La France insoumise présente son contre-budget

Le groupe FI à l’Assemblée nationale a dévoilé jeudi 2 Novembre 2017 une contre-proposition de budget, misant sur une relance de la dépense publique . "Au budget pour les hyper-riches, nous opposons le budget pour l'intérêt général" : Eric Coquerel. Une contre proposition au budget actuel « qui donne beaucoup aux premiers de cordée et laisse des miettes à leurs sherpas » : Liêm Hoang-Ngoc.

Ce contre-budget a été initié par la France insoumise et ses député(e)s : il a été préparé par la commission du programme de la France insoumise, les économistes et hauts fonctionnaires du mouvement, en lien avec le groupe parlementaire et ses députés.

Le document complet est disponible  à cette adresse.

La France insoumise préconise un plan d’investissement de 100 milliards d’euros sur cinq ans . Une somme financée par l’emprunt, qui devra provoquer une relance de l’activité.

Le budget propose également une hausse de 173 milliards d’euros des dépenses publiques sur cinq ans, pour luter fortement contre la pauvreté et l'urgence climatique.

Le tout financé par une hausse d’impôts de 170 milliards , reposant sur les plus aisés. À raison d’une progressivité beaucoup plus forte de l’impôt sur le revenu – en 14 tranches contre 5 aujourd’hui – qui fera contribuer plus fortement les Français gagnant plus de 4 000 euros par mois. Avec une tranche supérieure de 90 % d’imposition pour ceux qui gagnent plus de 400 000 euros par mois, contre  45% actuellement. Mesure qui a provoqué les foudres du Figaro : Mélenchon propose de taxer à 90 % les hauts revenus, sans expliquer la différence entre taux marginal et taux réel. Ce n'est pas parce que la dernière tranche est taxée à 90% que tout le revenu est taxé à 90%, seuls les revenus excédant 400 000 euros par mois seront soumis à ce taux d'imposition. Et moins de 30.000 foyers fiscaux - sur 17 millions - seraient concernés, uniquement les premiers de cordée.

Une TVA à 33 % sur les produits de luxe, le renforcement de l’impôt sur la fortune et des droits de succession devront faire le reste. Accompagnée d'une lutte contre l’évasion fiscale, d'une suppression du CICE et des niches fiscales.

Avec ce budget, le pouvoir d’achat des ménages repartirait à la hausse, le chômage baisserait à 6 % en 2022 et la reprise de l’économie conduirait la France vers une dette à 87 % du PIB, contre 96,3 % aujourd’hui, affirme Éric Coquerel, membre de la commission des Finances.

la vidéo de présentation de ce contre-budget :

Présentation du contre-budget de la France insoumise - #ContreBudget © La France insoumise

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.