KO sur le bureau de mon collègue et voisin de travail

 Ce vendredi 11 juillet, mon collègue s'apprêtait à partir. "Mon grand-père qui me l'a donné" il m’a répondu."Merci." J'ai dit.On s'est regardé. Il s'est rassis.On est resté en silence longtemps. "

 

Ce vendredi 11 juillet, mon collègue s'apprêtait à partir. "Beau stylo bille", je lui ai dit. "Mon grand-père qui me l'a donné" il m’a répondu.

"Je craints les embouteillages" il m'a dit.

"Moi aussi, je lui ai dit. Alors je ne parts que Lundi."

"Je te laisse Libé, je lirai pas", il m'a dit

"Merci." J'ai dit.

On s'est regardé. Il s'est rassis.

On est resté en silence longtemps.

"Bon, faut vraiment que j'y aille maintenant."

Il est parti.

 

"Le bien et le mal coexistent dans la guerre civile comme des pôles d'un même champs magnétique, en montrant ainsi que, face à l'extrême, la nature humaine est toujours faite d'un mélange des deux." (Enzo Traverso, A feu, p111)

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.