74 morts en Grèce : L'Europe est responsable

Emmanuel Macron estimait en Juillet 2017 que la seule solution face aux risques accrus d’incendies et à la faiblesse des moyens aériens dans toute l’Europe, était de mettre en place une flotte aérienne européenne. Bilan, néant.

grece

Emmanuel Macron en Juillet 2017: « La France doit engager l’ensemble des pays du Sud de l’Europe dans une grande politique de renouvellement de la flotte aérienne d’intervention avec l’aide de la Commission européenne via le mécanisme européen de protection civile ». Bilan néant.

Chaque année, les Canadairs courent d’un pays à l’autre. Car aucun pays n’a les moyens suffisants pour faire face à ses propres incendies. Et plusieurs pays sont dépourvus de vrais moyens de lutte. Il suffit que deux ou trois incendies majeurs se déclenchent en même temps. Et c’est la panique générale. Une coopération renforcée en la matière s’impose donc. Elle rejoint ainsi le projet de Michel Barnier d’une force européenne de protection civile.

La situation etait difficile en 2017, La France avait 12 avions Canadairs vieillissants , l’Italie 13, l’Espagne 14 CL-215T et 4 CL-415 et la Grèce également une bonne dizaine (une flotte souvent très ancienne et usée au point que le nombre d’avions opérationnels est loin d’atteindre le chiffre officiel, le ministre Nikos Dendias disait déjà en 2014 combien ils « étaient vieux et sujets à des pannes mécaniques récurrentes »). Tandis que le Portugal n’en a aucun.

En France en juillet 2017 : Incendies : un syndicat de pilotes dénonce le manque de Canadair opérationnels : «Notre pays a subi de terribles incendies sur lesquels nous n'avons pas été capables de mettre en oeuvre la stratégie de lutte contre les feux de forêts dont vous êtes le garant (...). Cette incapacité est liée directement au manque d'avions bombardiers d'eau», écrit le Syndicat national du personnel navigant de l'aéronautique civile (SNPNAC) .

La Grèce continue de se plier aux plans d'austérité conditionnés aux prêts du FMI et des promesses de restructuration de sa dette. Mais un rapport avait semé le doute sur les réelles motivations du Fonds monétaire international. Et si les politiques de rigueur infligées à la Grèce depuis 2010 avaient surtout servi à protéger les banques allemandes et françaises ? Quand le FMI avoue s'être trompé sur les effets de l'austérité

On protège les banques au détriment de la population et de l'environnement, une nouvelle fois ces incendies vont nous démontrer l'absurdité des politiques Européennes.

incendie2

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.