Alexis Dieth
Abonné·e de Mediapart

284 Billets

0 Édition

Billet de blog 12 juin 2018

Crise post-électorale ivoirienne : la responsabilité politique du gouvernement FPI

En démocratie l’État est responsable de sa société. Réciproquement le citoyen est responsable de son État et de son gouvernement. Le gouvernement répond du bien-être et du mal-être de la population. C’est une obligation politique. Cette responsabilité irréductible. Elle fonde l’impératif de reddition périodique des comptes

Alexis Dieth
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

En démocratie l’État est responsable de sa société. Réciproquement le citoyen est responsable de son État et de son gouvernement. Le gouvernement répond du bien-être et du mal-être de la population. C’est une obligation politique. Cette responsabilité irréductible a justifié la récente interpellation du gouvernement RHDP par certaines organisations associatives et par certaines ONG relativement à la problématique des déguerpis de la SICOGI.

Cette responsabilité de principe fonde l’impératif de reddition périodique des comptes. Elle est spécifique et distincte de la responsabilité pénale de type judiciaire. Il s'agit d'une responsabilité politique. Aucun gouvernement ne peut et ne doit en être exempté car tous les gouvernements sont tenus de répondre  de leur charge envers la population. Un gouvernement est politiquement fautif quand il se décharge de cette responsabilité civique.

Le cas étrange de l’ex-gouvernement FPI qui refuse jusqu’à ce jour d’assumer cette responsabilité politique envers le peuple ivoirien dans les massacres de masses perpétrés en Côte d’Ivoire durant son mandat pose donc problème.

Comment expliquer l’indifférence des organisations associatives et le silence assourdissants des ONG de défense des droits de l’homme devant cette non-reconnaissance qui est manifestement l’obstacle majeur de la réconciliation ?

L’absence de preuve matérielle attestant l’implication directe et individuelle des membres du gouvernement FPI dans les crimes massifs commis durant la crise post-électorale, ne signifie guère que les membres de ce gouvernement soient politiquement innocents. Les membres du gouvernement FPI et leur chef Laurent Gbagbo sont politiquement fautifs pour s’être déchargés de leur responsabilité de défendre l’unité de la société nationale ivoirienne, d’assurer la sécurité des citoyens, de protéger les minorités. La rupture de l’unité nationale doit être politiquement portée à leur débit.

De même qu’au niveau individuel la reconnaissance de leur crime par les coupables est la condition préalable de leur demande de pardon aux victimes comme le soulignent les comités d’éthique, l’assomption de sa responsabilité politique est nécessaire au rétablissement de la confiance entre un gouvernement et sa population. Cette reconnaissance aide à retisser fils du corps social et politique.

L’assomption publique de cette responsabilité politique par les membres du gouvernement FPI et par son chef Laurent Gbagbo lui-même en cette période de l’histoire de notre pays est l’une des conditions irréductibles de la réconciliation nationale.

Je m’étonne que les éminents juristes ivoiriens et les ONG et organisations associatives chargés de la problématique de la réconciliation nationale n’en aient dit mot jusqu’à ce jour. Ce silence coupable légitime le refus par  l’ex-gouvernement Gbagbo d’assumer sa responsabilité politique. Il fait croire à la population que le gouvernement Gbagbo est politiquement innocent des massacres de masse commis sous sa gouvernance dans notre pays. Ce silence légitime politiquement le gouvernement FPI et son chef en soutenant leur position victimaire.

Apparemment portée par certains réseaux locaux et étrangers cette irresponsabilité systématiquement organisée pour entretenir la confusion entre culpabilité pénale et faute politique au profit de l’ex-régime est dangereuse pour la démocratie ivoirienne. Elle porte un coup de canif dévastateur au principe de responsabilité politique que le gouvernement RHDP assume pleinement essayant de l’instituer par l’exemplarité comme culture civique en notre pays.

Sous cette perspective le pèlerinage honteux vers la Haye précédemment initié  par certains parlementaires ivoiriens au plus haut niveau pour soutenir Laurent Gbagbo, le symbole ivoirien de l’irresponsabilité politique, doit être porté à leur débit en matière de crédibilité politique. Ce pèlerinage est une caution parlementaire portée à cette irresponsabilité qui viole l’intégrité de la Nation et nie la citoyenneté.

