Mme Ingrid Betancourt libérée à la surprise générale: des joies et des questions!

Ça a été une vraie surprise. Personne ne s’y attendait.Personne, c’est-à-dire nous, les spectateurs, les pétitionnaires de base, les citoyens lambda. Mais cet événement assez considérable questionne. 

Ça a été une vraie surprise. Personne ne s’y attendait.

Personne, c’est-à-dire nous, les spectateurs, les pétitionnaires de base, les citoyens lambda.

 

Mais cet événement assez considérable questionne.

 

A qui fut-elle arrachée, Ingrid, la belle et courageuse franco-colombienne ?

A quel destin a -t-elle été promise pour cet arrachement ?

Que nous cache toutes ces images, toute cette unanimité ?

 

Pourquoi éprouvons nous le besoin suspect de commenter la ferveur religieuse des Betancourt ? A quelle religion pensons-nous lorsque nous voyons sur une photographie Mm Ingrid Betancourt, en treillis militaire, prier sur le tarmac d’un aéroport colombien ? Pourquoi, malgré le respect que chacun manifeste pour sa conviction et le soutien que celle-ci lui a sans aucun doute apporté dans son calvaire, cette photo précisément nous interpelle-t-elle ?

 

De quel dieu doutons nous?

 

Dans quel « scénario hollywoodien » sommes-nous emportés ?

 

D’où vient que la seule vraie joie qu’on est envie de croire authentique, soit celle de la famille ? Non que les autres joies ne soient pas authentiques et en particulier celle du président Sarkozy. Je crois que celle-ci, en particulier, fut sincère. Mais précisément, c’est cette sincérité-là, qui manque de retenue, de distance institutionnelle, qui pose question. (Le président Chirac, alors premier ministre, avait été bien plus "sobre" pour les otages du Liban)

 

 

Je suis heureux que cette femme engagée, ex-candidate à l’élection présidentielle de son pays ait été libérée. Mais cette « joie démocratique » ne m’émancipe pas du doute et de l’envie de ne pas en rester à l’impression que donne cet événement stupéfiant.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.