Le faux départ de Monsieur Larrivé

Monsieur Larrivé veut mettre l’interdiction de la GPA dans la constitution. C’est son choix, il sait bien qu’il n’y arrivera pas mais tant qu’on parle de lui, n’est ce pas là l’essentiel. Le bon départ ne serait il pas d’inscrire dans la Constitution l’interdiction de  toutes les techniques qui causent les infertilités féminines et masculines?

Le faux départ de Monsieur Larrivé

Le bon départ ne serait il pas d’inscrire dans la Constitution l’interdiction de  toutes les techniques qui causent les infertilités féminines et masculines?

Monsieur Larrivé veut mettre l’interdiction de la GPA dans la constitution.

C’est son choix, il sait bien qu’il n’y arrivera pas mais tant qu’on parle de lui, n’est ce pas là l’essentiel.`

Chacun a son avis sur la PMA et la GPA, le plus important ne serait il pas de s’interroger sur l’explosion des infertilités féminines et masculines que la société se contente de régler par des recours à des méthodes artificielles.

Scientifiquement il est assez bien démontré que certaines pollutions sont responsables de l’augmentation de l’infertilité;

Depuis près de 30 ans, les perturbateurs endocriniens, et plus largement l’environnement, sont mis en cause dans ces troubles de la reproduction (déclaration de Wingspread, juillet 1991)

Depuis 50 ans, les problèmes de fertilité n’ont cessé de croître : 1 couple sur 5 rencontre aujourd’hui des difficultés pour mener à terme son projet parental.

Hommes comme femmes sont concernés : progression de l’endométriose et des ovaires polykystiques, réserve ovarienne épuisée avant l’âge chez les femmes sont parmi les troubles qui gagnent du terrain. Quant aux hommes, la dégradation de la qualité du sperme, l’augmentation du cancer des testicules et des malformations génitales n’ont cessé de les affecter davantage. En France, le sud-ouest est la première région concernée par ces problèmes selon l’étude de Santé Publique France.

Malheureusement seul l’immédiat intéresse nos politiques et l’immédiat ce sont les conséquences faciles à dénoncer, faciles à utiliser, à manipuler.

Etudier les causes nécessite de réfléchir, de se référer au passé, de proposer des solutions pour l’avenir. Est ce payant en terme électoral?

L’étude des causes remettrait en cause tant de lobbies bien pensants et biens payants.

Plus facile de dénoncer les « gourous apocalyptiques » que de s’en prendre aux « pollueurs tueurs »

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.