Un ménage des économistes David Thesmar et Augustin Landier

Dans le jargon des médias, on parle de "ménage" quand un journaliste monnaye sa présence active dans une réunion (colloque, séminaire, salon, etc.). Chez les économistes, cela peut prendre une autre forme : la phobie déontologique.

            David Thesmar et Augustin Landier ont signé une étude sur les chauffeurs français de la société Uber, dont la conclusion lui est favorable : cela ressemble à une communication de recherche universitaire, sauf que c'est Uber qui a financé le travail (pour le savoir, il faut lire attentivement une note de bas de page)... et qui a sans doute facilité les papiers dans le Financial Times ou les Echos.

            On connaissait l'aversion de David Thesmar pour la régulation du système bancaire,  

            http://www.alexandreanizy.com/article-25157646.html 

comme celle d'Augustin Landier pour la Banque Publique d'Investissement (BPI), mais on n'imaginait pas qu'ils souffraient de phobie déontologique.   

 

            Dans ce milieu, on sait bien que le concept de conflit d'intérêts n'a pas pénétré quelques cervelles très médiatisées, puisqu'elles se présent(ai)ent en "économistes experts" pour parler des lois bancaires ou bien de la dette grecque, comme par exemple :

Jean-Hervé Lorenzi  

http://www.alexandreanizy.com/article-jean-herve-lorenzi-ou-le-fabuleux-business-d-un-economiste-intermediaire-70797819.html

Olivier Pastré

http://www.alexandreanizy.com/article-l-hypocrisie-du-noble-olivier-pastre-economiste-en-cercle-39931815.html

Daniel Cohen

http://www.alexandreanizy.com/article-vers-une-restructuration-de-la-dette-grecque-et-le-cas-daniel-cohen-72427148.html

Mais aujourd'hui, il semble qu'une étape ait été franchie par David Thesmar et Augustin Landier. En effet, on peut légitimement se demander si ces deux économistes de ménages étaient libres de tout engagement, si Uber n'était pas déjà dans leur cercle de financement, quand ils ont signé leur article dans le Monde du 25 septembre 2013 dans lequel ils écrivent :

            « Aujourd’hui, de nouveau à la frontière technologique, l’innovation ne se décrète pas, fût-ce par des commissions d’industriels bien informés des réalités de l’entreprise : la résurrection du planisme, c’est le retour d’une vision créationniste de l’économie, inadaptée à la réalité darwinienne de l’innovation contemporaine. » ;

            « Oui, la France se désindustrialise : ce n’est ni une pathologie ni une catastrophe. Cette évolution, «grand espoir du XXe siècle» selon l’économiste Jean Fourastié, il est temps que l’Etat choisisse de l’accompagner plutôt que de la combattre inutilement. » ;

Pourtant ces 2 lascars ne peuvent pas ne pas ignorer qu'un manageur azimuté Serge Tchuruk a mis en œuvre cette brillante idée : un groupe industriel sans usine. Sous le sabre de ce polytechnicien de surface, Alcatel n'a pas cessé de s'autodétruire, de restructurations en plans d'économie ou d'échappatoire comme ce mariage naufrage avec Lucent... pour finir dans l'escarcelle du groupe finlandais Nokia, avec quelques millions de deniers pour Michel Combes, président inspiré par l'affreux maître (1) : si Tchuruk a montré qu'il n'était pas un entrepreneur schumpetérien, c'était par contre un mercenaire avisé puisque son patrimoine personnel a monstrueusement augmenté tandis que la valeur d'Alcatel fondait sous son règne.

 

 

            Au fond, cette étude lamentable de Thesmar et Landier révèle deux choses : les libéraux peuvent souffrir de phobie déontologique et ces néoconservateurs ont leur (a)morale qui n'est pas la nôtre.   

 

 

Alexandre Anizy

 

 

 

(1) Dans cette Bérézina de l'industrie française, il faut mentionner l'autre grand gagnant : Philippe Camus.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.