Son blog
16 abonnés Le blog de Alexis Dieth
Voir tous
  • L’invasion de la société civile et de l’Etat par les partis politiques en Afrique.

    Par
    En Afrique, sévissent deux nouvelles pathologies mortelles pour la démocratie qui repose, comme on le sait, sur la séparation de la société civile, de la société politique, et de l’État. Depuis l’instauration de la démocratie pluraliste, les partis politiques envahissent la société civile dans une dynamique de concentration cumulative du pouvoir. Au terme de l’élection présidentielle, le parti maj
  • Côte d’Ivoire : Repentance morale et sanction judiciaire de la criminalité politique

    Par
    Dans une République et dans une Démocratie, le personnel politique est, de par sa fonction institutionnelle, moralement, politiquement et judiciairement responsable de la vie de la Cité, de ce s’y passe en bien ou en mal. Cette triple responsabilité des élites de décision qui dirigent la Cité est inaliénable. Elle est inhérente à leur légitimité politique.
  • Côte d’Ivoire : comment en finir avec l’idolâtrie du pouvoir ?

    Par
    Marquée par la réactivation des pathologies qui conduisirent à la guerre civile, l’actualité politique ivoirienne prouve que la racine de la crise politique récurrente qui menace constamment de déstabiliser le pays se trouve dans les conceptions du pouvoir et de l’Etat qui animent la classe politique ivoirienne. En côte d’Ivoire le pouvoir d’Etat a été transformé en fin en soi par
  • Côte d’Ivoire : guerre de succession et déficit démocratique et républicain au RHDP

    Par
    Le RHDP est structuré autour de chefs sacralisés par leurs entourages respectifs. La discipline de parti est conçue comme allégeance à ces chefs. La contradiction et la contestation y sont conçues comme rupture de cette allégeance quasi tribale. Il y a donc priorité des coutumes sacrées des communautés sur les principes et les valeurs laïques de la République et de la démocratie.
  • Lutte pour le pouvoir en Côte d’Ivoire : Comment et pourquoi en sommes-nous arrivés l

    Par
    Annoncée par la radicalisation des mouvements sociaux, la crise politique ivoirienne s’enracine dans la nature des partis ivoiriens et leurs objectifs finaux. Elle s’est nouée sur la déficience des institutions d’impartialité qui permettent de réaliser la coordination entre la société civile et l’État, de former à travers le dialogue social les compromis permettant de trancher les conflits