Alexis Corbière
Militant pour la 6e République et l'écosocialisme
Abonné·e de Mediapart

23 Billets

1 Éditions

Billet de blog 29 sept. 2016

Ne pas se défiler devant nos adversaires

Alexis Corbière, porte-parole de Jean-Luc Mélenchon répond ici au billet critique d'Olivier Dartigolles, porte-parole du PCF, à l'égard du candidat de « La France insoumise », intitulé « Faut-il débattre avec Sarkozy sur l'identité nationale? »

Alexis Corbière
Militant pour la 6e République et l'écosocialisme
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Hier, dans les colonnes de Médiapart, le responsable national du PCF Olivier Dartigolles, a publié une tribune caricaturale contre Jean-Luc Mélenchon. Une de plus devrait-on dire. Depuis quelques mois, il a manifestement choisi de se faire l’artisan des agressions répétées contre le candidat de la France Insoumise.

Il est nécessaire d’apporter des réponses aux nombreuses arguties qu’elle contient. 

D’abord sur le fond. Quel est le premier grief officiel, qui justifierait cette tribune écrite à la va-vite ? Tenez vous bien : il nous est reproché de vouloir débattre frontalement et assumer une controverse publique avec Nicolas Sarkozy sur ce qui fonde notre Nation.

Je résume le débat pour que tout le monde en comprenne les enjeux. Pour Sarkozy, l’identité première, à laquelle il faudrait se référer pour faire peuple serait dans la filiation avec les Gaulois, références brumeuses puisant directement dans une vision ethniciste de la France. Pour nous, elle est essentiellement dans les idéaux universalistes de la Révolution Française. Pour reprendre les mots de Jean-Luc Mélenchon « Je ne veux pas d'une ethnicisation gauloise du débat. Mais oui, je dis que nous sommes les filles et les fils des Lumières et de la grande Révolution ». Le désaccord est ici fondamental et il éclaire le projet politique de chacun pour demain. 

A cela, Dartigolles nous dit : n’en débattons surtout pas car ce serait donner du crédit à ce que recherche la droite. Naïf. Ne voit-il pas que cette bataille culturelle est menée depuis des années ? N’en comprend-il pas les effets délétères ? Ne perçoit-il pas les reculs dans les consciences que produit ce discours réactionnaire ? Ne constate-t-il pas les dégâts du manque d’opposition idéologique à cette agression répétée ? Avec obstination, la droite mène une bataille acharnée pour conquérir l’hégémonie culturelle, c’est à dire le processus de transformation de nos représentations tel qu’il a cours dans nos sociétés. Et il ne faudrait pas riposter ? Il faudrait se défiler ? Depuis ces dernières décennies, la droite nationaliste et l’extrême droite ont marqué des points et notamment sur le terrain de la représentation de ce qui fonde notre Nation. L’idéologie identitaire a semé un poison qui s’est répandu largement dans toutes les capillarités de notre société. Pour s’en convaincre, il suffit d’aller dans une librairie ou allumer son poste de télévision, notamment lors des émissions dites « historiques » pour le constater.

A tout cela, on ne peut répondre dans une posture simpliste de dédain aussi prétentieuse que minoritaire : je ne veux pas débattre des thèmes de mes adversaires. La belle affaire. Concrètement, cela signifie laisser l’adversaire dérouler son offensive en restant les bras croisés. Il ne faudrait pas en débattre avec Sarkozy lui même ? Mais avec qui alors, si ce n’est avec l’un des principaux émetteurs de l’offensive idéologique réactionnaire qui traverse le pays ? Pourquoi le préserver ? Pourquoi viser plutôt un second couteau ? Si ce n’est lui, avec qui alors ? En quoi serait-il plus acceptable de débattre avec une ex ministre de Sarkozy, tel Valérie Pécresse comme Pierre Laurent l’a fait durant les élections régionales ? De même, en avril 2016, le même Pierre Laurent a accordé un entretien au très identitaire hebdomadaire Valeurs Actuelles. A-t-il légitimité l’existence de cette presse réactionnaire et souvent xénophobe en accordant cet entretien ? Non, il a cherché à mener un combat culturel, sur tous les terrains qui se présentent à lui.

Emporté dans sa démonstration hasardeuse, Dartigolles nous dit préférer parler de la question sociale. Qui a dit l’inverse ? Mais  précisément, à Boulogne mardi dernier, Jean-Luc Mélenchon n’a consacré que cinq minutes en fin de son discours à la controverse historique. Avant, il a parlé plus d’une heure de la lute contre la pauvreté, du retour au plein emploi, de l’économie de la mer. Les communistes nombreux présents dans la salle doivent se demander si le ciel n’est pas tombé sur la tête de leur porte-parole national qui aurait mieux fait de se renseigner avant de parler. L’ignorance est toujours mauvaise conseillère.

Et puis, Olivier Dartigolles serait-il schizophrène ? A-t-il oublié qu’en 2015, après les attentats, son parti a lancé une campagne avec une affiche reprenant le drapeau tricolore et un lot de 3 affiches, une bleue, une blanche, une rouge siglées « liberté », « égalité », « fraternité » ? Ou alors est-il amnésique ? A-t-il oublié qu’en 2012, la campagne dont il prétend avoir été le directeur-adjoint avait pour premier slogan « la France belle et rebelle » ? A-t-il oublié l’histoire de son propre parti, notamment en 1936 ou en 1939 pour le 150e anniversaire de la Révolution Française, quand le PCF liait « les plis du drapeau rouge au drapeau bleu blanc rouge » ? A-t-il jamais écouté « Ma France » de Jean Ferrat ?

