Comment les NTIC peuvent contribuer à faire de la Côte d’Ivoire un pays émergent. 1ere partie

1. L’émergence comme développement endogène d’une nation réconciliée et solidaire Le Président de la République, Son Excellence M. Alassane OUATTARA, a présenté son objectif global pour la Côte d’Ivoire en ces termes : « J’ai l'ambition de faire de la Côte d'Ivoire à l'horizon 2020 un pays émergent, une nation réconciliée avec elle-même et avec les autres nations » et a identifié les Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication comme levier majeur pour atteindre cet objectif. Quel sens attribuer au projet présidentiel de faire de la Côte d’Ivoire « un pays émergent » en tant que « nation réconciliée avec elle-même et avec les autres nations » ? Comment les Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication (NTIC) peuvent-elles aider à réaliser un tel projet ? S’agit-il de faire de la Côte d’Ivoire un pays émergent, exclusivement, par le plein développement de l’économie de marché, et par la réussite du libéralisme économique sans souci des objectifs politiques d’égalité et de liberté, d’intégration sociale et d’inclusion politique? Ce questionnement essentiel, qui invite à une utilisation pertinente et avisée des Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication (NTIC), devrait permettre d'éviter une nième répétition de l'histoire : celle des transferts de technologie et de l’imposition de modèles culturels étrangers qui sont ensuite utilisés comme tels sans être culturellement réappropriés et réorientés par des projets endogènes à visée émancipatrice . Dans le nouveau cadre politique de la démocratie, la question de la réappropriation culturelle et politique des nouveaux modèles institutionnels et technologiques, celle du choix des finalités de leur usage, devient alors centrale. Les échecs du passé invitent les Etats africains à mettre les innovations au service de leurs besoins endogènes réels et à les inscrire dans un projet de société émancipateur dont ces objets techniques et institutions doivent être les outils opérationnels. La conception présidentielle de l’émergence se situe dans la perspective de cette réappropriation culturelle et politique émancipatrice de la modernité. Dans le nouveau cadre politique de démocratie électorale-représentative, les Nouvelles Technologies de l’Information doivent servir à promouvoir le développement endogène en contribuant à construire une société nationale unifiée par la communication interculturelle, l’ouverture des cultures au vent de la modernité, la solidarité et le dialogue. Si les médias sont en effet constamment menacés d’être dominés par les dictateurs ou par les marchands, ils sont aussi, comme l’a souligné le sociologue Alain Touraine, le lieu où les problèmes de l’intégration sociale, de la reconnaissance de l’Autre, de la solidarité nationale, de la communication entre les divers acteurs de la société peuvent s’exprimer. Les Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication (NTIC) ne doivent donc pas être seulement les outils de la synergie des acteurs économiques et être des marchandises offrant des opportunités d’affaire. Elles doivent aussi être les instruments opérationnels du projet démocratique de liberté, d’égalité et de limitation du pouvoir par les droits fondamentaux des individus et des collectivités. Elles doivent servir en priorité à reconstruire une nation solidaire, structure de développement qui rend possible la modernisation économique dont dépend l’émergence. Les Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication doivent donc permettre de reconstruire l’unité sociale par la communication interculturelle et le dialogue. Elles doivent permettre de réaliser l’intégration et l’inclusion de la pluralité sociale. Par l’intégration de la diversité culturelle, par l’inclusion politique de la pluralité des acteurs sociaux, par la mobilisation des ressources culturelles endogènes, elles doivent contribuer à bâtir une nation solidaire qui soit l’acteur principal de la modernisation économique. Dans la promesse et dans la profession de foi du Président de la République ivoirienne, la conception économique de l’émergence et l’usage des Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication sont subordonnés au projet politique d’émancipation. L’utilisation des Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication est surdéterminée par le projet démocratique qui consiste à réaliser la synthèse de la croissance économique avec la liberté et l’égalité, à marier le développement économique avec les droits de l’homme, à réconcilier les particularismes avec l’universalisme, à inscrire la nation dans le concert des nations modernes du monde. L’émergence est pensée comme développement endogène d’une nation réconciliée avec elle-même et avec les autres nations dans la communauté internationale à l’époque de la démocratie et de la globalisation de l’économie.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.