Colère chez "Charlie Hebdo"

Pourquoi ce silence sur Médiapart, alors que tous les Médias dénoncent cette censure. Certains abonnés allant même jusqu'à prétendre qu'il n'y a pas de censure. Figure historique de "Charlie hebdo", Marika Bret a vu son compte Twitter être fermé à cause d'un dessin de Charb datant de 3 ans.

charb

Elle n'en revient pas. Marika Bret, DRH et figure historique de "Charlie Hebdo",  s'est vue supprimer son compte Twitter en raison de sa photo de profil représentant un dessin de Charb, l'ancien directeur de la publication tué le 7 janvier 2015 lors de l’attentat perpétré par les frères Kouachi. "Cet événement indécent et lâche vient s’ajouter à beaucoup d’autres qui ont eu lieu contre Charb ces trois dernières années", s'est insurgée Marika Bret auprès de Marianne.

Sur cette caricature baptisée "Les extrêmes se touchent" et présente depuis plus de 3 ans sur son profil, on peut voir un prêtre et un imam se touchant le pénis. Symbole de de "l'essence du combat mené pendant 23 ans par Charb contre l'extrémisme et l’obscurantisme", Marika Bret estime que cette censure infondée est une véritable insulte à la mémoire du dessinateur. "C'est comme si Twitter mettait le dessin de Charb au même niveau que les propos antisémites, islamophobes et xénophobes des racistes", poursuit-elle.

Quand on dénonce la censure, on dénonce toute forme de censure à défaut on perd toute crédibilité.

Victor Hugo : « La censure est mon ennemie littéraire, la censure est mon ennemie politique. La censure est de droit improbe, malhonnête et déloyale. J’accuse la censure »

Gustave Flaubert : « La censure, quelle qu'elle soit, me paraît une monstruosité, une chose pire que l'homicide ; l'attentat contre la pensée est un crime de lèse-âme. La mort de Socrate pèse encore sur le genre humain. »

Edward Snowden : « La réponse aux fausses informations, ce n’est pas la censure, c’est plus d’informations, discutées en commun »

Hannah Arendt :« La liberté d’opinion est une farce si l’information sur les faits n’est pas garantie et si ce ne sont pas les faits eux-mêmes qui font l’objet du débat.»

« La censure à l’haleine immonde, aux ongles noires, cette chienne au front bas qui suit tous les pouvoirs, vile et mâchant toujours dans sa gueule souillée, O muse ! Quelque pan de ta robe étoilée » Victor Hugo

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.