En conclusion de sa tribune, Olivier Dartigolles nous dit qu’il préfère que cette controverse soit assumée uniquement par les historiens. On se pince devant l’énormité de la remarque. Depuis quand l’Histoire serait-elle le sujet exclusif des historiens ? Certes, l’historien établit des faits et les mets en cohérence. Il joue un rôle indispensable. Mais les faits sont toujours soumis à interprétation. L’histoire n’est pas une langue morte. Depuis longtemps les controverses entre historiens sont également politiques, il y a d’ailleurs tout à gagner qu’elles se propagent dans le débat public. Les joutes intellectuelles, toujours brûlantes, autour de l’interprétation de la portée de la Grande Révolution en attestent par exemple. Il en est beaucoup d’autres. Et puis, d’où vient cette vision réactionnaire et anti-démocratique du débat public ? L’économie devrait elle être réservée aux économistes ? La science et les solutions écologiques devraient être la seule propriété des scientifiques et des climatologues ? Le peuple devrait il être tenu à distance de tous ces débats comme le rêve l’oligarchie ? Je ne suis pas d’accord.

Il est donc temps que cesse ces attaques répétées contre Jean-Luc Mélenchon. Je les considère à présent comme suspectes et semblant poursuivre un but bien sombre. D’où vient cette obstination à chercher à salir notre progression ? Qui applaudit à ses attaques si ce n’est nos adversaires ? A qui cela peut-il profiter si ce n’est à ceux qui sont les premiers responsables des maux dans lequel est plongé notre pays et qui sont finalement plutôt épargnés dans les tribunes répétitives du porte-parole du PCF ?

Cette mise au point étant faite, que les choses soient claires. Rien ne nous empêchera d’avancer et certainement pas les invectives, les outrances et les jalousies d’Olivier Dartigolles. A bon entendeur…

Pour aller plus loin dans la réponse à Nicolas Sarkozy, vous pouvez lire ici mon dernier billet de blog.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
Quand le candidat parle, ses militants frappent
À Villepinte comme à Paris, des antifascistes se sont mobilisés pour ne pas laisser le premier meeting d’Éric Zemmour se tenir dans l’indifférence. Dans la salle, plus de 10 000 personnes s’étaient réunies pour l’entendre dérouler ses antiennes haineuses, dans une ambiance violente.
par Mathieu Dejean, Mathilde Goanec et Ellen Salvi
Journal — Politique
En marge du meeting de Zemmour, des habitants de Seine-Saint-Denis fustigent « sa politique remplie de haine »
Éric Zemmour a tenu le premier meeting de sa campagne présidentielle dans un département qui représente tout ce qu’il déteste. Cibles quotidiennes des injures du candidat d’extrême droite, des citoyens de Villepinte et des alentours témoignent.
par Hannah Saab (Bondy Blog)
Journal — Gauche(s)
À La Défense, Jean-Luc Mélenchon veut montrer qu’il est le mieux armé à gauche
Lors de son premier meeting parisien, le candidat insoumis à la présidentielle s’est posé comme le pôle de résistance à la droite et à l’extrême droite. Il a aussi montré sa capacité de rassemblement en s’affichant aux côtés de nombreuses personnalités de gauche.
par Pauline Graulle
Journal — Europe
En Andalousie, la colère intacte des « travailleurs du métal »
Après neuf jours d’une grève générale qui a embrasé la baie de Cadix, le retour au calme semble fragile. Nombre d’ouvriers des chantiers navals ou de l’automobile n’en peuvent plus de la flambée des prix comme de la précarité du secteur. Ils se sentent abandonnés par le gouvernement – de gauche – à Madrid.
par Ludovic Lamant

La sélection du Club

Billet de blog
Ah, « Le passé » !
Dans « Le passé », Julien Gosselin circule pour la première fois dans l’œuvre d’un écrivain d’un autre temps, le russe Léonid Andréïev. Il s’y sent bien, les comédiens fidèles de sa compagnie aussi, le théâtre tire grand profit des 4h30 de ce voyage dans ses malles aérées d’aujourd’hui.Aaaaah!
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Get Back !!!
Huit heures de documentaire sur les Beatles enregistrant « Let it Be », leur douzième et dernier album avant séparation, peuvent sembler excessives, même montées par Peter Jackson, mais il est absolument passionnant de voir le travail à l'œuvre, un « work in progress » exceptionnel où la personnalité de chacun des quatre musiciens apparaît au fil des jours...
par Jean-Jacques Birgé
Billet de blog
Sénèque juste avant la fin du monde (ou presque)
Vincent Menjou-Cortès et la compagnie Salut Martine s'emparent des tragédies de Sénèque qu'ils propulsent dans le futur, à la veille de la fin du monde pour conter par bribes un huis clos dans lequel quatre personnages reclus n’en finissent pas d’attendre la mort. « L'injustice des rêves », farce d'anticipation à l’issue inévitablement tragique, observe le monde s'entretuer.
par guillaume lasserre
Billet de blog
J'aurais dû m'appeler Aïcha VS Corinne, chronique de l'assimilation en milieu hostile
« J’aurai dû m’appeler Aïcha » est le titre de la conférence gesticulée de Nadège De Vaulx. Elle y porte un regard sur les questions d’identité, de racisme à travers son expérience de vie ! Je propose d'en présenter les grands traits, et à l’appui d’éléments de contexte de pointer les réalités et les travers du fameux « modèle républicain d’intégration ».
par mustapha boudjemai