aleteitelbaum
retraité
Abonné·e de Mediapart

136 Billets

0 Édition

Billet de blog 27 avr. 2022

aleteitelbaum
retraité
Abonné·e de Mediapart

Elon Musk nous a achetés sur Twitter

Ce qu'il a acheté - et payé si cher - ce sont nos informations, nos tweets, nos idées, nos conversations sociales et, en bref, notre liberté d'expression.

aleteitelbaum
retraité
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Elon Musk nous a achetés sur Twitter
L'homme le plus riche du monde a payé pour nos informations, nos tweets, nos idées, nos conversations sociales...

NURIA LABARI- Journal El País

Comme vous le savez peut-être déjà, l'une des nouvelles de la semaine est qu'Elon Musk, l'homme le plus riche du monde, a racheté le réseau social Twitter pour 44 milliards de dollars (environ 41 milliards d'euros). Cependant, je considère qu'il est urgent de nuancer cette information et de préciser qu'Elon Musk n'a acheté aucun réseau social pour une somme aussi importante. Penser une telle chose serait une insulte à l'intelligence du grand Musk, étant donné qu'il serait beaucoup moins cher de construire un réseau à partir de zéro. Ce qu'il a acheté - et payé si cher - ce sont nos informations, nos tweets, nos idées, nos conversations sociales et, en bref, notre liberté d'expression.
Ce n'est pas moi qui le dis, c'est Musk lui-même qui le dit sur son compte Twitter - et il le dit à ses plus de 85 millions de followers - sans aucun complexe ni déguisement. "La liberté d'expression est le fondement d'une démocratie qui fonctionne et Twitter est la place publique numérique où sont débattues les questions vitales pour l'avenir de l'humanité", a-t-il tweeté. Il explique ainsi à tous ses sujets - également appelés utilisateurs de Twitter - qu'il a acheté la place la plus importante du monde et qu'il l'a fait, accessoirement, au nom de la démocratie. À ce stade, un citoyen européen naïf pourrait se demander depuis quand les places publiques sont à vendre. La réponse est que nos forums et ce que nous y exprimons sont la propriété de grandes entreprises depuis que nous avons troqué les pavés pour l'internet. Ce n'est pas une mince affaire, étant donné que ces espaces virtuels conditionnent (si ce n'est décident) des processus démocratiques dans le monde entier. Et si ce n'est pas le cas, il suffit de demander à Mark Zuckerberg, qui a une expérience avérée dans la manipulation des élections.
En ce sens, la démarche d'Elon Musk est magistrale, car il parvient à faire de l'achat de ce qui n'est pas à vendre un débat économique plutôt que politique. Après tout, Musk n'a pas besoin de s'expliquer démocratiquement à qui que ce soit, car il est le maître totalitaire de la place, et il peut l'être précisément parce qu'il n'a pas été élu. Il règne parce qu'il a assez d'argent pour payer ses droits et acheter les droits des autres. Nous avons accepté la politique de confidentialité, coché la mauvaise case et cru que donner notre avis était gratuit alors que c'est nous qui étions libres. Aujourd'hui, la plupart des utilisateurs de réseaux sociaux sont conscients que nous sommes devenus des produits et que tout ce que nous partageons génère des bénéfices économiques (et politiques) dont d'autres profitent. C'est pourquoi le moment est venu d'exiger une véritable liberté d'expression, c'est-à-dire une liberté qui ne génère pas de profits pour le propriétaire du lieu où nous nous exprimons.
La "bonne nouvelle", rapporte Musk, est qu'il a acheté la démocratie, je veux dire la place, je veux dire Twitter, avec la seule intention de la réparer. Je cite à nouveau son tweet. "Je veux rendre Twitter meilleur que jamais en développant le produit avec de nouvelles fonctionnalités, en rendant les algorithmes open source pour augmenter la confiance, en vainquant les robots spammeurs et en vérifiant tous les humains." Remplacez maintenant le mot "produit" par le mot "démocratie" et vous verrez à quel point l'ambition de Musk est dangereuse et totalitaire. Notez également qu'il parle d'humains au lieu de citoyens. C'est parce que les citoyens peuvent poser des questions sur nos vies et les changer. Les humains, quant à eux, peuvent être réduits à des esclaves ou à des tweeteurs, peu importe. L'important, c'est qu'il s'agit de sujets politiques ayant tout le pouvoir d'avoir une opinion et aucune capacité de changement.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Justice
Affaire « Paul Bismuth » : Sarkozy prend ses distances avec les autres prévenus
L’ancien président conteste avoir commis la moindre infraction, malgré des enregistrements diffusés par la cour d’appel de Paris indiquant le contraire. À l’entendre, il n’était « pas passionné de procédure pénale », à l’inverse de Thierry Herzog, son ami avocat, et de l’ex-magistrat Gilbert Azibert.
par Michel Deléan
Journal — International
Opération « Sauver Sarko » : un diplomate libyen rattrapé par la justice
Un diplomate libyen en lien avec les services secrets français a été mis en examen pour « corruption de personnels judiciaires étrangers ». Il a reconnu avoir servi d’intermédiaire pour essayer d’obtenir la libération d’un des fils de l’ancien dictateur libyen Mouammar Kadhafi dans le but de servir les intérêts de Nicolas Sarkozy.
par Fabrice Arfi, Karl Laske et Antton Rouget
Journal
Drones, « exosquelettes » et nouvelles brigades : comment Darmanin va dépenser ses milliards
Les députés ont adopté mardi la version sans doute définitive de la Lopmi, ce texte qui fixe les objectifs et moyens des forces de l’ordre pour les cinq prochaines années. Elle prévoit une augmentation de leur budget de 15 milliards d’euros, dont la moitié sera consacrée à la numérisation de l’ensemble de leurs activités.
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Éducation et enseignement supérieur
Prof harcelée par l’extrême droite : « Maintenant, il faut une protection policière pour réfléchir sur la fraternité ? »
Sophie Djigo, enseignante de philosophie en classe préparatoire à Valenciennes, a été la cible d’une campagne en ligne parce qu’elle organisait une sortie pédagogique auprès d’une association d’aide aux migrants à Calais. Dans un entretien à Mediapart, elle demande à l’Éducation nationale de « protéger les collègues ».
par Célia Mebroukine

