alberteins
Priorité aux logiciels libres
Abonné·e de Mediapart

189 Billets

0 Édition

Billet de blog 12 nov. 2018

Léa Salamé - Benoît Hamon : la déontologie journalistique

Léa Salamé conviviale, chaleureuse et familière avec Benoît Hamon un ami de son compagnon, Raphaël Glucksmann et odieuse avec Jean-Luc Mélenchon, la déontologie journalistique est-elle respectée sur le service public ?

alberteins
Priorité aux logiciels libres
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L'émission politique de France 2 du 30 novembre 2017 dont Jean-Luc Mélenchon était un modèle du genre du manque de déontologie journalistique de Léa Salamé. Contradicteurs dont l'engagement politique est caché, mensonges présentés comme des faits par le journaliste économique : tout était fait pour piéger son invité et non permettre au public de connaître son point de vue.

Jean-Luc Mélenchon avait publié une note de Blog : « Quand elle m’a pris à parti sur mon patrimoine de riche, moi le fils d’un postier et d’une institutrice, j’aurais pu lui en jeter de bien bonnes à la figure en matière de patrimoine et de famille. Depuis, ma naïveté fait rire mes amis mieux informés et plus vigilant que moi sur tout cela. Quoiqu’il en soit, elle m’a abusé et sciemment endormi. J’ai donc du affronter deux heures de pièges à deux balles, de mensonges et d’abus de pouvoir médiatique, au lieu de la belle soirée de réflexion politique à laquelle j’avais naïvement cru. Léa Salamé est juste une personne sans foi ni loi. Pourquoi ai-je oublié comment j’avais été traité déjà sur ce plateau par elle et Lenglet ? Maudite soit ma manie de croire sur parole les gens que je crois être de bonne foi. Pour finir la séquence finale PS/UMP avec Saint-Cricq et son comparse a été une plongée en apnée dans l’égout de la politicaille psycho-minaudante dont cette dame est la figure de proue. Ça m’apprendra à accepter les invitations de n’importe qui. »

Suite à cette une émission, une vague d’indignation avait conduit à la publication d’une pétition pour la création d'un Conseil de déontologie du journalisme en France, cette pétition a recueilli à ce jour près de 200 000 signatures.

Par contre Léa Salamé a eu un comportement tout à fait différent lorsqu’elle invita Benoît Hamon, elle a été courtoise en se permettant de l’appeler par son prénom. Ce qui a conduit l’observatoire du journalisme a publié l’article suivant :

Quand France Inter reçoit Benoît Hamon, pardon Benoît 

« France Inter nous amusera toujours par son parti pris absolu, son absence totale de pluralisme et son sectarisme acharné. Pour l’anecdote, nous reprenons une partie du 7/9 de Léa Salamé et Nicolas Demorand, le 6 novembre 2018. L’émission nous a été signalée par un lecteur/auditeur qui se reconnaîtra.

Le débat se poursuit normalement autour des succès et des échecs de Trump. L’émission a lieu juste avant les élections américaines de mi mandat et ce dernier n’est pas encore à terre. D’ailleurs l’économie se développe ajoutent les journalistes, ce à quoi Hamon répond que ce développement est court termiste et ne tient aucun compte de l’environnement. Léa Salamé l’interrompt (à 1h27’40’’ environ) : « Le chômage baisse, Benoît ». Imaginons sur d’autres sujets des interjections comme les suivantes : avec Marine Le Pen, « L’immigration baisse, Marine » ou avec Laurent Wauquiez « Les impôts diminuent, Laurent » ou avec Jean-Luc Mélenchon « La pollution baisse, Jean-Luc ». Difficile à imaginer ? Difficile en effet. Le premier de nos lecteurs qui en aura compris la raison aura droit à notre estime reconnaissante. À moins que ce ne soit tellement évident. »

Il est de notoriété publique que Léa Salamé est la compagne de Raphaël Glucksmann qui a lancé son mouvement « Place publique » le lendemain ( 7 Novembre ) , un mouvement qui espère bousculer la Gauche.

R. Glucksmann, celui qui lors des présidentielles, voulait que Mélenchon se désiste au profit d'Hamon, pour nous priver du droit de choisir  ? "Et, pourtant, ou plutôt pour toutes ces raisons, le maintien de votre candidature me laisse un goût de cendres dans la bouche. "

Selon l’express : "Il nous appelle à nous réapproprier l'espace collectif. Il est excellent !" Ce cri du coeur est celui d'une députée... de La République en marche. Le 17 octobre, Sonia Krimi invite Raphaël Glucksmann à un petit-déjeuner avec des élus et assistants parlementaires LREM. Le casting ne manque pas de piquant. Dans le salon Visconti, tapi dans une annexe du Palais-Bourbon, le pourfendeur du macronisme vient évangéliser les brebis égarées de son aile gauche.

