« L’argent, ce polluant ultime qui conchie toute la planète »

Michel Serres dans son livre «  Le mal propre » résumait ce qu’est devenu le monde sous les coups de boutoir d’un capitalisme aujourd’hui triomphant, pour combien de temps encore?

 

« L’argent, ce polluant ultime qui conchie toute la planète »

 

Michel Serres dans son livre «  Le mal propre » résumait ce qu’est devenu le monde sous les coups de boutoir d’un capitalisme aujourd’hui triomphant, pour combien de temps encore?

 

il reprend Le Discours sur l'origine et les fondements de l'inégalité parmi les hommes œuvre philosophique de Jean-Jacques Rousseau parue en 1755.

 

"Le premier qui, ayant enclos un terrain, s'avisa de dire : ceci est à moi, et trouva des gens assez simples pour le croire, fut le vrai fondateur de la société civile."

 

Je serais plus enclin à dire que c'est le jour où les ennuis commencèrent.

La suite du texte de Rousseau décrit ce qui aurait pu être évité, mais était ce évitable?

 

Que de crimes, de guerres, de meurtres, que de misères et d'horreurs n'eût point épargnés au genre humain celui qui, arrachant les pieux ou comblant le fossé, eût crié à ses semblables : gardez-vous d'écouter cet imposteur ; vous êtes perdus, si vous oubliez que les fruits sont à tous, et que la Terre n'est à personne.

 

on va entendre tous les politiciens lui tresser des lauriers, eux qui ont refusé de l’écouter. Et demain ils fouleront du pied sa pensée. Tout en restant optimiste, il n’a cessé de nous mettre en garde contre les conséquences d’un monde qui se transforme trop vite ne laissant pas aux plus faibles la possibilité de s’adapter. 

Demain ils vont verser quelques larmes de crocodile, des hommages hypocrites, et après demain ils reprendront leurs activités de destruction au nom du « progrès », de la compétitivité….

Ils nous ont tout pris, même le sport livré aux mafias à travers les paris, où la règle devient de plus en plus: si tu veux gagner: triches. Une immense farce où l’argent gagne à tous les coups.

 

Une société où le mensonge est devenu la règle rendant encore plus d’actualité cette réflexion d’Albert Camus « l’homme révolté »

 

«Par un curieux renversement des valeurs propres à notre temps, les crimes se parent des oripeaux de l’innocence et c’est l’innocence qui est sommée de fournir ses justifications. »

 

Notre gouvernement ne s’est il pas affublé d’une « porte mensonge » officielle !

La démocratie et la république fonctionnent en mode dégradé

dans tous les cas c’est aux citoyens que devraient revenir les choix, pas aux politiciens qui ont transformé la république en féodalités, en marquisats bientôt héréditaires

les projets doivent être le reflet des aspirations des citoyens et non celles des politiciens, des fonds de pension, des princes du golfe ou des mafiats du pétrole, de la finance; 

Car chez ces gens là, Monsieur, on ne ne rêve pas, on compte

 

Michel Serres rêvait avec son traitement de professeur, il considérait que ceux qui accumule sans limite souffre de désordre mental. Qu'en pense Bernard?

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.