Un Français sur cinq ne mange pas à sa faim

En France 7e puissance économique mondiale, une personne sur cinq ne mange pas à sa faim. Le Secours populaire a délivré un rapport alarmant sur les difficultés d’accès à une nourriture saine pour les populations précaires en France. 21% des Français ont du mal à prendre trois repas par jour, faute de moyen financier. C’est le chiffre choc que révèle le Secours populaire ce mardi 11 septembre.

ruisselement

En France 7e puissance économique mondiale, une personne sur cinq ne mange pas à sa faim. Le Secours populaire a délivré un rapport alarmant sur les difficultés d’accès à une nourriture saine pour les populations précaires en France. 21% des Français ont du mal à prendre trois repas par jour, faute de moyen financier. C’est le chiffre choc que révèle le Secours populaire ce mardi 11 septembre.

Et pourtant, la France , c'est la 7e puissance économique mondiale avec ses 2.766 milliards de dollars de richesse nationale produite chaque année, ses multinationales classées parmi les plus grandes entreprises mondiales, ses premiers de cordée qu'il faut choyer par crainte d'un exil fiscal. Et "rien ne change"le nombre de pauvres a augmenté d’un million en dix ans à mettre en opposition avec l'incroyable envolée du nombre des millionnaires français en 2015  (la France compterait 523.000 millionnaires. Ce qui en fait le 6ème pays où l'on recense le plus de ménages fortunés dans le monde).

Selon l'Insee, 14,2% de la population vivaient sous le seuil de pauvreté en 2017, soit plus de neuf millions de personnes. L'hiver dernier, 135,8 millions de repas avaient été distribués dans les 2085 centres et antennes des Restos du coeur. Mais le gouvernement d'Emmanuel Macron fait le pari que nos premiers de cordée vont réduire la pauvreté à partir de vieilles recettes libérales utilisées depuis des décennies.

Le dernier baromètre annuel du Secours populaire publié mardi, précise que 27% des Français ont du mal à s'acheter des fruits et légumes frais tous les jours et 19% peinent à régler la cantine de leurs enfants. 

"Plus les familles ont des difficultés à manger, plus elles ont des soucis de santé. Le droit à l'alimentation n'est pas satisfait dans notre pays », a ainsi alerté Richard Béninger, secrétaire national de l’association.

Cette situation est tout simplement ecoeurante, lorsque l'on constate le pognon de dingue distribué aux entreprises et à nos premiers de cordée. Un pognon de dingue pour les entreprises : "Crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi, zones franches, exonération de la taxe foncière, facilités comptables, niches et allégements en tous genres : au fil des décennies, les pouvoirs publics ont taillé un environnement fiscal et réglementaire sur mesure pour le patronat, sans aucune contrepartie". L’État-providence fonctionne donc très bien… pour les entreprises mais également pour les premiers de cordée avec la suppression partielle de l'ISF et le prélèvement forfaitaire unique, ou "flat tax" sur le capital, comme l’a précisé à de nombreuses reprises Romaric Godin : " A quoi servira la «flat tax» de Macron sur les revenus du capital?" , "Emmanuel Macron, président des 1% les plus riches " et "Impôts sur la fortune et le capital: l’absurdité de la réforme" ou Emmanuel Lévy - Marianne - Avec Macron, 3 milliards d'impôts en moins... pour les 3.000 foyers les plus riches ! . 

La gratuité de la cantine scolaire ça coûte 5 milliards ce qui représente le cadeau fiscal fait aux 1% les plus riches.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.