Le RHDP d’Alassane Ouattara, agent de construction nationale en Côte d'Ivoire.

La problématique de la conquête de l'Indépendance réelle dans les États multi-ethniques postcoloniaux d'Afrique, après la conquête de l'indépendance politique, ne fut rien d'autre qu'une problématique de transformation des structures, des rapports de production, des formes sociales et politiques.C'est toujours par cette médiation qu'un pays économiquement dépendant

Le RHDP d’Alassane Ouattara, un agent de modernisation, de construction nationale et de développement endogène en Côte d’Ivoire.

1. La vision de l’indépendance réelle comme processus de modernisation et d’intégration nationale par le Père de la Nation Félix Houphouët-Boigny et par le Président de la République Alassane Ouattara.

La problématique de la conquête de l'Indépendance réelle dans les États multi-ethniques postcoloniaux d'Afrique, après la conquête de l'indépendance politique, ne fut rien d'autre qu'une problématique de transformation des structures, des rapports de production, des formes sociales et politiques.

C'est toujours par cette médiation qu'un pays économiquement dépendant se libère de la dépendance après la conquête de son indépendance politique ; que cette indépendance ait été octroyée comme l'estiment certains par l'ancienne puissance coloniale ou qu'elle ait été arrachée dans une lutte militaire de libération nationale.

Il s'agit de construire l'unité politique de l’État, d'intégrer, en nation, une diversité de collectivités ethniques et sociales fragmentées, atomisées et divisées, de reconstruire et de moderniser les infrastructures du territoire pour transformer une économie extravertie de subsistance et de rentes, en économie de production industrielle endogène répondant aux besoins des populations du territoire national.

C'est à travers cette médiation qu'un pays croît du point de vue social économique et politique, s'agrandit autrement dit se développe et se rend indépendant par sa capacité à pourvoir à ses propres besoins au moyen d'une production endocentrée.

Sous cette perspective, le développement d'un pays est analogue au développement d'un corps vivant. C’est la maturation progressive des organes qui favorisent les flux internes dont dépend sa vie et son autonomie. (Cf. : Routes, Ponts et Équipements publics, Vaisseaux sanguins et Organes vitaux : une analogie éclairante. Cedea octobre 2019).

L'aventure du développement comme croissance et maturation d'un corps social consiste en ce que les petites sociétés partielles, les identités ethniques du territoire soient rassemblées et réunies dans un nouveau corps politique plus grand qui les transcende c'est à dire dans une nation.

La NATION EST LA FIGURE POLITIQUE DE LA MODERNITÉ. Elle est distincte de l'ethnie.

Avant la modernisation il n'existe que des ethnies. C'est la modernisation qui transforme les ethnies du territoire en nation en les intégrant dans une unité politique supérieure qui les transcende.

La NATION COMME GRAND CORPS SOCIAL NAÎT DE L’ŒUVRE DE RATIONALISATION DES FORCES DE PRODUCTION.

Pour que la pluralité des collectivités ethniques d'un territoire puisse se transformer en nation afin de l'affranchir de la dépendance, UNE ALLIANCE STRUCTURELLE DOIT ÊTRE ÉTABLIE À LA BASE DE LA SOCIÉTÉ ENTRE LES CULTURES LOCALES DU TERRITOIRE ET LA RATIONALITÉ MODERNE, ENTRE LA TRADITION ET LA MODERNITÉ.

2.Du PDCI-RDA de Félix Houphouët-Boigny au RHDP d’Alassane Ouattara, la continuité d’une politique progressiste de modernisation et de développement endogène.

Le génie politique de Félix Houphouët-Boigny fut de parvenir à sceller cette alliance en impliquant les identités culturelles, les pouvoirs traditionnels, les chefferies, dans l'aventure de la modernisation, de la réappropriation de la rationalité instrumentale en dépit de l'occupation coloniale qui s’en était servie pour dominer et mettre sous tutelle les Africains.

Aussitôt l’indépendance de la Côte d'Ivoire conquise, le projet du PDCI-RDA sous la direction de Félix Houphouët-Boigny, devant la tâche du développement, fut de décider d’unifier politiquement les particularismes ethniques et confessionnels du territoire ivoirien à travers la modernisation économique.

Sa perspicacité politique fut d’identifier le développement au processus de construction d’un Etat-national par modernisation économique et par intégration nationale des peuples du territoire. Félix Houphouët-Boigny s’aperçut de l’imbrication de la problématique du développement et de la problématique de la construction de la nation.

Ce fut le coup de génie du dirigeant ivoirien. Le choix de Félix Houphouët-Boigny fut de remplacer l’État colonial par un État national en intégrant la diversité ethnique du territoire par la modernisation économique. Par ce choix, l’État Ivoirien s’est défini, dès l’origine, comme un Etat unificateur et comme un pouvoir serviteur de la société.

