le chantage nouvelle arme des politiciens pour massacrer la forêt

Les parcs naturels du Luberon et du Verdon acceptent la centrale à biomasse de Gardanne à laquelle ils s'étaient opposés. Renonçant à leur plainte déposée en 2015. Quant à FNE, elle réfléchit à sa position. La raison ? Parcs et association étaient menacés de se voir privés de subventions.  N. Hulot a le Culot de nous prendre pour des Bulots. Il se déshonore en s'acoquinant avec Muselier

le chantage nouvelle arme des politiciens pour massacrer la forêt avec l’aide de Nicolas Hulot

Les parcs naturels du Luberon et du Verdon acceptent la centrale à biomasse de Gardanne à laquelle ils s'étaient opposés. Renonçant à leur plainte déposée en 2015. Quant à FNE, elle réfléchit à sa position. La raison ? Parcs et association étaient menacés de se voir privés de subventions. 

Dans les tuyaux depuis 2012, l'unité à biomasse de la centrale thermique de Provence aurait dû commencer sa production d'électricité fin 2014. Uniper, ancienne filiale d'E.ON, prévoit d'y brûler 850.000 tonnes de bois par an. Un gâchis environnemental selon de nombreux élus locaux, collectifs et associations écologistes, qui s'inquiètent de l'effet d'entraînement qu'aura cette usine sur "l'industrialisation de la forêt"

 Localement, ce sont les nuisances sonores, les pollutions à cause des particules fines, des rotations de camion et des cendres qui sont critiquées. 

Le 8 juin dernier, le tribunal administratif de Marseille rendait une décision sans précédent. Saisi en 2015 par les parcs naturels régionaux (PNR) du Luberon et du Verdon, des collectivités locales et des associations environnementales, il a estimé que l'étude d'impact du projet de conversion au bois, faite sur un rayon de 3 km autour de la centrale, était insuffisante. La justice donnait raison aux requérants en annulant l'autorisation d'exploitation et en imposant une nouvelle étude d'impact portant sur l'ensemble du périmètre d'où provient le bois. Voilà qui pourrait faire jurisprudence. 

Mais depuis, la préfecture des Bouches-du-Rhône a offert une autorisation provisoire de 9 mois à l'énergéticien pour continuer ses activités dans l'attente d'une mise en accord avec les termes du jugement. Et de leur côté, Uniper et... Nicolas Hulot, le ministre de la Transition écologique, ont fait appel de la décision de justice. De quoi doucher les écologistes mobilisés sur ce dossier. 

vous avez bien lu: N. Hulot a le Culot de nous prendre pour des Bulots. Il se déshonore en se rangeant dans le camp de Renaud Muselier (environ 39 ans de mandats), président de la région PACA qui n’est pas à une incongruité près (euphémisme: il ose tout…): 

« L'écologie doit être mise au service de l'économie pour faire de la croissance verte. » 

le texte complet est:

« Il va de soi que nous ne pourrions pas continuer à accompagner des structures qui prendraient une position contraire à celle de la Région sur un projet d'une telle importance pour notre avenir collectif. Il est temps que chacun se ressaisisse et comprenne que l'écologie n'est ni une doctrine ni une idéologie, mais doit être mise au service de l'économie pour faire de la croissance verte un atout et faire gagner la France. »

En clair : soit vous marchez avec la région et Uniper, soit on vous coupe les vivres. Un message adressé aux PNR du Luberon et du Verdon et à France nature environnement Paca (FNE Paca). 

"Avec 70 à 80% de notre budget qui dépend de la région, comment voulez-vous que l'on ait la capacité de décider ?", s'indigne un élu du parc du Verdon. "En droit, on appelle cela du chantage. Mais nous allons y mettre les formes pour exprimer notre désaccord, sans oublier qu'il n'y a eu aucune concertation depuis le début sur ce dossier", exprime un autre délégué du parc du Verdon. 

c’est la massacre de la forêt méditerranéenne qui est organisé, sans compter les incendies de forêts que l’exploitation et les norias de camions vont immanquablement provoquer

pour minimiser les impacts locaux il est promis d’utiliser des eucalyptus provenant d’une monoculture d'eucalyptus qui accueille des plants transgéniques, qui s'est faite sur une partie de l'Amazonie déforestée et sur la destruction de la savane du Cerrado.

 

après la couleuvre des perturbateurs endocriniens, après le boa (à venir) du glyphosate et bien d'autres renoncement en préparation 

ou Nicolas ne sait pas lire, ou il est le ministre de la fin de l’écologie 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.