La plateforme de gauche répond à Alexis Tsipras

Suite à la démission d'Alexis Tsipras et à l'annonce d'élections législatives anticipées en Grèce le 20 septembre prochain, la plateforme de gauche de Syriza a publié la réponse suivante.

Suite à la démission d'Alexis Tsipras et à l'annonce d'élections législatives anticipées en Grèce le 20 septembre prochain, la plateforme de gauche de Syriza a publié la réponse suivante.

La plateforme de gauche répond à Alexis Tsipras

Lors de son discours annonçant des élections anticipées, Alexis Tsipras est apparu avec un autre visage, complètement et radicalement opposé à ce qu’étaient jusqu’alors les engagements et les combats de Syriza.

La première et principale promesse d’Alexis Tsipras a été l’acquiescement au troisième Mémorandum d'austérité et de dure servitude du pays, un Mémorandum qu’il a accepté de signer sans consulter les membres et cadres exécutifs de Syriza.

Les élections décidées par Alexis Tsipras constituent un refus complet du « NON » fier lors du référendum. Elles sont une pierre tombale des luttes contre le mémorandum et les attentes anti-austéritaires du peuple. L’objectif de ces élections anticipées annoncées au milieu de l'été est non seulement de se débarrasser des engagements anti-Mémorandum de Syriza, mais aussi de demander au peuple grec de se mettre une corde autour du cou et d'approuver un nouveau Mémorandum en votant en faveur de Tsipras ou de Nouvelle démocratie ou du PASO ou de To Potami, les partis constituant le nouveau consensus pro-austéritaire.

Fidèle aux engagements de Syriza, en accord avec le "non" du peuple grec, la plateforme de gauche soulève haut la bannière de la lutte pour une alternative à la crise, pour la reconstruction productive et progressiste du pays.

La plateforme de gauche va contribuer immédiatement à la création d'un large front démocratique, progressiste et anti-Mémorandum qui se présentera aux élections afin de se battre pour l'annulation de toutes les Mémorandums et pour  l’annulation de la majeure partie de la dette. Pour défendre le « NON » combatif du peuple grec lors du référendum du 5 juillet. Pour en finir avec l'austérité dans les salaires, les retraites et les dépenses sociales. Pour arrêter la liquidation des biens publics et des actifs de la Grèce. Pour orienter le pays dans une nouvelle voie d’indépendance nationale, de souveraineté, de reconstruction et dans une nouvelle trajectoire progressiste. "

Jeudi 20 août 2015

-----

Traduction du message posté par Stathis Kouvelakis sur Facebook 

The Left Platform replies to Alexis Tsipras

With his speech announcing snap elections, Alexis Tsipras appeared with another face, completely and radically opposed to the hitherto commitments and struggles of SYRIZA.

The first and foremost promise Tsipras Alexis was the compliance to the new third Memorandum of austerity and hard servitude for the country, a Memorandum which he agreed signing zithour asking the people or the members and cadres of SYRIZA members and executives of.

The elections decided by Alexis Tsipras amount to a complete denial of the proud "NO" of the referendum. They are a gravestone of the struggles against the memorandum and anti-austerity expectations of the people. The goal of these express elections announced in the middle of the summer is to discard the anti-memorandum commitments SYRIZA but also to ask the Greek people to put a noose around their neck and to approve a new memorandum by voting in favour of Tsipras or for New Democracy or for PASOK or for To Potami, the parties constituting the new pro-austerity consensus.

Faithful to the commitments of SYRIZA, consistent with the "NO" of the Greek people, the Left Platform raises high the banner of the struggle for an alternative to the crisis, for the productive and progressive reconstruction of the country.

The Left Platform will contribute immediately to the creation of a broad, anti-memorandum, progressive, democratic front that will stand in the elections to fight for the cancellation of all Memoranda and for the writing-off of the major part of the debt. To defend the combative "NO" of the Greek people in the referendum of July 5. To end austerity in wages, pensions and social spending. To stop the selling-off of public property and of the assets of Greece. To orient the country on a new path of national independence, sovereignty, reconstruction and a new progressive course. "

Thursday, August 20, 2015

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.