BENOÎT HAMON VISÉ PAR UNE PLAINTE D'ANTICOR

Benoît Hamon, Anticor dénonce 310.000 euros de remises suspicieuses pointées par une enquête du magazine L'Obs. Une plainte contre X va être déposée mercredi devant le parquet de Paris par l’association Anticor, qui lutte contre la corruption, pour vérifier les comptes de campagne de quatre candidats à la présidentielle de 2017.

premier-tour-des-legislatives-benoit-hamon-elimine-dans-les-yvelines-resultat

lors de la publication des comptes de campagne, le candidat qui avait dépensé le plus d’argent pour le résultat le plus pitoyable de l’histoire de la 5e République ne semblait pas intéresser le moindre journaliste. Il est vrai que toutes les rédactions avaient mobilisé leurs plus fins limiers pour décortiquer les comptes de campagne du candidat qui avait dépensé le moins d’argent par voix, ce qui semble somme toute très logique.

Pourtant même au sein du PS des voix se sont élevées : Julien Dray réclame un audit financier sur les dépenses de Hamon pendant la campagne, « Nous sommes un certain nombre à avoir beaucoup d’interrogations sur la manière dont ce budget [de la campagne présidentielle] a été géré (…) J’en ai dirigé une directement, c’était celle de Ségolène Royal (…) Je sais ce que nous avions fait pour pouvoir dépenser ces sous, et je n’ai pas le sentiment que quand on compare les deux campagnes, il y ait eu le même calendrier et le même type d’initiative »

"L'Obs" le révélait vendredi dernier, Benoît Hamon a lui aussi bénéficié de ristournes opérées par des prestataires privés intervenus lors de sa campagne présidentielle. A ce titre, Match Event, une société spécialisée dans l'événementiel, lui avait accordé une remise de 300.000 euros sur la "location du matériel technique fourni à l'occasion des différentes réunions publiques". Le seuil de 20% de la facture totale, à partir duquel la Commission chargée de l'examen des comptes (CNCCFP) est censée engager une procédure contradictoire en vue du rejet pour "don de personne morale", était dépassé de 155.635 euros. A la suite des explications écrites du prestataire concerné et de l'équipe de campagne PS, que "l'Obs" a consultées, la CNCCFP n'avait pas sanctionné le compte de campagne. 

Pourquoi un tel silence sur Médiapart ? Aucun article, pas la moindre dépêche Reuters avec dans le titre le nom de Benoit Hamon. Absolument aucun article non plus sur cette situation :Jean-Luc Mélenchon : "Je demande le réexamen de mes comptes de campagne".

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.