Emmanuel Todd : Emmanuel Macron est un "nain intellectuel", un "puceau de la pensée"

Un "puceau de la pensée" élu dans "une hallucination collective" : le macronisme selon Emmanuel Todd. L'association Critique de la raison européenne a reçu Emmanuel Todd, le mercredi 3 octobre à Sciences Po, pour répondre à la question suivante : "Qu'est-ce que le macronisme ?"

Emmanuel Todd - Qu'est-ce que le macronisme ? © Critique de la Raison Européenne

Emmanuel Todd a enchaîné les critiques contre Macron, sujet qui "ne l'intéresse pas du tout", il a qualifié tour à tour Emmanuel Macron de "nain intellectuel" ou de "puceau de la pensée". Il a également livré son analyse sur la campagne présidentielle de l'an dernier, notamment sur les personnes "en extase" devant le candidat En Marche qui selon lui "racontait des trucs absolument pas intéressants avec un air de messie (...), le genre de machins qu'on apprenait à Sciences Po avant la grande crise de 2008".

Les électeurs d'Emmanuel Macron, Todd les décrit comme "des gens des classes moyennes, ayant souvent une bonne éducation, qui se prennent pour autre chose que ce qu'ils sont, qui se pensent bons, qui se pensent intelligents, qui sont dans un état de lévitation psychique". Reprenant les cartes électorales, dont il est un observateur attentif depuis ses ouvrages avec Hervé Le Bras, il analyse le vote Macron comme "la vieille carte socialiste avec des bastions catholiques supplémentaires qui ont sans doute quelque chose à voir avec le ralliement de Bayrou, et une plus grande visibilité des métropoles".

le démographe réfute l'idée d'une France des métropoles mondialisées face à celle de la périphérie. "Ça ne peut être que faux, puisque Le Pen et Macron ne rassemblent que 45% des électeurs. On n'est absolument pas dans une repolarisation de l'électorat". Il refuse à voir l'électorat macroniste comme celui des gagnants de la mondialisation : "L'interprétation dominante, moralisatrice à sa manière, c'est que les gens qui votent Le Pen sont des losers (...), et que les gens, les jeunes en particulier, qui ont voté Macron, sont des winners. Mais ça ne correspond pas du tout à l'évolution économique et socio-culturelle observée dans le monde occidental".

Pour Todd les députés LREM sont : "Une Assemblée recrutée sur CV dont l'absence de convictions idéologiques générale ne peut être que remarquable, à l'intersection de la désintégration politique et de l'effondrement moral de la société".

En conclusion le macronisme ? "Un moment d'hallucination collective des classes moyennes qui se sont racontées qu'un type jeune allait tout d'un coup mettre la France en lévitation".

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.