Michel Yvernat
de temps à autres
Abonné·e de Mediapart

120 Billets

2 Éditions

Billet de blog 24 oct. 2017

1942: "La femme est un homme raté" citation

A lire, pour hier, aujourd'hui et demain. C'est clair. Ça vaut bien une main au cul, c'en est même la justification. La validation d'un droit de cuissage toujours recommencé. En bonus, il y a l'homophobie... Ça se passe de commentaire.

Michel Yvernat
de temps à autres
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Citation extraite du livre du docteur Julien Bensançon, édition Vigot frères, éditeurs. 1942. Toute une époque...qui dure ?!

"Il n'y a pas de femmes laides.

Toute femme a sa chance, pourvu qu'elle reste femme.

La femme est un homme raté. Plus le garçon est manqué, plus la femme est réussie.

Si le germe de la conception a évolué jusqu'au bout de sa course: "C'est un petit garçon" s'écrie la sage-femme en apercevant les deux glorieux emblèmes. Et les parents rayonnent: "C'est un petit garçon!" Mais si la graine n'a pas fait toute sa route, le père et la mère qui l'ont semée doivent se contenter d'une demi récolte. "C'est une petite fille!" On est heureux tout de même. Mais les modestes insignes du sexe faible restent cachés sans fierté.

Or, sachez-le, mesdames, et ne jetez pas les hauts cris, dans vos pauvres petits ovaires, il y a toujours des cellules mâles. Veuillez excuser le langage du médecin: la femme est une manière d'hermaphrodite.

(...)

Au civil, nous voyons des bas-bleus qui font des conférences, qui demandent à voter, et qui font rage pour que les chevrettes s'abaissent jusqu'à réclamer l'égalité avec les boucs. Ces hommasses, ces dragonnes (on les appelle aussi viragos) caricatures de l'un et l'autre sexe, gâcheuses de la famille, de l'amour et de l'art, ne peuvent plus plaire à l'homme. Du moins à l'homme qui n'est pas un inverti. Elles peuvent encore plaire aux femmes. Si - ce qui est fréquent - leurs goûts amoureux ont changé avec leur allure. Mais je glisse ici sur le terrain où poussent les gousses odorantes de l'ail. Le langage des Parisiens supporte cette métaphore.

(...)

Si la grâce l'abandonne, la femme ne peut plus prétendre à plaire. Comme l'enfant, la femme est une esquisse. Comme l'enfant, qui perd sa grâce à mesure qu'il grandit, la femme perd sa grâce à mesure qu'elle s'achève vers les formes et les goûts masculins.

La grâce est le sourire de l'inachevé.

Votre grâce, madame, est à la mesure de votre féminité. En gagnant la force, vous renoncez à la grâce. Et j'entends le poète implorant que le Dieu bienveillant: "donne à nos fils la force, et la grâce à nos filles."

Jusqu'aux cheveux blancs, vous conserverez votre grâce, si vous restez une ovarienne. Veillez à garder votre sexe. Le médecin va vous y aider."  

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Climat
Face au chaos climatique, le séparatisme des riches
Alors que des milliers de Français sont évacués à cause des incendies, que d’autres sont privés d’eau potable voire meurent au travail à cause de la chaleur, les ultrariches se déplacent en jet privé, bénéficient de dérogations pour pouvoir jouer au golf et accumulent les profits grâce aux énergies fossiles. Un sécessionnisme des riches que le gouvernement acte en perpétuant le statu quo climatique.
par Mickaël Correia
Journal
Climat : un été aux airs d’apocalypse
Record de sécheresse sur toute la France, feux gigantesques en Gironde, dans le sud de l’Europe et en Californie, mercure dépassant la normale partout sur le globe… Mediapart raconte en images le désastre climatique qui frappe le monde de plein fouet. Ce portfolio sera mis à jour tout au long de l’été.
par La rédaction de Mediapart
Journal — Proche-Orient
À l’hôpital al-Shifa de Gaza, les blessés racontent les bombardements
La bande de Gaza ressort épuisée de cet énième round de violences meurtrières entre Israël et le Djihad islamique palestinien. Malgré la trêve entrée en vigueur dimanche soir, les habitants pleurent leurs morts, les destructions sont importantes, et des centaines de blessés sont toujours à l’hôpital, désespérés par la situation et par les pénuries de médicaments. « J’ai vraiment cru qu’on allait tous mourir, enterrés vivants », raconte un rescapé.
par Alice Froussard
Journal
En Ukraine, les organisations internationales en mal de confiance
Depuis le début du conflit, la société civile ukrainienne s’est massivement mobilisée pour faire face à l’offensive russe. Alors que les organisations internationales sont critiquées, comme on l’a vu encore récemment avec Amnesty International, la plupart de l’aide humanitaire sur le terrain est fournie par des volontaires à bout de ressources.
par Clara Marchaud

La sélection du Club

Billet de blog
Iel
De la nécessité d'écrire inclusif-ve...
par La Plume de Simone
Billet de blog
Cornichon
Si mal jugé.
par C’est Nabum
Billet de blog
Avec mes potes, sur la dernière barricade
Avec les potes, on a tout ce qu’il faut pour (re)faire un monde. Et on se battra jusqu’à la dernière barricade, même si « la révolution n’est plus synonyme de barricades. Elle est un tout autre sujet, bien plus essentiel : elle implique de réorganiser la vie tout entière de la société ». Ce à quoi on s’emploie. Faire les cons, tout en faisant la révolution : ça va être grandiose. Ça l’est déjà.
par Mačko Dràgàn
Billet de blog
Une approche critique de la blanquette de veau
Un jour, je viens voir ma mère. Je mange avec ma mère. J’ai fait une petite blanquette, c’est dans la casserole, elle me dit et je lui dis que c’est chouette mais quand je regarde la casserole, c’est bizarre cette blanquette dans l’eau. On dirait qu’il manque quelque chose.
par noemi lefebvre