Macron présence médiatique pour l'ouverture des Restos du coeur

L'association lance sa 33e campagne de distribution d'aide alimentaire. L'an dernier, 135,8 millions de repas ont été distribués. Patrice Blanc, président de l'association fondée par Coluche en 1985, considère la présence d'Emmanuel Macron au lancement de la campagne hivernale comme étant "un signal positif". Cette visite d'Emmanuel Macron est d'un cynisme édifiant......

coluche-1

Aujourd'hui, les Restos du Cœur lancent leur 33e campagne d'hiver. Autrefois, celle-ci commençait au 1er décembre : l'augmentation de la pauvreté fait que désormais elle commence plus tôt.

"Du reste, les Restos ne ferment jamais vraiment leurs portes, tout au long de l'année. Cette permanence est, selon les responsables de l'association amenée à se renforcer dans tous les domaines d'intervention : nourriture, hébergement, santé…"

Et pourtant, la France , c'est la 6è puissance économique mondiale avec ses 2.829 milliards de dollars de richesse nationale produite chaque année, ses multinationales classées parmi les plus grandes entreprises mondiales, ses premiers de cordée qu'il faut choyer par crainte d'un exil fiscal. Et "rien ne change", le nombre de pauvres a augmenté d’un million en dix ans à mettre en opposition avec l'incroyable envolée du nombre des millionnaires français en 2015 (la France compterait 523.000 millionnaires. Ce qui en fait le 6ème pays où l'on recense le plus de ménages fortunés dans le monde.)

Selon l'Insee, 13,9% de la population vivaient sous le seuil de pauvreté en 2016, soit près de neuf millions de personnes. L'hiver dernier, 135,8 millions de repas avaient été distribués dans les 2085 centres et antennes des Restos du coeur.  Mais le gouvernement d'Emmanuel Macron fait le pari que nos premiers de cordée vont réduire la pauvreté à partir de vieilles recettes libérales utilisées depuis des décennies. Et cette visite d'Emmanuel Macron est d'un cynisme édifiant, on attend une société solidaire et non charitable.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.