FaceBook : « ... ils ne sont pas autorisés à utiliser cette merde! »

L'ex vice-président de la croissance d'audience du groupe a travaillé quatre ans pour Facebook et il en parle aujourd'hui avec amertume. Chamath Palihapitiya s'inquiète ainsi des conséquences qu'ont les réseaux sociaux sur nos vies, pour lui Facebook est une « merde » que ses enfants n’ont pas le droit d’utiliser.

Facebook est une merde selon son ancien Vice President Chamath Palihapitiya © ActuTV Actualités et Vidéos

C'est lors d'un débat organisé à la Stanford Graduate School of Business, en novembre 2017, que l'homme d'affaires a exprimé sa pensée : "Je pense que nous avons créé des outils qui déchirent le tissu social". "Il n'y a pas de discours citoyen, pas d'entraide, il y a de la désinformation", précise Chamath Palihapitiya, qui tente d'alerter les utilisateurs réguliers : "Vous ne le comprenez pas, mais vous êtes programmés (...) Et maintenant c'est à vous de décider ce que vous voulez abandonner, à quel point vous êtes prêt à renoncer à votre indépendance intellectuelle".

Chamath Palihapitiya, un des fondateurs de facebook : " Je ressens une immense culpabilité " © KEPPAR TV

Il critique les fonctionnalités de Facebook, notamment les « likes », et leurs conséquences qui provoquent une réaction cognitive positive chez les utilisateurs, ce que Sean Parker, ex président de FaceBook, confesse "la carotte de Facebook : la dopamine". Sean Parker précise que les créateurs des réseaux sociaux « exploitent une vulnérabilité de la psychologie humaine » en élaborant une « boucle de feedback de validation sociale. ». Cela induit des comportements addictifs, où l’on publie des messages pour obtenir une forme de gratification avant de considérer l’intention de partager du contenu ou d’échanger. Et de conclure « Dieu seul sait ce que ça fait aux cerveaux des gosses. »

Sean Parker confesse la carotte de Facebook à la dopamine © Globalepresse

"La vie privée n'existe pas sur Facebook ! Facebook est fait pour avoir une vie publique ! Vous vous affichez sur le Net avec nos outils, donc vous ne voulez pas de vie privée, donc je m'assoie dessus et cela va aller en empirant !" C'est en substance ce que déclarait le fondateur de Facebook, Mark Zuckerberg, début 2010. Le modèle économique de FaceBook c’est «  le vol des données personnelles » et il lui permet de devenir la 6e fortune mondiale.

"C’est bien le peuple qui délaisse la liberté, et non pas le tyran qui la lui prend."

Étienne de La Boétie : "Discours de la servitude volontaire" 1548 !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.