Des parlementaires français inciteraient-ils à l'impunité en Côte d'Ivoire ?

Je souligne pour commencer qu'au terme de l'élection présidentielle du 31 octobre 2020 dont la RÉGULARITÉ et la TRANSPARENCE furent ÉTABLIES et RECONNUES par la CEDEAO et par divers organismes internationaux de surveillance du processus électoral,

Des parlementaires et des lobbyistes français inciteraient-ils à l'impunité judiciaire en Côte d'Ivoire ?

Je souligne pour commencer qu'au terme de l'élection présidentielle du 31 octobre 2020 dont la RÉGULARITÉ et la TRANSPARENCE furent ÉTABLIES et RECONNUES par la CEDEAO et par divers organismes internationaux de surveillance du processus électoral, et après que le conseil constitutionnel ivoirien aie confirmé la légalité de la victoire du candidat Alassane Ouattara, LE GOUVERNEMENT IVOIRIEN en exercice avait décidé de RÉAFFIRMER la PRIORITÉ de L'ORDRE RÉPUBLICAIN ET DE LA LOI en interpellant les auteurs et les donneurs d'ordre politiques des VIOLENCES INSURRECTIONNELLES MEURTRIÈRES qui émaillèrent le vote pour tenter D'EMPÊCHER LE SUFFRAGE UNIVERSEL au profit de tiers.

Agissant pour restaurer la prévalence de l'ordre républicain, le gouvernement Ivoirien se conformait à ses prérogatives souveraines et aussi à la DEMANDE EXPRESSE DES ORGANISMES INTERNATIONAUX DE SURVEILLANCE DE L'ÉLECTION qui furent, sur le terrain, les témoins directs de ces violences meurtrières et qui demandèrent de ce fait de TRADUIRE en JUSTICE SELON LA LOI les auteurs des déprédations et des empêchements du vote.

INDIFFÉRENTS à CETTE RÉALITÉ de TERRAIN, CERTAINS PARLEMENTAIRES FRANÇAIS et CERTAINS MÉDIAS FRANÇAIS, ont décidé de s'ingérer dans l'élection présidentielle ivoirienne pour TENTER DE LA DÉLÉGITIMER, de la réinterpréter à l'aune de leurs intérêts particuliers et pour en influencer le cours.

CES PARLEMENTAIRES et MÉDIAS FRANÇAIS travailleraient-ils par campagne de presse interposé, sur les réseaux sociaux à délégitimer le vote du peuple souverain ivoirien, à influencer l'opinion publique internationale et nationale au profit des auteurs politiques des appels meurtriers à l'insurrection et à la sédition qui viennent d'endeuiller le pays ?

Ces parlementaires et certains médias français agiraient-ils en qualité de lobbyistes intéressés d'une clientèle politique ivoirienne locale dont ILS TENTERAIENT D'OBTENIR L'IMPUNITÉ JUDICIAIRE et DONT ILS TENTERAIENT de LÉGITIMER L'ARBITRAIRE ?

Le fait est qu'à la suite des interventions du gouvernement français appelant à la "TRANSPARENCE" et à un "dialogue inclusif" en Côte d'Ivoire APRÈS L'ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE , le FPI et le PDCI-Bédié réinterprètent à leur avantage dans le sens de l'impunité victimaire cet appel français à "la transparence" et à "l'inclusion".

Cet APPEL ÉTRANGE LAISSE en effet PRÉSUPPOSER que les DEUX CANDIDATS BOYCOTTEURS de la PLATE-FORME, Messieurs Pascal Affi N'guessan du FPI et Henri Konan Bédié du PDCI-identitaire FURENT DES EXCLUS d' un processus électoral "non transparent"!

Alors même que la CEDEAO avait conclu à la transparence et la régularité de l'élection Présidentielle ivoirienne, cette intrusion surréaliste d'élus de l'Assemblée nationale et du Sénat français, légitime LE BANDITISME POLITIQUE MEURTRIER D'UNE OLIGARCHIE PARTISANE AFRICAINE dont le modèle politique est , non pas la démocratie et la républicaine, mais l'autocratie et l'Etat communautaire d'épuration ethnique d'inspiration nazi.

De notoriété publique comme en atteste leurs actions, les thématiques, les éléments de langages de leur discours politique, la référence commune de ces oligarchies partisanes est la croix gammée et la société ethniquement homogène.

La scandaleuse intrusion et l'aveuglement coupable de ces élus, sénateurs et médias français est à la source des EXIGENCES SURRÉALISTES ACTUELLES du PDCI-Bédié et du FPI tentant comme à leur habitude de REJETER sur le GOUVERNEMENT , la FAUTE de LEURS CHOIX et MOTS D'ORDRE MEURTRIERS , de S'ESTIMER VICTIMES , D'IMPOSER leur ARBITRAIRE au choix souverain du peuple et revendiquant l'impunité de leurs dirigeants.

En cette ingérence qui défie l'imagination 70 ans après l'Indépendance des États post-coloniaux africains, ces élus et sénateurs français agissent honteusement en qualité de lobbyiste des acteurs d'une plate-forme politique africaine, auteurs et donneurs d'ordre des violences meurtrières qui viennent d'ensanglanter un pays.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.