aleteitelbaum
retraité
Abonné·e de Mediapart

37 Billets

0 Édition

Billet de blog 19 oct. 2021

UN ARTICLE DE JOHN BELLAMY FOSTER

Il y a moins de dix ans, il y avait un débat virulent à gauche sur la question du « catastrophisme ». Un certain nombre de penseurs socialistes influents, y compris nos amis, ont accusé Monthly Review d’avoir exagéré les dangers pour l’humanité découlant de l’accélération de la crise écologique planétaire induite par le capitalisme.

aleteitelbaum
retraité
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Un message à nos fidèles lecteurs deRevue mensuelle éditeurJohn Bellamy Foster

Chers amis,
  
Il y a moins de dix ans, il y avait un débat virulent à gauche sur la question du « catastrophisme ». Un certain nombre de penseurs socialistes influents, y compris nos amis, ont accusé Monthly Review d’avoir exagéré les dangers pour l’humanité découlant de l’accélération de la crise écologique planétaire induite par le capitalisme. Avance rapide de quelques années jusqu’à aujourd’hui, dans laquelle nous sommes de plus en plus confrontés dans notre vie quotidienne à une chaîne de catastrophes, y compris des vagues de chaleur record, des sécheresses persistantes, des incendies de forêt hors de contrôle, des mégatempêtes, des inondations sans précédent, des pluies torrentielles, la fonte des glaciers et l’élévation du niveau de la mer, se combinant de multiples façons pour menacer toutes les régions et tous les écosystèmes de la planète – avec la perspective que, dans les conditions actuelles, cela ne fera qu’empirer. La pandémie de COVID-19, quant à elle, a alerté le monde sur les dangers de la propagation des zoonoses à travers le monde, résultant de la destruction économique d’écosystèmes critiques et de l’interface de celle-ci avec les monocultures agro-industrielles et les chaînes mondiales de produits de base.
Le nouveau sixième rapport d’évaluation du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat des Nations Unies nous dit que le monde est au bord d’une falaise, confronté à la perspective de changements cataclysmiques et irréversibles à l’échelle planétaire au cours de ce siècle si des mesures drastiques ne sont pas prises au cours des deux prochaines décennies. Si les tendances existantes ne sont pas inversées, des milliards de vies seront en danger, accompagnées de l’effondrement de la civilisation industrielle. La terre cessera d’être un foyer sûr pour l’humanité (et pour d’innombrables autres espèces). Dans une partie divulguée de la partie III du rapport du GIEC, nous sommes informés que le capitalisme est un système « non durable » et que la seule façon de sortir de la crise climatique est une vaste transformation des systèmes de production et de consommation à travers le monde en accord avec les principes d’une transition juste.
Pendant ce temps, le capitalisme est lui-même dans une crise à long terme, caractérisée par la stagnation économique et la financiarisation. La guerre est devenue permanente, une nouvelle guerre froide s’est déchaînée sur la Chine et le néolibéralisme a donné naissance à son partenaire dans le crime, le néofascisme. Le « capitalisme de surveillance »(un terme qui trouve son origine dans Monthly Review)estpartout. Bien que le mouvement socialiste renaît de ses cendres pays après pays en réponse à cette crise mondiale, et s’il est possible de pointer du tout des poches du monde où la lutte contre la destruction créatrice de l’humanité et de la terre par le capitalisme fait face à une résistance concertée, fournissant ainsi une base rationnelle à l’espoir révolutionnaire, il est indéniable que la situation mondiale est actuellement extrêmement sombre.
Si sombre, en fait, que beaucoup à gauche parlent maintenant ouvertement de résignation et de résilience (un nouveau terme à la mode pour l’adaptation). Un exemple de cet état d’esprit se trouve dans Living in a World that Can’t Be Fixed de l’analyste culturel de gauche Curtis White. White proclame que le mieux que nous puissions faire avec la main qui nous a été donnée est de suivre l’exemple du mouvement de contre-culture des années 1960 (ou même des romantiques anglais du XIXe siècle) et simplement de « sortir » de la société, vivant nos propres vies solidaires et contre-culturelles, tandis que le monde dans son ensemble, qui est au-delà de toute aide, s’effondre autour de nous. Incapables de combattre un système capitaliste qui courtise le désastre planétaire, nous devrions trouver notre propre paix dans les interstices du système, une sorte d’adaptation culturelle provocante à ce qui est, visant simplement à nous sauver nous-mêmes, nos communautés locales, et notre propre sens de l’autonomie et de la défiance personnelle, tout en abandonnant la lutte pour ce qui devrait être ou ce qui pourrait être dans le monde dans son ensemble. C’est comme si on nous disait : le but n’est pas de critiquer le monde mais d’y renoncer.
Face à la question de « l’adaptation » de la classe ouvrière au système capitaliste, Karl Marx écrivait dans Capital: « Le premier mot de cette adaptation est la création d’une population relativement excédentaire, ou armée de réserve industrielle. Son dernier mot est la misère des couches sans cesse croissantes de l’armée active du travail, et le poids mort du paupérisme. Aujourd’hui, nous pouvons ajouter à cela, en ce qui concerne l’adaptation de la population mondiale au métabolisme aliéné du capitalisme (en accord avec l’écologie critique de Marx) : « Le premier mot de cette adaptation est la dégradation de la terre. Son dernier mot est la destruction totale de l’humanité. »
Chez Monthly Review, nous croyons que nous vivons à une époque où il n’y a pas de place pour l’acquiescement à l’ordre dominant, puisque la question qui se pose maintenant est celle de la révolution écologique et sociale ou de la destruction ultime de ce que Marx appelait « la chaîne des générations humaines ». Le socialisme, avec tout ce qu’il signifie en termes d’humanité universelle authentique, d’égalité réelle et de métabolisme durable avec la terre, est la seule réponse. Cette vision globale est constamment affichée dans Monthly Review et dans Monthly Review Press, dans des livres récents tels que Rob Wallace, Dead Epidemiologists, Gerald Horne, The Dawning of the Apocalypse, MichaelHeinrich, How to Read Marx’s Capital, Utsa et Prabhat Patnaik, Capital and Imperialism, MichaelE. Tigar, Sensing Injustice, VijayPrashad, Washington BulletsetJohn Bellamy Foster et Brett Clark, Le vol de la nature

