Le produit Macron vu par Juan Branco

Comment l'élisphère a créé le produit Macron pour son intérêt, voilà ce que montre le jeune Juan Branco.

                       Crépuscule de Juan Branco (Au diable vauvert / Massot éditions, 2019, 312 pages) est un document intéressant qu'il faut parcourir en sautant les incessantes et lassantes répétitions (une exigence de l'éditeur pour correspondre à un format ?) : en 150 pages, l'auteur aurait concentré son propos et gagné en efficacité. Mais hélas comme sa cible, Branco bourre du texte. Dommage.

[Pour notre part, nous avions dès le 8 avril 2016 expliqué le phénomène Bel-Ami Macron : lire ici .]

           

            Passé l'agacement, force est de constater que Branco raconte bien le lancement du produit Macron par les cadors de l'élisphère, c'est à dire ceux qui possèdent les médias pour peser dans le champ politique dans le sens de leurs intérêts personnels.

            « Car la toute-puissance a ses défauts, et si Xavier Niel m'annonça en personne dès janvier 2014, alors qu'Emmanuel Macron n'était que secrétaire général adjoint de l'Élysée et inconnu du grand public, qu'il deviendrait président de la République, alors on peut imaginer que je ne fus pas le seul à être mis au courant. » (p.233)

            Le document de Branco est une œuvre de salubrité publique, puisqu'il dévoile les ramifications de la Macronie : l'électeur abusé n'aura plus d'excuse, puisque les masques de la comédie sont tombés.

  • Prenez par exemple Édouard Philippe (ah ! le parcours professionnel de sa femme Edith Chabre... ) : pourquoi ce sous-fifre provincial est-il nommé Premier Ministre ?
  • Quel rôle a joué Jean-Pierre Jouyet, époux de Brigitte Taittinger, cette famille qui depuis les années 1930 poursuit sa malfaisance ? (1)

Vous le saurez en lisant Crépuscule (de la Macronie, peut-être ; de l'élisphère sécessionniste, nous en doutons fort). C'est pourquoi il faut promouvoir ce livre, en l'offrant à son entourage, en le donnant aux "gilets jaunes", en publiant une recension, etc.

 

 

            Il nous reste une question : pourquoi Juan Branco, qui fai(sai)t partie du sérail, lâche-t-il aujourd'hui le morceau ? Il écrit :

            « La démonstration qui suit est le fruit d'une trahison. En exposant cet enchevêtrement de compromissions, de mensonges et de manipulations, c'est avant tout à ceux qui avaient cherché à m'introniser que je m'apprête à m'attaquer. Et je m'apprête à le faire au nom d'une idée qu'ils ont abandonnée.

            Cette idée est celle de la chose publique, la Res publica , qui m'a fait naître, et à laquelle je me refuse à renoncer. » (p.33) ;

[Verbiage encore ! La chose publique, c'est une fille dont beaucoup de non-démocrates se réclament, comme Philippe Tesson par exemple : lire ici ]  

mais nous avons suffisamment vécu pour savoir qu'un capitaliste ou son fondé de pouvoir féroce (genre cost killer) qui parle d'esprit collectif à ses salariés comme un Carlos Ghosn, qu'un politicard comme Jérôme Cahuzac lorsqu'il affirme les yeux dans les yeux ne pas avoir de fric planqué à l'étranger, qu'un énacrate comme Pierre Moscovici quand il invoque le socialisme, qu'une milliardaire comme Liliane Bettencourt (ayant pratiqué l'évasion fiscale ― quelques dizaines de millions d'euros en Suisse ― pendant plus de 30 ans) quand elle recommandait dans un entretien sur-mesure de ne pas faire de mal à son pays (2), ne sont que des quémandeurs en train de cajoler leurs proies.

            Alors quelle est la motivation réelle de Juan Branco ?

 

 

Alexandre Anizy

 

 

  • Lire Annie Lacroix-Riz, Le choix de la défaite. Les élites françaises dans les années 1930, Armand Colin, 2ème édition, 2010. Page 123 par exemple.
  • Dans sa résidence bretonne, le 2 juillet 2010 sur TF1, en pleine "affaire Bettencourt".

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.