Ce pèlerinage parlementaire de reconnaissance au symbole ivoirien du national-populisme signifie que l’État est en droit de refuser de répondre du sort de certaines catégories sociales dans la communauté nationale. Il légitime le massacre dont furent victimes les catégories sociales arbitrairement décrétées apatrides par l’ex-gouvernement. Il justifie l’inégalité, l’oppression et la ségrégation les ivoiriens. Cette attaque frontale perpétrée au niveau parlementaire contre le principe démocratique et républicain de responsabilité politique et de similarité citoyenne fait saillir le caractère démagogique du discours de la réconciliation que ces acteurs politiques ivoiriens, en recherche éperdue d’alliance politique avec le FPI, estiment porter.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — International
En Pologne, le calvaire des exilés
Dans notre émission, reportage aux portes de l’Union européenne, où des migrants et des migrantes sont toujours retenus dans des conditions inhumaines. En plateau : Anaïs Vogel, qui a fait cinq semaines de grève de la faim pour dénoncer le traitement des exilés à Calais, et Catherine Wihtol de Wenden, directrice de recherche émérite au CNRS. 
par à l’air libre
Journal — France
La candidature de Zemmour prend une mauvaise tournure
L’ancien éditorialiste de CNews et du Figaro a officialisé, mardi, sa candidature à l’élection présidentielle dans un clip reprenant toutes ses obsessions identitaires. Sur le terrain, sa campagne est devenue particulièrement compliquée.
par Lucie Delaporte
Journal — France
Pour Pécresse et Bertrand, une campagne aux airs de pénitence
Après avoir claqué la porte du parti Les Républicains, ils ont repris leur carte pour obtenir l’investiture présidentielle. Pendant des mois, Valérie Pécresse et Xavier Bertrand ont remis les mains dans le cambouis partisan et arpenté les routes de France pour convaincre.
par Ilyes Ramdani
Journal — France
Les macronistes s’offrent un rassemblement de façade
Divisée avant d’être officiellement unie, la majorité présidentielle s’est retrouvée, lundi soir, pour tresser des louanges à Emmanuel Macron et taper sur ses adversaires. Un exercice poussif qui ne risque pas de « marquer l’histoire ».
par Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet de blog
Les communautés masculinistes (1/11)
Cet article présente un dossier de recherche sur le masculinisme. Pendant 6 mois, je me suis plongé dans les écrits de la manosphère (MGTOW, Incels, Zemmour, Soral etc.), pour analyser les complémentarités et les divergences idéologiques. Alors que l'antiféminisme gagne en puissance tout en se radicalisant, il est indispensable de montrer sa dangerosité pour faire cesser le déni.
par Marcuss
Billet de blog
Pour une visibilisation des violences faites aux femmes et minorités de genre noires
La journée internationale des violences faites aux femmes est un événement qui prend de plus en plus d'importance dans l'agenda politique féministe. Cependant fort est de constater qu'il continue à invisibiliser bon nombre de violences vécues spécifiquement par les personnes noires à l’intersection du cis-sexisme et du racisme.
par MWASI
Billet de blog
Effacement et impunité des violences de genre
Notre société se présente volontiers comme égalitariste. Une conviction qui se fonde sur l’idée que toutes les discriminations sexistes sont désormais reconnues et combattues à leur juste mesure. Cette posture d’autosatisfaction que l’on discerne dans certains discours politiques traduit toutefois un manque de compréhension du phénomène des violences de genre et participe d’un double processus d’effacement et d’impunité.
par CETRI Asbl
Billet de blog
Ensemble, contre les violences sexistes et sexuelles dans nos organisations !
[Rediffusion] Dans la perspective de la Journée internationale pour l'élimination des violences faites aux femmes, un ensemble d'organisations - partis et syndicats - s'allient pour faire cesser l'impunité au sein de leurs structures. « Nous avons décidé de nous rencontrer, de nous parler, et pour la première fois de travailler ensemble afin de nous rendre plus fort.e.s [...] Nous, organisations syndicales et politiques, affirmons que les violences sexistes et sexuelles ne doivent pas trouver de place dans nos structures ».
par Les invités de Mediapart