Alexis Flanagan
éducateur avec des adolescents, je vis à Paris depuis près de 40 ans, avec dans la tête un paysage de campagne.
Abonné·e de Mediapart

94 Billets

2 Éditions

Billet de blog 7 avr. 2013

« Mères parfaites » ...ou l’impossible émergence de l'altérité ?

 Une petite crique australienne joliment fermée abritant deux magnifiques maisons au milieu des arbres, au-dessus de la plage et de l’océan. Une sorte de paradis à petite distance du monde, comme un nid au creux d’un arbre.Le film d’Anne Fontaine décrit une boucle, un cercle parfait. Au départ, deux petites filles dévalent en riant un chemin bordé d’arbres qui descend vers la plage. À la fin du film, ces deux petites filles sont devenues – toujours jeunes et belles – grand-mères de deux petites filles qui dorment dans le même lit, et bientôt se mettront à courir en riant… L’histoire peut recommencer, exactement identique.

Alexis Flanagan
éducateur avec des adolescents, je vis à Paris depuis près de 40 ans, avec dans la tête un paysage de campagne.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

© Les cinémas Gaumont Pathé

Une petite crique australienne joliment fermée abritant deux magnifiques maisons au milieu des arbres, au-dessus de la plage et de l’océan. Une sorte de paradis à petite distance du monde, comme un nid au creux d’un arbre.

Le film d’Anne Fontaine décrit une boucle, un cercle parfait. Au départ, deux petites filles dévalent en riant un chemin bordé d’arbres qui descend vers la plage. À la fin du film, ces deux petites filles sont devenues – toujours jeunes et belles – grand-mères de deux petites filles qui dorment dans le même lit, et bientôt se mettront à courir en riant… L’histoire peut recommencer, exactement identique.

Ce film d’Anne Fontaine décrit de manière très sensible le parcours de ces deux petites filles, jusqu’à cette possible reproduction de la même histoire. Il nous raconte comment ces deux petites filles deviennent chacune mère d’un garçon du même âge, et réussissent ce tour de force – est-ce en cela qu’elles sont parfaites ? – de les garder auprès d’elles après qu’ils soient devenus adultes.

Un film d’une femme, qui raconte l’histoire de deux femmes, chacune étant comme le reflet de l’autre. Les hommes et leurs désirs sont quasiment absents. Deux mères, deux fils : deux pères, donc. Un père se tue en voiture lorsque le fils est enfant. Ce fils agresse son ami, et manque lui aussi de se tuer dans un moment de rage. L’autre père part simplement lorsqu’il est manifestement devenu inutile, et rencontre ailleurs une autre femme à qui il fera docilement un enfant.

Les deux fils grandissent. Ils ne deviennent pas des hommes, mais des dieux du surf aux corps magnifiques, réalisant des prouesses sur la mer, attisant le désir des mères. Les fils répondent à ce désir, et rejoignent bientôt les mères dans leurs lits. L’inceste est légèrement tenu à distance : le fils de l’une couche avec l’autre, et le fils de l’autre avec l’une, dans une réflexion symétrie parfaitement identique.

Les deux fils grandissent et ils rencontrent chacun une femme ailleurs, l’un par inadvertance, l’autre par dépit. Cette relation ne dure que le temps nécessaire à donner à chacune de ces jeunes femmes un enfant. Une fille chacune. Les jeunes femmes partiront rapidement ensemble avec leur fille respective, du même âge, permettant ainsi à l’histoire de se renouveler ailleurs à l’identique.

Les deux fils devenus pères n’y prétendront pas, à être d’éventuels pères pour leurs filles, bien trop occupés à être des fils pour leurs mères, dans ce jeu symétrique et identique qu’ils jouent avec elles, qu’ils comblent et qui les comblent.

La dernière image du film montre les mères et leurs fils allongés au soleil, sur le petit ponton au milieu de l’eau. Image idéale de vacance dans un cadre paradisiaque, qui n’a d’autre horizon que son éternelle reproduction.

Perfect Mothers, un film d’Anne Fontaine (2013), avec Naomi Watts et Robin Wright, d’après Les Grands-mères, roman de Doris Lessing (2005).

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Comment le CHU de Bordeaux a broyé ses urgentistes
Les urgences de l’hôpital Pellegrin régulent l’accès des patients en soirée et la nuit. Cela ne règle rien aux dysfonctionnements de l’établissement, mettent en garde les urgentistes bordelais. Épuisés par leur métier, ils sont nombreux à renoncer à leur vocation.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Force ouvrière : les dessous d’une succession bien ficelée
À l’issue du congrès qui s’ouvre dimanche, Frédéric Souillot devrait largement l’emporter et prendre la suite d’Yves Veyrier à la tête du syndicat. Inconnu du grand public, l’homme incarne, jusqu’à la caricature, le savant équilibre qui prévaut entre les tendances concurrentes de FO.
par Dan Israel
Journal
« Travail dissimulé » : la lourde condamnation de Ryanair confirmée en appel
La compagnie aérienne a été condamnée, en appel, à verser 8,6 millions d’euros de dommages et intérêts pour « travail dissimulé ». La firme irlandaise avait employé 127 salariés à Marseille entre 2007 et 2010, sans verser de cotisations sociales en France. Elle va se pourvoir en cassation.
par Cécile Hautefeuille
Journal — Social
En Alsace, les nouveaux droits des travailleurs détenus repoussent les entreprises
Modèle français du travail en prison, le centre de détention d’Oermingen a inspiré une réforme du code pénitentiaire ainsi qu’un « contrat d’emploi pénitentiaire ». Mais entre manque de moyens et concessionnaires rétifs à tout effort supplémentaire, la direction bataille pour garder le même nombre de postes dans ses ateliers.
par Guillaume Krempp (Rue89 Strasbourg)

La sélection du Club

Billet de blog
Destruction du soin psychique (2) : fugue
Comment déliter efficacement un service public de soins ? Rien de plus simple : grâce à l'utilisation intensive de techniques managériales, grâce à l'imposition d'un langage disruptif et de procédures conformes, vous pourrez rapidement sacrifier, dépecer, puis privatiser les parties rentables pour le plus grand bonheur de vos amis à but lucratif. En avant toute pour le profit !
par Dr BB
Billet de blog
Le service public d’éducation, enjeu des législatives
Il ne faudrait pas que l’avenir du service public d’éducation soit absent du débat politique à l’occasion des législatives de juin. Selon que les enjeux seront clairement posés ou non, en fonction aussi des expériences conduites dans divers pays, les cinq prochaines années se traduiront par moins ou mieux de service public d’éducation.
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
Macron 1, le président aux poches percées
Par Luis Alquier, macroéconomiste, Boris Bilia, statisticien, Julie Gauthier, économiste dans un ministère économique et financier.
par Economistes Parlement Union Populaire
Billet de blog
Ce qu'on veut, c'est des moyens
Les salarié·es du médicosocial se mobilisent à nouveau les 31 mai et 1er juin. Iels réclament toujours des moyens supplémentaires pour redonner aux métiers du secteur une attractivité perdue depuis longtemps. Les syndicats employeurs, soutenus par le gouvernement, avancent leurs pions dans les négociations d'une nouvelle convention collective avec comme levier le Ségur de la santé.
par babalonis