Florence Parly : AIR FRANCE " une haie de déshonneur"

Plus de 4 mois après sa nomination au poste de Ministre des armées sa déclaration d’intérêt est enfin complète. La haute autorité de la transparence de la vie publique la mise à jour le 2 novembre, on y découvre donc de nouveaux salaires une nouvelle fois très impressionnants. "Vous avez aimé les salaires de la ministre à la SNCF, vous adorerez ses indemnités chez Air France."

France Culture vous dévoile les très bonnes rémunérations de la ministre des Armées Florence Parly. 658.000 euros en 2014 pour son départ d'Air France, notamment. Plus de 4 mois après sa nomination au poste de Ministre des armées sa déclaration d’intérêt est enfin complète. La haute autorité de la transparence de la vie publique la mise à jour le 2 novembre, on y découvre donc de nouveaux salaires une nouvelle fois très impressionnants.

Un article sur Marianne nous précise : " Vous avez aimé les salaires de la ministre à la SNCF, vous adorerez ses indemnités chez Air France ".

"La SNCF, qui l'a payée jusqu'à 52.000 euros mensuels en 2017, grâce à une jolie prime de résultats, se trouve comme renvoyée à l'époque de la locomotive à vapeur. Avec Air France, on passe en effet le mur du son des gros salaires. Sur les huit premiers mois de 2014, la socialiste ralliée à Emmanuel Macron aura touché une moyenne de plus de 79.000 euros net mensuels de la part du géant aérien, soit environ 69 Smic. Son indemnité de départ, en septembre, laisse particulièrement rêveur : 675.800 euros brut, soit 406.231 euros net d'impôts. Un joli parachute doré, afin de permettre à l’énarque d’atterrir en douceur."

A l'époque où Florence Parly a touché cette prime, Air France était dans une situation financière délicate. Après avoir accumulé des pertes importantes, le groupe avait mis en place deux plans de départs volontaires et supprimé respectivement 5.122 et 2.800 postes.

Florence Parly : AIR FRANCE " une haie de déshonneur"

Air France: manifestation des salariés au CCE © Journal l'Humanité

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.