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Husain, Shahwali, Maryam... : ces vies englouties au large de Calais
Qui sont les vingt-sept hommes, femmes et enfants qui ont péri dans la Manche en tentant de rallier la Grande-Bretagne ? Il faudra des semaines, voire des mois pour les identifier formellement. Pour l’heure, Mediapart a réuni les visages de dix de ces exilés, afghans et kurdes irakiens, portés disparus depuis le naufrage du 24 novembre.
par Sarah Brethes (avec Sheerazad Chekaik-Chaila)
Journal
2022 : contrer les vents mauvais
« À l’air libre » spécial ce soir : d’abord, nous recevrons la rappeuse Casey pour un grand entretien. Puis Chloé Gerbier, Romain Coussin, et « Max », activistes et syndicalistes en lutte seront sur notre plateau. Enfin, nous accueillerons les représentants de trois candidats de gauche à l'élection présidentielle : Manuel Bompard, Sophie Taillé-Polian et Cédric van Styvendael.
par à l’air libre
Journal
LR : un duel Ciotti-Pécresse au second tour
Éric Ciotti est arrivé en tête du premier tour du congrès organisé par Les Républicains pour désigner leur candidat ou leur candidate à l’élection présidentielle. Au second tour, il affrontera Valérie Pécresse, qui a déjà reçu le soutien des éliminés Xavier Bertrand, Michel Barnier et Philippe Juvin.
par Ilyes Ramdani
Journal — Justice
La justice révoque le sursis de Claude Guéant, le procès des sondages de l’Élysée rouvert
La justice vient de révoquer en partie le sursis et la liberté conditionnelle dont l’ancien bras droit de Nicolas Sarkozy avait bénéficié après sa condamnation dans le scandale des « primes » du ministère de l’intérieur. Cette décision provoque la réouverture du procès des sondages de l’Élysée : le tribunal estime que Claude Guéant n’a peut-être pas tout dit lors des audiences sur sa situation personnelle.
par Fabrice Arfi et Michel Deléan

La sélection du Club

Billet de blog
Le bocal de la mélancolie
Eric Zemmour prétend s’adresser à vous, à moi, ses compatriotes, à travers son clip de candidat. Vraiment ? Je lui réponds avec ses mots, ses phrases, un lien vidéo, et quelques ajouts de mon cru.
par Claire Ze
Billet d’édition
2022, ma première fois électorale
Voter ou ne pas voter, telle est la déraison.
par Joseph Siraudeau
Billet de blog
Ne lâchons pas le travail !
Alors qu'il craque de tous côtés, le travail risque d'être le grand absent de la campagne présidentielle. Le 15 janvier prochain, se tiendra dans la grande salle de la Bourse du travail de Paris une assemblée citoyenne pour la démocratie au travail. Son objectif : faire entendre la cause du travail vivant dans le débat politique. Inscriptions ouvertes.
par Ateliers travail et démocratie
Billet de blog
« Nous, abstentionnistes » par Yves Raynaud (3)
Voter est un droit acquis de haute lutte et souvent à l'issue d'affrontements sanglants ; c'est aussi un devoir citoyen dans la mesure où la démocratie fonctionne normalement en respectant les divergences et les minorités. Mais voter devient un casse-tête lorsque le système tout entier est perverti et faussé par des règles iniques...
par Vingtras