Son blog
19 abonnés Le blog de Alexis Dieth
Voir tous
  • La Côte d’Ivoire accueille le 5ième Sommet UA-UE : l’émergence d’un leadership.

    Par
    Transformer l’économie de marché en développement endogène par la médiation de la démocratie afin d’offrir des perspectives à la jeunesse en termes d’émancipation personnelle et d’emplois de qualité, telle est la problématique fondamentale du XXIème siècle en Afrique.
  • L’interprétation contestable de la crise Zimbabwéenne par Franklin Nyamsi.

    Par
    La légitimité historique est antithétique à la légitimité démocratique qui repose sur l'élection et sur le suffrage univ. Appliquant sur la crise politique Zimbabwéenne la grille de lecture de la légitimité historique , Franklin Nyamsi, le conseiller spécial du Président de l'Assemblée Nationale Ivoirienne Guillaume Soro interprète les évènements zimbabwéens selon une logique patrimonialiste
  • Côte d’Ivoire : culte de la personnalité de Soro Guillaume, le choix de l'échec

    Par
    Selon toute évidence, l’aile politique des FN de Soro Guillaume chemine à contre-courant des attentes de l’électorat ivoirien. Habituée aux déclamations apologétiques et aux brutalités verbales de Franklin Nyamsi, un hagiographe à court d’idées qui brille par sa confusion intellectuelle et sa jactance ordurière, la sorosphère est aveugle. Elle chemine à tâtons sous la direction d'un borgne.
  • Le Juge Kényan David Maraga, un exemple à imiter en Afrique Noire.

    Par
    « Pour la première fois dans l’histoire de la démocratie africaine, une cour a annulé une élection présidentielle », faisait remarquer l’opposant Kényan Raila Odinga tout en soulignant que le jour de cette décision était « un jour historique pour le peuple Kényan et, par extension, pour les peuples du continent africain ». Il conviendrait donc de consacrer à cet évènement historique le temps qu’il
  • Le détournement de la fonction des partis politiques en Afrique.

    Par
    Catalyseur du nationalisme et instrument de modernisation au début des Indépendances, le parti politique africain s’est mué au fil des temps en catalyseur du communautarisme, en instrument de régression passéiste et de domination des masses par les nouvelles classes dirigeantes.Comment expliquer cette tendance dure qui semble relever de la résilience d’un système de résistance à la démocratisation