La sélection du Club

Billet de blog
Avec Francesca Woodman et Vivian Maier, « Traverser l’invisible »
Chacune à sa façon, les deux photographes, comme l'écrit Marion Grébert, « ont mené leur existence en échappant à la moindre possibilité d’être saisies. »
par Jean-Claude Leroy
Billet de blog
Dominique Blanc porte haut « La douleur » de Marguerite Duras
L’actrice dit vouloir jouer encore et encore ce spectacle, « jusqu’ au bout ». Elle a raison. Ce qu’elle fait, seule en scène, est indescriptible. Thierry Thieû Niang l’accompagne dans ce texte extrême de Marguerite Duras créé sous le direction de Patrice Chéreau il y a bientôt dix ans.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
L’art nous empêche-t-il de construire un monde meilleur ?
L'art peut-il être un outil politique pour surmonter les crises environnementales et sociales que nos sociétés traversent ? A-t-il vraiment le pouvoir de créer de nouveaux récits pour amener une mutation profonde et nécessaire ? Non. Car dans un monde profondément individualiste, l'art est fondamentalement du côté des forces réactionnaires.
par Sébastien Piquemal
Billet de blog
Sans couronne se relever
Au cours de sa formation théâtrale, Suzanne de Baecque répond à un travail d’immersion en s’inscrivant au concours de Miss Poitou-Charentes. Avec Raphaëlle Rousseau pour complice, elle narre son expérience à partir des coulisses, observant ses concurrentes, les racontant pour mieux donner naissance à « Tenir debout », docu-fiction entre rire et larmes, premier spectacle magnifique.
par guillaume lasserre