Alexis DAYON
Professeur de philosophie
Abonné·e de Mediapart

3 Billets

0 Édition

Billet de blog 29 mars 2019

Les scandaleux conseils de classe de Terminale sous Parcoursup

Il y a un an, je partageais sur Facebook ma consternation à l'issue d'un conseil de classe de deuxième trimestre, que les "fiches avenir" de Parcoursup transformaient en concours de jugements managériaux à l'emporte-pièce. Et semble-t-il, le spectacle que je décrivais avait ému du monde. Un an a passé, les conseils de classe de deuxième trimestre ont eu lieu à nouveau. Ma consternation empire.

Alexis DAYON
Professeur de philosophie
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le témoignage devenu viral que je postais il y a un an sur Facebook

Elle empire, oui.

L'année dernière, la nouveauté de la chose désarçonnait encore pas mal de monde. Il y avait une répugnance palpable de la part d'un bon nombre de collègues à se livrer à cette farce où des appréciations et des petites croix dans des grilles (qui ensuite partent se convertir en points dans l'algorithme de Parcoursup pour décider de la poursuite d'études de nos élèves) se décident sur la base d'à peu près rien. L'humeur d'un instant, peut-être.

Cette année, la chose semble déjà être entrée dans les mœurs. Mes protestations répétées à chaque conseil font de moi, je le sens assez nettement, un emmerdeur. Quelques collègues sont d'accord je le sais, mais le mouvement passe et il faut que le conseil se fasse. L'adjoint au proviseur, surchargé de travail, n'a pas le temps pour ça. Il est d'assez généreuse composition, d'ailleurs : il nous invite à insister surtout sur ce que nous avons à dire de flatteur de nos élèves et à passer sur ce qu'il y aurait de plus désobligeant. Mais cela revient au même : de fait, nous favorisons sur des critères n'ayant plus rien de pédagogique – critères de sociabilité, d'accès aux activités extrascolaires, de capital culturel, etc. – ceux qui ont déjà tout pour réussir au mieux, et gardons la tête sous l'eau à ceux qui n'ont pas.

L'affaire reste donc inchangée. Des conseils de classe où l'on nous fait remplir à la volée des grilles de peut démontrer, assez satisfaisant ou très satisfaisant sur des items aussi pédagogiquement nuls que : « a-t-il l’esprit d’initiative, cet enfant ? une bonne capacité à s’investir ? est-il engagé dans des activités sportives ou associatives hors du lycée ? »

Les collègues font ensuite remonter au chef d’établissement qui les demande des adjectifs pour qualifier des choses aussi scandaleuses que les qualités relationnelles de l’élève, le tout plus ou moins en tendant le petit doigt au vent, tant les impressions qui ressortent sont aléatoires et fondées sur du vide. Les grands perdants de cette étape sont les élèves réservés ou introvertis. Les rebelles, aussi... mais les introvertis, surtout. En nombre.

Un collègue lance que ça ne serait pas mal si dans les cases on pouvait aussi cocher une ligne à propos du « savoir-être ». Dans une société cauchemardée par Orwell, oui, sans doute, ça ne serait pas mal.

Il me vient l'idée de pointer qu'il n'est pas sain que l'on fasse d'activités sportives ou associatives un moyen de bonifier son dossier, que cela ne devrait jamais devenir des activités faites par intérêt mais par goût, que c'est aliéner de façon très intime et très inquiétante des gamins que de faire rentrer ainsi des critères de sélection dans leur vie privée. Pointer que peut-être un élève n'ayant ni beaucoup d'activités ni de formidables qualités relationnelles peut avoir pour cela mille raisons auxquelles nous ne savons rien : n'avoir juste pas envie, être mal dans sa peau, traverser une situation douloureuse, qui sait – cette année trois de mes élèves, pour ce que j'en sais, traversent un deuil dans leur famille proche.

On me répond que c'est important « dans le monde d'aujourd'hui » de savoir sortir de sa coquille et travailler en groupe, que la sociabilité est vouée à devenir une compétence évaluable, que c'est un progrès que nous jugions les élèves sur leur personnalité et plus uniquement sur leurs résultats scolaires. Une collègue à propos des jeunes endeuillés va jusqu'à me rétorquer qu'elle a déjà vu des élèves redoubler d'efforts après un deuil et en sortir plus travailleurs, adultes et responsables. Elle conclut que « quand on veut, on peut ».

