Twitter censure Charlie Hebdo

Après le blocage de son compte Twitter en raison de la diffusion d'une caricature de Charb, Marika Bret, figure historique de "Charlie Hebdo", s'insurge ce 18 septembre contre la sanction du réseau social. Elle condamne plus largement la multiplication des censures à l'encontre du dessinateur disparu, qu'elle qualifie de "seconde mort".

charb

Twitter bloque le compte d'une figure de "Charlie Hebdo" affichant un dessin de Charb Par Juliette Hay

Après le blocage de son compte Twitter en raison de la diffusion d'une caricature de Charb, Marika Bret, figure historique de "Charlie Hebdo", s'insurge ce 18 septembre contre la sanction du réseau social. Elle condamne plus largement la multiplication des censures à l'encontre du dessinateur disparu, qu'elle qualifie de "seconde mort".

« Cet événement indécent et lâche vient s’ajouter à beaucoup d’autres qui ont eu lieu contre Charb ces trois dernières années », lance Marika Bret auprès de Marianne. Cette historique de l’hebdomadaire satirique ne décolère pas contre Twitter après la censure, ce lundi, de son compte en raison de sa photo de profil. Pourtant inchangée depuis la création de sa page il y a un peu plus de trois ans, elle met à l'honneur un dessin de Charb ironiquement intitulé Les extrêmes se touchent, représentant un prêtre et un imam se touchant le pénis. Une caricature symbole de « l’essence du combat mené pendant 23 ans par Charb contre l’extrémisme et l’obscurantisme », qui n'a semble-t-il pas plu aux modérateurs du réseau social. Elle aurait ainsi « enfreint les règles de Twitter ».

Il est à noter que le succès de Twitter réside en grande partie dans le fait que les utilisateurs peuvent s'injurier en toute impunité. Les pilonnages homophobes, racistes et antisémites sont légions : la plateforme les encourage même à proliférer !

Il serait intéressant d'avoir l'avis de ceux qui défendaient, il y a peu de temps la liberté d'expression de Médine avec de grandes envolées lyriques.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.