur la baguette française qui entre à l’Unesco
L’Unesco s’est-elle faite berner par la Confédération nationale de la boulangerie-pâtisserie française ? Les nutritionnistes tombent du ciel. Et le pape de la recherche sur le pain, l’Américain Steven Kaplan s’étouffe à l’annonce de ce classement qu’il juge comme une « effroyable régression ». (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Pesticides et gras du bide
Gros ventre, panse,  brioche,  abdos Kro, bide... Autant de douceurs littéraires nous permettant de décrire l'excès de graisse visible au niveau de notre ventre ! Si sa présence peut être due à une sédentarité excessive, une forme d'obésité ou encore à une mauvaise alimentation, peut-être que les pesticides n'y sont pas non plus étrangers... Que nous dit un article récent à ce sujet ?
par Le Vagalâme
Billet de blog
La vie en rose, des fjords norvégiens au bocage breton
Le 10 décembre prochain aura lieu une journée de mobilisation contre l’installation d’une usine de production de saumons à Plouisy dans les Côtes d’Armor. L'industrie du saumon, produit très consommé en France, est très critiquée, au point que certains tentent de la réinventer totalement. Retour sur cette industrie controversée, et l'implantation de ce projet à plus de 25 kilomètres de la mer.
par theochimin