Le jour du lancement de son mouvement Benoît Hamon signe une "Lettre aux orphelins d'une grande idée" dans le quotidien Le Monde. Éparpillée façon puzzle, inaudible depuis la débâcle de 2017, la gauche ni-ni (ni Macron ni Mélenchon).

Toujours selon l’express « A la dernière présidentielle, Raphaël Glucksmann a voté pour Benoît Hamon alors qu'il s'était "juré de ne plus voter pour le PS". Par amitié, il a transmis une simple note au candidat pour l'aider à préparer son grand discours de Bercy, le 19 mars 2017, sans pour autant intégrer son équipe de campagne. Les deux hommes échangent encore régulièrement. »

Léa Salamé conviviale, chaleureuse et familière avec Benoît Hamon un ami de son compagnon et odieuse avec Jean-Luc Mélenchon, la déontologie journalistique est-elle respectée sur le service public ?

création d'un Conseil de déontologie du journalisme en France

L’auteur n’a pas autorisé les commentaires sur ce billet

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Le documentaire « Media Crash » de retour sur Mediapart
Après quelque 150 projections-débats dans des cinémas partout en France, « Media Crash » est désormais disponible sur Mediapart, avec des bonus. Le film a suscité l’inquiétude des dizaines de milliers de spectateurs qui l’ont déjà vu, face à la mainmise sur l’information de quelques propriétaires milliardaires, aux censures qu’il révèle et à la fin annoncée de la redevance.
par Valentine Oberti et Luc Hermann (Premières lignes)
Journal — Exécutif
Macron, la gauche Majax
Pour la majorité présidentielle et certains commentateurs zélés, Emmanuel Macron a adressé un « signal à la gauche » en nommant Élisabeth Borne à Matignon. Un tour de passe-passe qui prêterait à sourire s’il ne révélait pas la décomposition du champ politique orchestrée par le chef de l’État.
par Ellen Salvi
Journal
Élisabeth Borne à Matignon : le président choisit la facilité
Trois semaines après sa réélection, Emmanuel Macron a décidé de nommer Élisabeth Borne comme première ministre. À défaut d’élan ou de signal politique, le chef de l’État a opté pour un profil loyal, technique et discret, dans la veine de son premier quinquennat.
par Dan Israel et Ilyes Ramdani
Journal
Orange, nouvel exemple de la gouvernance à la française
L’assemblée générale du groupe de télécommunications doit approuver le 19 mai la nomination de Jacques Aschenbroich comme président d’Orange. Choisi par l’Élysée, le président de Valeo ne connaît pas le monde des télécoms. Tout cela au moment où cette industrie est en pleine révolution.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
Migrations environnementales #1 : la sécheresse dans la Corne de l’Afrique
Le manque d’eau pourrait, selon l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), concerner 40 % de la population mondiale avant 2050 et pousser à la migration jusqu’à 700 millions de personnes. Dans la Corne de l'Afrique, le réchauffement climatique entraîne déjà des déplacements de population.
par BPI - Migrants, réfugiés, exilés
Billet de blog
Le radeau de la Méduse ou le naufrage du vieux monde
[Rediffusion] Les connivences du pouvoir politique et financier aux affaires du vieux monde témoignent chaque jour de leur mépris pour les populations et la démocratie. Partout la nostalgie impérialiste de la domination s'impose comme sauvetage de la mondialisation sauvage. Ne laissons pas le saccage et la peur nous plonger en eaux troubles et relisons plutôt Le radeau de la Méduse du génial Géricault.
par jean noviel
Billet de blog
La Méditerranée pour tombeau, pièce journalistique n°1
Changer la compréhension du monde par le partage d’enquêtes sur le terrain. À La Commune CDN d'Aubervilliers, la pièce d'actualité n°17 est aussi la pièce journalistique n°1. Etienne Huver et Jean-Baptiste Renaud ont enquêté sur la route migratoire la plus dangereuse du monde. À l’heure de la solidarité ukrainienne, la Méditerranée n’en finit pas de tuer et nous regardons ailleurs.
par guillaume lasserre
Billet de blog
« Grand remplacement » : un fantasme raciste qui vient de loin
La peur d’un « grand remplacement » des « Blancs chrétiens » est très ancienne en France. Elle a connu une véritable explosion à l’ère coloniale, face à la présence, pourtant quantitavement faible, des travailleurs africains en métropole. Alain Ruscio montre ici que ce fantasme raciste fut un filon politique et un calcul abondamment exploités du XIXe siècle à nos jours.
par Histoire coloniale et postcoloniale