Eloge de l’amour gay...

Je suis bien calé dans mon vieux fauteuil Voltaire. La télé est allumée. Canal+, London Spy. Une histoire de pédés. Comment ça s’écrit vraiment pédé ?

 

london-psy

 Je suis bien calé dans mon vieux fauteuil Voltaire. La télé est allumée. Canal+, London Spy. Une histoire de pédés.

Comment ça s’écrit vraiment pédé ? Pédéraste ? Inverti ? Gay ? Fiotte, Tante ? Comment ça se dit par le corps, par le cœur, avec des mots et des gestes d’amour, un souffle ou un étonnement respectueux comme la découverte d’une autre monde ? Comment ça se dit sans injure, avec respect et émotion ? Comment ça se regarde ?

Retour à London spyVingt sixième minute et quelques secondes; peut-être vingt-septième minute et toujours ces secondes qui font d’un court moment un temps long...

Sur le net, pullulent les sites pornos. Ça baise, ça sue, ça soupir fort, ça hurle, ça s’encule.  À deux, trois, quatre, dix... Paradoxalement pas très libres comme scènes de cul à cause des figures imposées. Plan un, plan deux, plan trois. Le moment où elle le suce. Le moment où il la pénètre, etc...Une suite de membres, d’objets, d’acceptations forcées, saturées de sexe.

Retour à London spy. Ils s’embrassent dans un clair obscur ambré, nus l’un et l’autre, jambes entremêlées ; deux magnifiques hommes qui font l’amour. J’ai le souffle coupé. Je suis un peu inquiet. Vais-je bander et trahir une homosexualité refoulée ? Les images sont belles. On distingue plus qu’on ne voit. C’est l’amour, les yeux dans les yeux, poitrail contre poitrail, bassin contre bassin. On comprend que la pénétration est là comme l’apogée de la rencontre, de la tendresse, du désir. Je découvre les images d’un homme qui aime un autre homme, charnellement.

Charnellement. Erotiquement. Toute la différence est là. La différence avec "avant". Avant cette expérience d'images. Avant cette histoire londonienne. Avant d'avoir osé un regard. 

Avant...Le couple hétéro passe une soirée avec un couple homo, sans savoir.

Sans savoir le partage d'un même pouvoir érotique, la même puissance esthétique des corps dans l'intimité de la relation amoureuse. 

Sans savoir que c’est beau deux hommes qui font l’amour.

Mon épouse vient de rentrer. Je lui prends la main, ému. Je l’embrasse. Elle me dit que dehors il fait froid. 23H30, nous allons nous coucher.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.