Douste-Blazy: un affabulateur au secours de Raoult

Le culot mensonger du prétendu chevalier blanc Douste-Blanzy, homme du laboratoire Servier. C'est lui qui s'est porté en première ligne sur BFM pour s'opposer au dossier du Lancet lequel met en pièces le traitement par la chloroquine, inefficace et dangereux.

douste-blazy-mediator

C'est lui qui s'est porté en première ligne sur BFM pour s'opposer au dossier du Lancet ( voir notre analyse ici )  lequel met en pièces le traitement par la chloroquine, inefficace et dangereux.
Douste-Blanzy a repris les éléments de langage habituels sur la machination des laboratoires qui chercheraient à nuire à ce traitement afin de préserver leurs futurs profits. Ce complotisme de haut vol mêle, selon la recette en vigueur, des éléments réels ( la compétition des laboratoires pharmaceutiques ainsi que leurs manœuvres financières) et un mensonge éhonté sur une prétendue complicité des critiques de la chloroquine avec ces laboratoires.
C'est d'autant plus hypocrite dans le cas de cet ex-ministre, réputé pour ses mensonges, qu'il est lui-même fortement lié à un des pires laboratoires, en l’occurrence Servier.

Ce dernier, responsable notamment du scandale du Mediator actuellement en procès, a financé la carrière politique de Douste-Blazy ( voir ) lequel écrivait dans un courrier au patron de Servier " ‘’Merci pour votre amitié, que je savais déjà fidèle’’».


Il est d'ailleurs étonnant qu'aucun des médias qui reçoivent "Dousteblabla", ainsi surnommé en raison de son rapport distant avec la vérité, n'éprouve le besoin de le confronter à ses propres turpitudes dans ce domaine ni ne rappelle qu'il est juge et partie, en tant qu'administrateur de l’institut IHU du Pr Raoult.

Douste-Blanzy figure ainsi en bonne place sur le mur des soutiens de Raoult. Celui-ci comporte écrasante majorité de réactionnaires et fachos mais aussi quelques "égarés" se réclamant de la gauche

les-supporters-de-raoult

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.