Sénat: colloque fantoche du lobby taurin sur la relation humains - animaux

Le Sénat accueillera le 4 octobre 2016 un colloque intitulé « L’Homme et les animaux : vers un conflit de civilisations ? » dont les thèmes abordés peuvent soulever un intérêt certain. Pourtant, à y regarder de plus près, cette réunion s'apparente plus à une campagne de promotion du discours des lobbies de la corrida, de la chasse et de l'industrie agroalimentaire, qu'à un débat d'idées.

Note  : Ce texte a été initialement publié sur la page Facebook du groupe Condition Animale du Parti de Gauche (lire ici).

Le 4 octobre prochain aura lieu au Sénat un colloque intitulé «  L’Homme et les animaux : vers un conflit de civilisations ?  » qui aurait pu être intéressant. Intéressant en effet car on aurait pu questionner l'intensification de l'exploitation des animaux terrestres et marins pour la consommation, ou bien le déploiement des delphinariums et autres lieux de loisirs avec des animaux, qui sont deux activités récentes dans l'histoire de l'humanité. Ou encore la nouvelle relation à entretenir avec eux après la mécanisation des exploitations agricoles.

Mais il n'en sera rien, et pour cause, l'Observatoire National des Cultures Taurines (ONCT) qui organise ce colloque, avec le soutien de l'Union des Villes Taurines de France (UVFT), a choisi des intervenants qui, au-delà d'être exclusivement masculins (patriarcat quand tu nous tiens…), ont des regards proches sur la relation entre les humains et les animaux.

Abstraction faite de l'ouverture de la brochure de présentation par un verset de la Bible pour s'opposer à une voix des plus radicales du mouvement de défense des droits des animaux, ce colloque s'apparente en réalité à une campagne contre les associations de protection animale, volontairement réduites aux véganes, faute - sûrement - d'avoir un argumentaire suffisamment construit contre les associations welfaristes (c’est-à-dire favorables au bien-être animal).

Le premier visuel présente via des commentaires les réelles intentions de ce colloque. Amatrices et amateurs de caricatures, il est fait pour vous !

Le second visuel présente les intervenants (nous ne féminisons pas le terme, vu que l'ONCT et l'UVTF n'ont pas trouvé bon d'inviter des intervenantEs) dont les portraits non exhaustifs de certains sont présents à la fin de cet article. Ces derniers permettent d'anticiper la teneur des propos de ce «  colloque  » où sans aucun doute possible, la pluralité ne sera pas invitée au débat.

Enfin, notons l'humour de l'ONCT et de l'UVTF qui ont pris le soin de préciser que le buffet sera «  non végan  »... Auraient-ils peur que des militant.e.s de la protection animale s'invitent à leur rendez-vous ?!

Totalement fantoche, cette réunion n'est en rien un colloque mais au contraire, une véritable campagne contre le mouvement de protection animale, appuyée sur la Bible et les lobbies de la corrida, de la chasse et de l’agroalimentaire.

Pourtant, les thèmes abordés présentent un intérêt certain  : «  L’animal au regard de l’éthique et du droit  », «  Animaux, ruralité et traditions culturelles  » et «  Vie et mort éthique des animaux dans les sociétés modernes  ». Tout comme la relation entre les humains et les animaux mérite un vrai débat de société.  


 Portraits non exhaustifs de quelques intervenants :

  • André Viard, ancien matador, journaliste taurin, juriste, éditeur, militant pour la défense de la tauromachie sous toutes ses formes, créateur et président de l'Observatoire National des Cultures Taurines (ONCT), dont le travail a donné lieu à l'inscription de la corrida au patrimoine immatériel français en 2011 :
    - pro-corrida  ;
    - comparaison des pratiques des anti-corridas à celles des nazis d'avant-guerre  ;
    - comparaison des anti-corridas à Anders Breivik, le terroriste d'extrême-droite auteur de la tuerie d'Oslo ;
    - position anti-avortement après que Simone Veil ait pris position contre la corrida pour les moins de 16 ans ;
    - déclaration de «  Je ne suis pas Charlie  » après l'attentat, car selon lui, «  Charlie est le journal le plus violent de France, pour preuve, son travail antitaurin  ».

  • Gérard Larcher, président du Sénat (LR) :
    - n'a pas soutenu la proposition de création d'une commission d'enquête sur les abattoirs ;  
    - favorable à la chasse à glu ;
    - mise en garde des chasseurs contre la reconnaissance de la sensibilité des animaux sauvages ;
    - chasseur au domaine national de Chambord.

  • Jean-Louis Carrère, sénateur (PS) :
    - défenseur de la chasse aux ortolans et aux pinsons ;
    - défenseur de la chasse à la glu ;
    - opposant à l'abolition du gavage ;
    - pour que le Conseil national de la chasse et de la faune sauvage (CNCFS) reste hors du Comité national de la biodiversité (CNB).

  • Reynald Ottenhof, juriste, professeur émérite à l’Université de Nantes :
    - pro-corrida  ;
    - président du comité juridique de l'Observatoire National des Cultures Taurines (ONCT).

  • Frédéric Saumade, professeur d’anthropologie sociale à l’Université de Provence et membre de l’Institut d’ethnologie méditerranéenne, européenne et comparative (IDEMEC) d’Aix-en-Provence  :
    - pro-corrida  ;
    - regrette que "notre époque soit un peu trop sensible au rapprochement entre l'homme et l'animal".

  • Etienne Gangneron, vice-président de la FNSEA et éleveur de bovins viande en production biologique dans le Cher :
    - vice-président de la FNSEA

  • François Zumbiehl, agrégé de lettres classiques, docteur en anthropologie culturelle, écrivain, ancien conseiller culturel à l’ambassade de France en Espagne, directeur culturel de l’Union latine :
    - pro-corrida

  • Joël Pon, psychiatre, écrivain :
    - pro-corrida ;
    - membre fondateur de l'Observatoire National des Cultures Taurines (ONCT)
    - soutient «  le rôle éminemment formateur [de la corrida] auprès des enfants  »

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.