Ailleurs en Afrique les brutalités liberticides de l'occupation coloniale conduisirent d'autres dirigeants africains des États postcoloniaux à rejeter la rationalité moderne identifiée en toutes ses formes à la colonisation et à refuser l'aventure de la modernisation, à se replier sur la défense et la célébration d'une identité culturelle piétinée dont il fallait rétablir la dignité par le verbe, par une politique de la parole déclamatoire et incantatoire de ressentiment.

Le combat anticolonialiste de Félix Houphouët-Boigny et de la diversité des peuples du territoire ivoirien rassemblés ensuite dans le PDCI-RDA, fut à la fois nationaliste et modernisateur. Ce fut une politique d’action.

L'objet de ce combat consista à s'appuyer sur les identités ethniques du territoire pour les transformer en nation et transformer ensuite l’État ivoirien en Etat-nation dans la longue aventure de la modernisation économique, sociale et politique.

Le combat postcolonial de Félix Houphouët-Boigny pour la conquête de l'indépendance réelle s'est donc défini à cette fin comme action de modernisation des infrastructures et de rationalisation des formes et des rapports de production dans une perspective d’industrialisation.

Cette politique de développement qui était une politique de construction nationale émancipatrice s'est incarnée en de grands travaux d'équipements publics et d'infrastructures destinés à favoriser et à promouvoir les échanges et les interactions multiformes entre les collectivités culturelles du territoire, à les relier par des réseaux complémentaires de solidarités et d'intérêts dans la division du travail.

Cette définition de l’État ivoirien comme service public devait amener les forces sociales à se connaître dans l’État central et à s'en approprier comme État national.

Après la dérive identitaire des années 1995 à 2010 qui rompit cette alliance, le Président de la République Alassane Ouattara à l'instar du père de la Nation Félix Houphouët-Boigny, scellent à nouveau, dans une politique d’action, l’alliance modernisatrice de l'identité ethnique et de la rationalité économique dans le cadre de l'économie globalisée. Le processus d’émergence comme développement endogène est conduit comme processus de construction nationale par la modernisation économique. L'objectif du RHDP est de mener plus loin l'œuvre de construction nationale en faisant aboutir le programme d'industrialisation économique sous le nouveau ivoirien régime de démocratie pluraliste.

La sacerdotale conduite magistrale de ce programme par le Premier Ministre Amadou Gon Coulibaly, maître d'œuvre de ce programme d'émancipation jusqu’à son décès à la tâche , s’est traduit par une politique efficiente de reconstruction des infrastructures et des équipements publics. Cette action de modernisation tout azimut qui porte déjà de beaux fruits est destinée à transformer la Côte d'Ivoire en Etat-nation, en puissance politique et économique nationale à rayonnement international.

Cette alliance modernisatrice gagnante se traduit par des transformations qualitatives dans plusieurs domaines.

Au niveau économique les taux de croissance exceptionnels du pays sont l'indice de la libération efficiente des forces de production combinée à une expertise des investissements économiques (Cf. "Les infrastructures économiques au service des droits humains" Ibid. chapitre 139).

Au niveau politique, le rétablissement du principe de citoyenneté par la modernisation et la construction nationale assure la participation politique de la diversité, fait naître progressivement un sentiment d'appartenance commune citoyenne entre les Ivoiriens et redonne du sens à la notion de souveraineté du peuple.

La nature sociale de la représentativité du RHDP assure une redistribution efficiente des produits de la croissance.

Sa gouvernance programmatique remodèle l’affrontement démocratique ivoirien comme affrontement et concurrence programmatique pour l’exercice du pouvoir.

Par cette définition programmatique et sociale volontariste de soi, le RHDP force ses adversaires à se hisser à son niveau. Sur ce plan s’affirme une transformation qualitative de la démocratie ivoirienne.

Au niveau de la Loi fondamentale et des institutions, la réforme constitutionnelle et celle du parlement donnent du contenu au principe démocratique de séparation coordonnée des pouvoirs, et assure dans le bicamérisme la représentation de l'ensemble des collectivités du territoire (Cf. " De la réforme de la constitution à la réforme de la du parlement : la cohérence de la gouvernance démocratique et républicaine du RHDP" Ibid. chapitre. 120).

Par ces réformes qui renforcent la démocratie dont la fonction est de médiatiser l'économie de libre marché pour la transformer en développement endogène le RHDP du Président de la République Alassane Ouattara se définit pleinement comme un acteur de modernisation, de développement et de démocratisation.

Ces réformes institutionnelles devraient permettre d'assurer la gestion politique efficiente de la problématique d'articulation entre nécessités d'investissement et impératifs de redistribution.

Cette gestion démocratique renforcerait la qualification méritée du RHDP comme un front républicain libérale à orientation sociale qui remplit son office avec une expertise inédite en Afrique.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.