Sur le moment, le niveau de bêtise et de froideur de cette réponse me laisse bouche bée.

L’année prochaine, peut-être, il nous sera demandé d’évaluer si nos élèves sont « agiles », s’ils sont « corporate », s’ils parviennent à rester « focus » quand on leur demande de bosser « fulltime » sur un « draft » à rendre « ASAP ». Notre conversion du métier de professeurs à celui de manageurs sera consommée, et il sera devenu tout à fait clair que les établissements scolaires ne sont plus conçus comme des lieux de transmission du savoir mais comme des succursales d'entreprises.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Dans les Ehpad du groupe Orpea, des CDI introuvables
D’après nos informations, des recrues du groupe privé de maisons de retraite doivent, en France, se contenter de signer des CDD au motif qu’il s’agirait de remplacer des salariés en CDI. Or, dans bien des cas, ces salariés n’existeraient pas. Le groupe dément toute irrégularité, assurant qu’« il n’y a jamais eu d’emploi fictif au sein de l’entreprise ».
par Leïla Miñano avec Benoît Brevet (Investigate Europe)
Journal
Quand le comité d’éthique de France TV prend le parti de Korian
Fin 2020, France 3 a diffusé un documentaire sur les morts du Covid dans les Ehpad qui a déplu au groupe privé Korian. Celui-ci a notamment saisi le comité d’éthique de France Télévisions. Une instance présidée par Christine Albanel qui a jugé « à charge » le travail, pourtant approfondi, des journalistes.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
L’action des policiers a causé la mort de Cédric Chouviat
D’après l’expertise médicale ordonnée par le juge d’instruction, la clé d’étranglement et le plaquage ventral pratiqués par les policiers sur Cédric Chouviat, alors que celui-ci portait encore son casque de scooter, ont provoqué l’arrêt cardiaque qui a entraîné sa mort en janvier 2020.
par Camille Polloni
Journal — Droite
Le député Guillaume Peltier visé par une enquête
Le parquet de Blois a annoncé, lundi 24 janvier, l’ouverture d’une enquête préliminaire à la suite des révélations de Mediapart sur l’utilisation des fonds publics du député Guillaume Peltier, porte-parole de la campagne d’Éric Zemmour.
par Sarah Brethes et Antton Rouget

La sélection du Club

Billet de blog
Agir pour faire reconnaître le génocide ouïghour. Interview d'Alim Omer
[Rediffusion] l’Assemblée Nationale pourrait voter la reconnaissance du caractère génocidaire des violences exercées sur les ouïghour.es par la Chine. Alim Omer, président de l’Association des Ouïghours de France, réfugié en France, revient sur les aspects industriels, sanitaires, culturels et environnementaux de ce génocide.
par Jeanne Guien
Billet de blog
Stratégies de désinformation et de diversion de Pékin sur la question ouïghoure
[Rediffusion] Alors que de nombreux universitaires sonnent l’alarme quant au risque génocidaire en cours dans la région ouïghoure, Pékin s’évertue à disqualifier tout discours alternatif et n’hésite pas à mobiliser ses réseaux informels en Europe pour diviser les opinions et couper court à tout débat sur la question ouïghoure. Une stratégie de diversion négationniste bien familière. Par Vanessa Frangville.
par Carta Academica
Billet de blog
La cynique et dangereuse instrumentalisation du mot « génocide »
La répression des Ouïghours existe au Xinjiang. Elle relève très probablement de la qualification juridique de « crimes contre l’Humanité ». Mais ce sont les chercheurs et les juristes qui doivent déterminer et les faits et leurs qualifications juridiques, et ce le plus indépendamment possible, c’est à dire à l’écart des pressions américaines ou chinoises.
par Bringuenarilles
Billet de blog
Génocide. Au-delà de l'émotion symbolique
Le vote de la motion de l'Assemblée Nationale sur le génocide contre les ouïghours en Chine a esquivé les questions de fond et servira comme d'habitude d'excuse à l'inaction à venir.
par dominic77