Aldo B
Abonné·e de Mediapart

44 Billets

1 Éditions

Billet de blog 24 janv. 2022

Répétition générale

C'est fait. La répétition générale des futurs modes de gouvernance a été un franc succès.

Aldo B
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

"Nous rentrons dans l’ère des pandémies, et ce que nous propose le système c’est tout simplement  de nous y habituer", ai-je lu ce matin. C'est à mon avis là qu'il aurait été bon d'en dire plus. Nous habituer, ça veut dire nous habituer aux méthodes totalitaires en cours d'homologation.

Nous habituer, ça veut dire que la prochaine fois, il ira de soi que les médecins n'auront pas leur mot à dire, que le diagnostic et le traitement ne pourra que se décider en haut lieu, c'est-à-dire dans la sphère du politique, du pouvoir.

Nous habituer, ça veut dire qu'il ne sera même plus question d'entendre parler de traitements précoces ou encore de cas par cas : chaque pandémie étant par définition planétaire, ce sera des décisions de type "planétaires" (ou au moins à l'échelle de la France voire de l'Occident) qu'il faudra se plier (tout autre type de solution sera considérée comme anachronique, bricolée, comme un repli sur soi, une gauloiserie non-scientifique).

Nous habituer, ça veut dire que seul le vaccin sera considéré comme arme "à l'échelle de la menace" : toute autre forme de possibilité ne sera même plus discutable.

Nous habituer, ça veut dire que la totalité de la presse sera encore convoquée pour s'écraser et dire la même chose que cette fois, à savoir que devant l'ampleur de la menace, il faut faire bloc, et que c'est pas le moment de discuter.

Ce qui vient de se produire pourrait bien n'être que la répétition générale de ce qui nous attend face au désastre climatique. Et là effectivement, ce sera une question de survie, là ce seront des centaines de millions de personnes qui seront concernées. Là effectivement, il faudra peut-être se colleter une information unique distillée de façon totalitaire par l'ensemble du monde.

Sauf que c'était pas la peste (voir ici), c'était pas la vague unique du réchauffement de la planète. Et le totalitarisme de ce qu'il faut penser, on a vu avec quel zèle l'ensemble de la presse l'a mis en œuvre sans broncher, avec quelle (relative) facilité les gens s'y sont pliés.

La prochaine fois, tout sera en place. On dira encore que ce n'est pas le moment de discuter, de tergiverser. On n'aura même plus besoin d'essais bidons de type Discovery ou Recovery pour prouver que toute alternative est insuffisante, non-proportionnée, puisque les gens ne penseront plus qu'au vaccin : à quel vaccin pourra bien nous tirer de là.

Quant à la discussion promise après coup, soit tout ce qu'il nous reste : elle aura lieu ou pas. Ça risque d'ailleurs d'être un peu comme le bilan du Parti Socialiste, l'arlésienne que telle ou telle autre urgence remettra sans cesse à plus tard (après la guerre, c'est à reconstruire qu'il faut penser, nous diront-ils doctement : vous verrez, ce genre de slogan, on va nous le ressortir dès l'élection présidentielle, ça doit déjà être dans les cartons).

Les guerres, maintenant qu'elles n'ont plus lieu que dans des contrées lointaines, jamais assez démocratiques ou civilisées à notre goût, on peut les inventer maintenant. "Et le confinement, c'était pas la guerre ça", qu'il diront ? Les guerres ici, on les fabrique, et elles sont calibrées à l'usage des mots et des esprits.

Quand les mots remplacent le réel dans l'univers mental des gens, il n'y a plus qu'à jouer avec. Pourquoi s'emmerder puisque ça marche ? 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Exécutif
Une seule surprise, Pap Ndiaye à l'Éducation
Après vingt-six jours d’attente, Emmanuel Macron a nommé les vingt-sept membres du premier gouvernement d’Élisabeth Borne. Un casting gouvernemental marqué par sa continuité et toujours ancré à droite. La nomination de l’historien Pap Ndiaye à l’Éducation nationale y fait presque figure d’anomalie.
par Ilyes Ramdani
Journal — Gauche(s)
Union de la gauche : un programme pour mettre fin au présidentialisme
Jean-Luc Mélenchon et ses alliés de gauche et écologistes ont présenté le 19 mai leur programme partagé pour les élections législatives, 650 mesures qui jettent les bases d’un hypothétique gouvernement, avec l’ambition de « revivifier le rôle du Parlement ». 
par Mathieu Dejean
Journal
Écologie politique : ce qui a changé en 2022
Les élections nationales ont mis à l’épreuve la stratégie d’autonomie des écologistes vis-à-vis de la « vieille gauche ». Quel dispositif pour la bifurcation écologique, comment convaincre l'électorat : un débat entre David Cormand, Maxime Combes et Claire Lejeune.  
par Mathieu Dejean et Fabien Escalona
Journal — France
À Romainville, un site industriel laissé à la spéculation par la Caisse des dépôts
Biocitech, site historique de l’industrie pharmaceutique, a été revendu avec une plus-value pharaonique dans des conditions étranges par un promoteur et la Caisse des dépôts. Et sans aucune concertation avec des élus locaux, qui avaient pourtant des projets de réindustrialisation. 
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Marche contre Monsanto-Bayer : face au système agrochimique, cultivons un autre monde !
« Un autre monde est possible, et il est déjà en germe. » Afin de continuer le combat contre les multinationales de l’agrochimie « qui empoisonnent nos terres et nos corps », un ensemble d'activistes et d'associations appellent à une dixième marche contre Monsanto le samedi 21 mai 2022, « déterminé·es à promouvoir un autre modèle agricole et alimentaire, écologique, respectueux du vivant et juste socialement pour les paysan·nes et l'ensemble de la population ». 
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Rapport Meadows 9 : la crise annoncée des matières premières
La fabrication de nos objets « high tech » nécessite de plus en plus de ressources minières rares, qu'il faudra extraire avec de moins en moins d'énergie disponible, comme nous l'a rappelé le précédent entretien avec Matthieu Auzanneau. Aujourd'hui, c'est Philippe Bihouix, un expert des questions minières, qui répond aux questions d'Audrey Boehly.
par Pierre Sassier
Billet de blog
Reculer les limites écologiques de la croissance… ou celles du déni ?
« À partir d’un exemple, vous montrerez que l’innovation peut aider à reculer les limites écologiques de la croissance ». L' Atécopol et Enseignant·es pour la planète analysent ce sujet du bac SES, qui montre l’inadéquation de l’enseignement des crises environnementales, et les biais de programmes empêchant de penser la sobriété et la sortie d’un modèle croissantiste et productiviste.
par Atelier d'Ecologie Politique de Toulouse
Billet de blog
L'effondrement de l'écologie de marché
Pourquoi ce hiatus entre la prise de conscience (trop lente mais réelle tout de même) de la nécessité d’une transformation écologique du modèle productif et consumériste et la perte de vitesse de l’écologie politique façon EELV ?
par jmharribey